À l'âge de 30 ans, le lanceur des Capitales, Karl Gélinas, profitera d'une deuxième chance de faire sa place dans le baseball affilié.

Karl Gélinas libéré par les Phillies

La deuxième chance de Karl Gélinas dans le baseball affilié est terminée. Les Phillies de Philadelphie ont libéré le lanceur de 30 ans qui fait le bonheur des amateurs au Stade municipal de Québec depuis sept ans.
Le grand partant droitier ne trace pas encore une croix sur son rêve pour autant. Son ami et ex-coéquipier chez les Capitales, Éric Gagné, tente de lui dénicher un essai avec une autre organisation des ligues majeures. Les recherches de l'ancien stoppeur étoile des Dodgers de Los Angeles pourraient porter fruit, les Rangers du Texas, les Reds de Cincinnati et les Dodgers, justement, s'étant montrés intéressés.
«Il n'y a pas que du négatif, car cette expérience m'a prouvé que je peux compétitionner à ce niveau-là. J'ai clairement ma place et ça a rallumé encore plus la flamme. Ils m'ont dit qu'il n'y avait pas de place, car il y avait trop de joueurs au niveau AAA», a commenté Gélinas par communiqué.
Le 27 février, Gélinas était débarqué à Clearwater, en Floride, au camp du club-école AAA des Phillies. Une blessure à la cuisse avait retardé sa première prestation devant ses nouveaux patrons. Puis mercredi dernier, la pluie avait repoussé une sortie au lendemain, où il a quand même connu du succès. Même chose dimanche, avant que le couperet tombe.
La blessure «n'a pas eu d'impact, car j'ai continué à lancer et mon bras était en forme. Mais je regrette qu'ils aient voulu changer un truc dans ma mécanique. Ça m'a rendu un peu inconfortable sur certains aspects de mon jeu», affirme Gélinas, qui retourne s'entraîner auprès de Gagné, en Arizona, en attente d'un meilleur sort.
Il estime ne pas en avoir terminé avec sa carrière de joueur et un retour avec les Capitales n'est pas exclu. Il pourrait aussi retourner chez les Phillies comme... instructeur. Avant de partir, ils lui ont offert un job dans leur réseau de filiales. «Je vais garder cette offre dans ma poche arrière», conclut Gélinas.