Karl Gélinas
Karl Gélinas

Karl Gélinas dirigera les Diamants de Québec

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Le lanceur Karl Gélinas deviendra le prochain entraîneur-chef des Diamants de Québec. Les négociations entre les deux parties sont avancées au point où il ne reste que de petits détails à régler avant d’en faire une annonce officielle, qui ne tarderait pas, selon ce que Le Soleil a appris, mercredi.

Le club québécois de la Ligue de baseball junior élite du Québec était à la recherche d’un nouveau pilote depuis le départ de Dominik Walsh, la semaine dernière, après un séjour de sept saisons à la barre des Diamants.

«Karl est le seul candidat que nous avons considéré. Nous avons eu des discussions au cours des derniers jours, et je suis confiant que nous en viendrons sous peu à une entente», répondait le président des Diamants Charles Demers lorsque questionné en journée sur la possibilité que Gélinas succède à Walsh. En soirée, le principal intéressé a confirmé la nouvelle dévoilée par Le Soleil, en après-midi.

«On doit finaliser le tout d'ici la fin de la semaine. Il s’agit d’un beau défi, j'aurai de grands souliers à chausser en succédant à Dominik. Il s'agit d'un défi intéressant et enrichissant. Je ne cacherai pas avoir le désir de devenir gérant, un jour, alors d'être en charge d'une équipe junior fait partie de ce processus», a commenté Gélinas, mercredi soir, après avoir avoir répondu par message texte, en début d'après-midi, qu'il était bel et bien en pourparlers avec les Diamants. Il se trouvait alors dans le métro, à Montréal, où il est présentement l’un des entraîneurs avec le programme de l’Académie de baseball du Canada.

Gélinas était le candidat idéal pour diriger les Diamants. Non seulement connaît-il les jeunes joueurs de la région pour avoir côtoyé ceux-ci au programme sport-études des Canonniers de Québec, mais sa présence dans la grande famille des Capitales de Québec — qui sont justement les propriétaires des Diamants — sera complémentaire à son association avec le club de baseball indépendant qui dure depuis son arrivée à Québec en 2007. Une clause dans son contrat lui permettrait ainsi de poursuivre son aventure avec les Capitales, sous une forme à déterminer.

En 13 saisons avec les Capitales, le lanceur droitier de 37 ans montre un dossier de 85 victoires et 59 défaites. Il possède plusieurs records au monticule, notamment pour le nombre de victoires. Ces dernières années, il a cumulé la double fonction d’instructeur des lanceurs et de partant avec l’équipe dirigée depuis 2010 par le gérant Patrick Scalabrini.

L’embauche de Gélinas inciterait aussi Walsh à rester impliqué avec les Diamants en qualité de directeur général et des opérations baseball. Gélinas pourrait ainsi se concentrer sur la gestion de l’équipe sur le terrain et sur son rôle avec les Capitales.

«Les jeunes seraient choyés d’avoir un tel duo pour les diriger, il s’agirait d’une équipe de rêve pour les Diamants», admettait Charles Demers à propos de ce coup double qui deviendra sous peu réalité. La relation entre Walsh et Gélinas est déjà très bonne puisque l'entraîneur-chef sortant à lui-même offert le poste à son successeur.

«Quand «Doom» m'a approché, j'avoue que ça venait du champ gauche, mais ça m'a beaucoup flatté, et surtout, piqué ma curiosité. Je vais embarquer là-dedans à temps plein, il n'est pas question de rater des matchs, ce ne serait pas correct envers les joueurs. Il ne reste que des détails à peaufiner à propos de ma disponibilité pour les Capitales, car il n'y a pas de précédent pour un poste de type hybride comme celui que je vais occuper. Si les calendriers étaient déjà sortis, ce serait plus facile de le prévoir, mais il faut faire avec la situation», ajoutait Gélinas.

Les Diamants de Québec ont remporté, à la fin du mois de septembre, leur deuxième championnat d’affilée dans la LBJEQ. Ils en comptent quatre en sept saisons sous la férule de Walsh, en plus d’avoir été finalistes à deux autres occasions pendant cette période.

«Les succès des Diamants au fil des ans s’expliquent par la stabilité», notait Demers, en rappelant que l’équipe n’avait eu que deux entraîneurs-chefs depuis plus de 10 ans, soit Walsh et son collègue au programme sport-études, Jean-Philippe Roy.

RÔLE AVEC LES CAPITALES

«La fusion entre les ligues Can-Am et Frontier est super bonne pour les Capitales, mais un peu moins pour Karl Gélinas puisque les règles ne sont pas les mêmes, il ne peut pas y avoir de joueur-entraîneur et le nombre de vétérans est réduit à trois [au lieu de quatre]. Mais j'aime encore avoir la balle dans les mains. À ma dernière saison avec les Capitales, ma blessure a une jambe a fait en sorte que je n'étais pas l'ombre de moi-même, mais l'été passé, j'étais rétabli et je lançais plus fort que jamais dans le baseball senior. Je vais m'entraîner comme si j'allais lancer, la saison prochaine, et si les Capitales ont besoin de bras, comme c'est souvent le cas en cours de saison, je serai toujours là. Et si ce n'est pas avec les Capitales, je lancerai dans le senior, j'ai encore l'amour du baseball et de la compétition en moi pour le faire», indiquait le numéro 34, qui tient mordicus à poursuivre sa relation avec les Capitales, bien qu'il soit présentement difficile d'en déterminer la fréquence et la fonction.

UN RECEVEUR AVEC LES CAPITALES

Si les Diamants sont sur le point de confirmer la venue de Gélinas à la barre de l'équipe, les Capitales, de leur côté, ne lésinent pas sur le recrutement, ces derniers temps. Mercredi, ils ont annoncé avoir mis sous contrat le receveur Ruben Castro, un ancien de l'organisation des Astros de Houston de 2014 à 2019 ayant atteint le calibre A fort.

Le gérant Patrick Scalabrini l'a qualité de «très athlétique et remarquable en défensive», comme en témoigne sa note de 40% de réussite contre les coureurs ayant tenté de voler des buts contre lui. «Un tel succès, on ne voit jamais ça», admettait Scalabrini.

Le natif de Puerto Rico âgé de 25 ans montre aussi une moyenne de présence sur les sentiers de ,357 et a volé 17 buts en six saisons dans les ligues mineures. Scalabrini avait d'abord tenté de le contacter, sans succès, mais le lanceur David Richardson, qui évolue avec ce dernier dans les ligues d'hiver, a fait en sorte que les deux se parlent. Non seulement a-t-il vanté les mérites du receveur au gérant, mais il a fortement suggéré à son coéquipier d'aller jouer à Québec, en 2021. Richardson, qui sera libre comme l'air à compter du 16 décembre parce que son option avec les Capitales sera alors terminée, pourrait aussi revenir au Stade Canac s'il ne trouvait pas de poste dans un calibre supérieur.