Kevin Bizier (à droite), de Saint-Émile, et Jo Jo Dan, de Montréal, se sont livré un combat furieux et haletant qui s'est soldé par la défaite de Bizier par décision partagée le 30 novembre dernier.

Kevin Bizier de retour dans le ring le 24 mai

Absent de la scène de la boxe depuis sa défaite face à Jo Jo Dan le 30 novembre dernier, Kevin Bizier connaît enfin le moment où il pourra de nouveau monter dans le ring lors d'un gala pro. Groupe Yvon Michel a annoncé, mercredi, qu'il ferait partie de la sous-carte du programme «Collision» au Centre Bell, le 24 mai. La finale opposera Adonis Stevenson à Andrzej Fonfara.
Joint chez lui, Bizier (21-1, 14 K.-O.) n'a pas caché qu'il était très heureux de pouvoir enfin livrer un combat. Son désir a d'ailleurs toujours été de boxer le plus rapidement possible. «C'est certain que si j'avais pu boxer avant, ça aurait été le fun», a lancé le pugiliste originaire de Saint-Émile. «Après une défaite, on veut retourner dans le ring le plus vite possible. Je suis prêt. Et j'ai bien hâte au 24mai pour montrer, peut-être pas un nouveau Kevin Bizier, mais une belle personne.»
Maintenant assuré de se battre, Bizier ignore cependant qui sera son opposant. Il a ajouté qu'il ne connaissait pas non plus les intentions de Yvon Michel concernant le genre de rival qu'il souhaitait lui opposer. «Peut-être je vais être obligé de recommencer du milieu de l'échelle plutôt qu'en haut, où j'étais rendu. Pour moi, c'est quelque chose de difficile à mesurer. Comme la carte du 24 est presque pleine, je devrai me battre dans un combat de huit rounds plutôt que 10. Peut-être que les gens de GYM veulent voir si je suis en top shape et pas déprimé. Peut-être aussi que Yvon veut que je livre un combat avant de me mesurer à un gros boxeur.»
Bizier souligne que c'est bien mal le connaître de penser que son premier revers en carrière puisse avoir affecté son moral et son désir de vaincre. Si on lui avait donné l'opportunité de livrer un combat revanche à Jo Jo Dan dans les semaines suivant sa défaite par décision partagée, le boxeur de 29 ans l'aurait accepté sans aucune hésitation. «C'était juste une défaite. Je ne m'étais pas fait knockouter ou dominer. J'aurais été prêt à me battre n'importe quand. Le problème, c'est qu'il n'y a pas eu de cartes de boxe pendant un petit bout.»
Par ailleurs, Sébastien Bouchard sera aussi en action au cours des prochaines semaines. Le porte-couleurs du club Empire, qui montre un dossier de 8-0 (2 K.-O.), se mesurera à Frank Galarza (13-0-2, 9 K.-O.) le 16 mai à Foxwood, au Connecticut.