Jo Jo Dan encaisse une droite de Kevin Bizier. Le Québécois s'est incliné hier par décision partagée, le même verdict qu'en novembre 2013.

Kevin Bizier plie encore

Kevin Bizier a perdu contre Jo Jo Dan. Encore. Même scénario, un an plus tard presque jour pour jour. Le boxeur de Saint-Émile s'est incliné par décision partagée aux pointages de 115-112, 113-114 et 114-113, vendredi soir, au Colisée de Québec.
Le 30 novembre 2013, toujours dans le vétuste amphithéâtre de Limoilou, Dan l'avait aussi emporté par décision partagée, 110-117, 116-111 et 114-113. La revanche tant attendue par les quelque 7000 spectateurs en bonne partie vendus à la cause de Bizier ne se sera finalement pas matérialisée.
C'est plutôt Dan (33-2, 18 K.-O.) qui devient maintenant l'aspirant numéro un au champion du monde des 147 lb de l'IBF, le Britannique Kell Brook. Bizier (23-2, 16 K.-O.) subit pour sa part sa deuxième défaite en carrière, chaque fois contre le même adversaire. Les deux hommes se sont serrés dans leurs bras au terme de 12 rounds chaudement disputés où l'accrochage a régné en maître.
Dan a pris l'initiative du combat, l'oeil gauche amoché très tôt de Bizier en témoignait. La gauche du Lavallois d'origine roumaine, un gaucher, marquait des points. Puis l'accrochage s'est fait plus fréquent, un petit jeu qui avait désavantagé Bizier lors de leur premier affrontement.
Le favori de la foule a commencé à prendre le dessus vers la mi-combat. On l'a entre autres vu projeter son adversaire au tapis d'un mouvement rappelant la lutte, à la cinquième reprise. L'arbitre Marlon Wright a bien noté l'illégalité du geste et Dan n'a pas été décompté pour autant. Mais Bizier venait de montrer qu'il ne se laisserait pas marcher sur les pieds.
Au septième round, première véritable occasion de se manifester dans le combat pour les quelque 7000 spectateurs, une foule somme toute décevante. Bizier a forcé Dan à mettre un genou par terre dès le début de l'engagement, le protégé de l'entraîneur Pierre Bouchard prenant un compte de huit sans broncher. Bizier a poursuivi sa domination jusqu'à la fin de ces trois minutes, mais Dan s'est tenu debout, résistant à une salve de coups en fin de round.
Fidèle à leur style, Bizier frappait plus souvent, s'avérant toutefois moins précis. Ce qui a amené une fatigue passagère pour le chouchou du public. Le diffuseur télé Showtime donnait Bizier en avance après neuf rounds, mais Dan a ensuite réduit l'écart.
Âgé de 33 ans, Dan aurait évoqué la retraite en cas de défaite. Bizier a 30 ans, deux enfants et devra maintenant remprunter un détour pour retourner vers les sommets.
Le promoteur de Dan, l'Américain Lou DiBella, tenait à la présence de deux juges «étrangers», deux Américains. Mais le seul juge québécois, Benoît Roussel, a donné raison au vainqueur, 114-113.
Sonné, Dirrell l'emporte
Tout juste avant l'entrée en scène de Bizier, Andre Dirrell filait vers une victoire facile aux dépens de Derek Edwards, jusqu'à ce que «lion noir» ne rugisse à la toute fin du dernier round. Atteint au menton, Dirrell, qui avait martelé son adversaire avec de nombreuses gauches, notamment au 10e round, a terminé le combat en vacillant, ce qui ne l'a toutefois pas empêché de devenir l'aspirant obligatoire des supers moyens de l'IBF au terme de ce duel où la foule a manifesté la mauvaise habitude d'Edwards d'accrocher son opposant ayant fait de même dans les dernières secondes.