Simon Kean (à droite) a pris cinq rounds pour coucher le Mexicain Ignacio Esparza, samedi au Centre Vidéotron.

Kean ou Lemieux à Québec?

On saura cette semaine où s’affronteront les poids lourds Simon Kean et Adam Braidwood. Prévu le 16 juin, ce combat de boxe attendu pourrait se tenir à Québec, Shawinigan, Laval... ou même Chibougamau! La capitale pourrait aussi plutôt servir de théâtre à la prochaine prestation de David Lemieux.

Les trois premiers endroits sont révélés par le grand patron de l’entreprise de promotion mont­réalaise Eye of the Tiger Management (EOTTM), tard samedi, après la longue soirée de boxe présentée à Québec.

Si la configuration réduite du Centre Vidéotron, où 4216 spectateurs ont payé leur siège pour faire presque salle comble, semble avoir ravi Camille Estephan, plusieurs autres critères entreront en ligne de compte en vue du duel opposant Kean (14-0, 13 K.-O.) à Braidwood (12-1, 11 K.-O.).

«Au stade où je suis rendu, je vais y aller avec le plus offrant!» s’est pour sa part exclamé Kean, avec la simplicité qu’on lui connaît. «Je suis ouvert à revenir à Québec, n’importe où. On pourrait le faire à Chibougamau, s’il faut!» a rigolé le natif de Trois-Rivières.

Kean avait justement livré son combat précédent à la maison, au Centre Gervais Auto de Shawinigan, en février. Le plus illustre protégé d’EOTTM, David Lemieux (38-4, 33 K.-O.), s’était pour sa part produit à la Place Bell de Laval, en décembre.


« Je suis ouvert à revenir à Québec, n’importe où. On pourrait le faire à Chibougamau, s’il faut! »
Le poids lourd Simon Kean

Avec l’annulation du combat de Lemieux prévu en sous-carte de Golovkin-Alvarez, le 5 mai à Las Vegas, Estephan se retrouve avec deux galas d’assez bonne envergure à organiser au Québec d’ici l’été. En plus d’avoir déjà confirmé la date du 23 juin au Casino de Montréal.

«Ç’a été très, très, très, très bon. On a dépassé nos attentes», a dit le promoteur, à propos de son premier gala au Centre Vidéotron. «David regardait la foule et disait : “C’est excitant de boxer ici. J’aimerais bien ça”» a-t-il ajouté, pour épaissir le mystère. «On va revenir à Québec cette année, c’est sûr», indique Estephan, pour clore le sujet.

En 11 ans et 42 combats dans les rangs professionnels, Lemieux s’est battu une seule fois à Québec, soit en novembre 2013, au Colisée, en sous-carte de Stevenson-Bellew et de Bizier-Dan I.

Drolet impressionne

Estephan s’est ensuite attardé aux points saillants de la soirée de samedi. Ne pouvant passer sous silence la méforme d’au moins deux poids lourds mexicains sur trois, les rivaux de Kean et d’Éric Martel-Bahoéli (12-7-1, 8 K.-O.), le promoteur a indiqué avoir été trompé par d’anciennes photos dans le cas d’Ignacio Esparza (21-3, 14 K.-O.), rondouillet pugiliste ultra-défensif que Kean a pris cinq rounds à coucher.

Quant aux produits locaux Clovis Drolet (6-0, 3 K.-O.), de Beauport, et Vincent Thibault (4-0, 2 K.-O.), de Charlesbourg, leur patron s’est dit satisfait par leur maîtrise d’eux-mêmes. «Ils boxaient chez eux et devaient faire attention aux émotions. Il y avait beaucoup de passion dans l’air.»

«J’ai été impressionné par les deux, mais Drolet qui a vraiment respecté son plan de match, wow! On va aller loin avec ce gars-là», a affirmé Estephan.

Il s’est finalement dit enchanté par ses recrues Arslanbek Makhmudov (2-0, 2 K.-O.), pan de mur de 6’ 5” et 253 lb, et surtout le super-mi-moyen Sadriddin Akhmedov (1-0, 1 K.-O.), champion du monde junior de 2016 fraîchement cueilli au Kazakhstan.

Vainqueur samedi en 31 secondes, Akhmedov est «un monstre, un sauvage», dixit Estephan, pour qui il sera bien difficile de trouver des adversaires pour ses 10 premiers combats pro et qui, même s’il n’a que 20 ans, pourrait se retrouver en combat de championnat du monde aussi tôt qu’après 15 sorties.

+

SÉBASTIEN BOUCHARD ATTEND

Dans l’assistance d’un gala de boxe, on trouve des... boxeurs. Artur Beterbiev, David Lemieux, Steven Butler. Kevin Bizier, retraité depuis deux ans, après son combat de championnat du monde perdu en Angleterre.

Et Sébastien Bouchard, qui attend. Qui attend un bébé et un combat. Dur à dire lequel viendra en premier. Inactif depuis 14 mois, entre autres à cause du tendon de son biceps droit qui s’est détaché de l’os en août, le poids mi-moyen doté d’une fiche de 15-1 et 5 K.-O. espère la confirmation prochaine du combat de championnat du monde entre Adonis Stevenson et Badou Jack, le 19 mai, au Centre Bell de Montréal.

Protégé du promoteur GYM comme Stevenson, Bouchard devrait ainsi se produire en sous-carte. Mais à six semaines de l’événement et toujours sans annonce officielle, le temps presse. Surtout que Bouchard et sa chérie attendent leur premier enfant pour le 23 mai ou avant, advenant un déclenchement hâtif.