Joëlle Mercier (21) en action face aux Carabins. L’attaquante du Rouge et Or a inscrit le but gagnant en prolongation permettant à son équipe de remporter un quatrième championnat provincial consécutif.

Karma de championnes

Avant de partir pour Winnipeg défendre leur titre canadien, les filles du Rouge et Or soccer ont gagné un quatrième championnat provincial consécutif, à Québec. Une victoire de 1-0 en prolongation due aux forces karmiques de l’univers... et à un peu de chance.

Après deux matchs nuls en saison, le Rouge et Or et les Carabins de Mont­réal ont eu besoin de temps supplémentaire pour enfin départager les championnes, dimanche après-midi, au stade de l’Université Laval.

Joëlle Mercier a inscrit le but à la 94e minute de jeu en bloquant la puissante tentative de dégagement d’une défenseure adverse devant son filet. Même si Laurie Couture-Dallaire du Rouge et Or venait de toucher au ballon malgré elle avec sa main droite dans la surface de réparation. Touche que l’arbitre n’a pas sifflée.

«C’est un juste retour des choses», a commenté le sélectionneur de l’UL Helder Duarte, assurant toutefois ne pas savoir s’il y avait eu main ou pas. «Parce qu’en 2013, on a perdu à Montréal alors que la joueuse a été poussée sur notre gardienne et que l’arbitre, qui avait des joueuses devant elle, ne l’a pas vu. Alors c’est égal 1-1 dans la série des buts qui ne devraient pas être accordés!»

Ces deux formations entretiennent une longue rivalité. Elles se livraient une quatrième finale de conférence en cinq ans et se retrouveront au championnat canadien, dans la capitale du Manitoba, à compter de jeudi.

«Tant que ce n’est pas sifflé, il ne faut pas arrêter de jouer. On voit ce que ça donne!» a souri Mercier, étoile du jour appelée à remplacer la vétérane Cynthia Turcotte, blessée vendredi.

L’attaquante recrue de cinq pieds trois pouces originaire de Saint-Georges de Beauce avait vu son but de la tête à la 81e minute refusé pour hors-jeu. Sa concrétisation s’est avérée beaucoup moins élégante, mais ô combien plus profitable.

«J’ai vu qu’elle allait dégager et je me suis dit : “Je me mets devant et il arrivera ce qui arrivera.” Ça m’a touché la cuisse, le genou, je ne sais pas trop. Mais en tout cas, ç’a rentré, c’est ça l’important», a poursuivi la menue 21, à propos de sa déviation aux dépens de l’arrière étoile des Carabins Marie-Ève Bernard-O’Breham.

Championnat intérieur

Tenantes du titre national et semées favorites du tournoi, les filles du Rouge et Or arriveront à Winnipeg fortes d’une séquence de 40 matchs sans défaite remontant à la demi-finale canadienne de 2015. Contre les équipes du Québec, c’est les 62 derniers affrontements sans s’incliner.

Avec le froid et la neige qui enveloppent les plaines en ce moment, il a été décidé que le championnat canadien de soccer féminin universitaire se tiendra dans le complexe intérieur de l’Université du Manitoba. Le Rouge et Or croisera d’abord le chemin des Mustangs de Western Ontario, équipe la plus avare de buts par match au pays en saison régulière — 5 en 16, contre 5 en 14 pour Laval.

«Ce ne sera pas facile, avertit Duarte. Mais on est habituées de jouer à l’intérieur [l’hiver], alors ça va peut-être nous avantager», souhaite l’entraîneur, qui mène sa troupe à une cinquième participation consécutive au championnat canadien et espère un troisième triomphe en quatre ans, après 2014 et 2016.

Outre Laval, Cap-Breton reste aussi invaincu en 2017, tandis que Trinity Western et Montréal constituent les autres menaces importantes.