Le secondeur du Rouge et Or Kean Harelinama a juré que lui et son frère Brian, qui s'aligne avec les Carabins, n'avaient pas parié sur l'issue du duel de samedi.

Kean Harelinama prêt à affronter son frère

Pour tous les joueurs du Rouge et Or, les matchs contre les grands rivaux des Carabins de l’Université de Montréal ont toujours un cachet particulier. Davantage encore pour le secondeur Kean Harelinama de l’Université Laval, dont le frère aîné Brian occupe la même position chez les Carabins.

«Non, nous ne gageons pas sur les matchs, rien de cela!» jurait Kean mercredi après l’entraînement du Rouge et Or en prévision de l’affrontement de samedi dans la métropole. Les deux frangins natifs du Rwanda ont porté les couleurs des Cheetahs du Collège Vanier au football collégial.

«Pour nous, c’est un match de la saison régulière, alors notre but à tous les deux est que nos équipes respectives progressent. On sait qu’on a de grandes chances de se revoir en séries», ajoute-t-il.

Comme les Carabins étaient en pause la semaine dernière, Brian a profité de l’occasion pour se payer un petit voyage à Québec et passer quelques jours avec son frangin. «Il est venu faire un tour chez moi, il a assisté à notre match [contre les Stingers de Concordia] et il est reparti dimanche», précise Kean. «On ne s’est pas parlé depuis. On s’est dit qu’on se concentrerait sur notre match.»

C’est donc samedi, sur le terrain du Stade du CEPSUM, que les deux solides gaillards risquent de se jaser de nouveau. «C’est certain que les matchs contre les Carabins sont enlevants à chaque fois, mais je ne dirais pas que c’est plus spécial parce que mon frère est dans l’équipe adverse.»

Le cadet des Harelimana semble en effet plus préoccupé par sa tenue et celle des siens sur le terrain que par les intrigues familiales. Jusqu’à maintenant cette année, il n’a d’ailleurs pas grand-chose à redire : il est utilisé amplement et a très bien répondu avec 9,5 plaqués, en deuxième place du Rouge et Or derrière Émile Chênevert.

«Je suis très satisfait de mon début de saison. Notre défensive progresse bien, elle s’est amélioré du premier au deuxième match. On savait qu’on n’avait pas joué à nos standards et on voulait surtout se prouver à nous-mêmes», explique le joueur de 21 ans.

Être les agresseurs

Même à sa deuxième année seulement au football universitaire, Kean commence d’ailleurs à avoir une bonne idée de l’allure d’un match Rouge et Or-Carabins. «On sait que ce sera un match à score bas, une bataille, voire une guerre défensive. En plus, ce sera à l’extérieur. Peut-être qu’on pourrait parler de home field advantage [pour les Carabins]», résume-t-il.

Cependant, le plus jeune des frères assure que le Rouge et Or disputera le match comme s’il se déroulait au Stade Telus. «Nous n’arriverons pas là sur les talons. On va être les agresseurs», assure-t-il en terminant.

+

BETTS S'ATTEND À DU NOUVEAU DES CARABINS

En raison de la présence d'un nouveau coordonnateur à l'attaque, Mathieu Betts s'attend à ce que les Carabins adoptent une stratégie différente, samedi.

Le joueur de ligne défensive du Rouge et Or Mathieu Betts s’attend peut-être à voir du nouveau de la part de l’attaque des Carabins, samedi, étant donné le changement de coordonnateur offensif survenu il y a un peu plus d’un mois.

«Il y a un nouveau coordonnateur et c’est un ancien quart-arrière, alors ce sera peut-être différent», a-t-il affirmé au sujet de l’ancienne vedette montréalaise Gabriel Cousineau. Ce dernier, qui était l’entraîneur des receveurs de passes, a pris la place de Marco Iadeluca en juillet après que celui-ci ait décidé de rejoindre son frère, qui est entraîneur-chef des Phénix du Collège André-Grasset. Iadeluca restera cependant dans l’entourage des Carabins pour assurer la transition.

Pour le reste, Betts sait qu’il aura devant lui une ligne offensive expérimentée. «Ce sont des gars qu’on voit devant nous depuis 2016. Ils ont deux bloqueurs d’expérience en Arnaud Gendron-Dumouchel et Gustave Sylvestre. De notre côté, j’ose espérer qu’après quatre ans avec coach Glen, on a développé une maturité physique importante. On comprend mieux les jeux également», a-t-il expliqué après l’entraînement de l’équipe, mercredi au Stade Telus.

Et le départ du quart Samuel Caron devrait amener certains changements chez les Carabins également. «Les Carabins ont deux bons quarts-arrière avec des styles qui se ressemblent cependant», fait remarquer Betts au sujet de Dimitri Morand et de Gabriel Archambault. Le premier a complété 13 passes sur 19 lors d’un duel à sens unique contre les Redmen de McGill et le second, 8 sur 15.

Encore améliorer leur jeu

Betts semble pour sa part plus satisfait de la performance du Rouge et Or en fin de semaine contre Concordia (victoire de 47-9) que lors du premier duel contre le Vert & Or de Sherbrooke, remporté 14-1 sans aucun point marqué par l’offensive. «Mais malgré tout, on ne peut pas se contenter d’avoir eu une bonne semaine 2, il faut améliorer encore notre jeu et savoir où on se tient comme équipe.

«Ce match contre les Carabins ne définira pas notre saison, mais il sera quand même un bon indicateur pour savoir vers où on se dirige», termine Betts, qui est maintenant considéré comme le meilleur espoir du sport universitaire canadien en vue du repêchage 2019 de la Ligue canadienne de football.