Félix Auger-Aliassime, 21e joueur mondial, s’est imposé à l’issue d’une bagarre acharnée de trois heures et 51 minutes.
Félix Auger-Aliassime, 21e joueur mondial, s’est imposé à l’issue d’une bagarre acharnée de trois heures et 51 minutes.

Journée parfaite pour Auger-Aliassime et les Canadiens aux Internationaux des États-Unis

La Presse Canadienne
Associated Press
AFP
Agence France-Presse
Ce fut un balayage canadien aux Internationaux des États-Unis, mardi, alors que les quatre représentants de l’unifolié en action ont gagné leur match de premier tour.

Le Québécois Félix Auger-Aliassime a lancé le bal même s’il a trimé dur après avoir connu un début de match prometteur.

Auger-Aliassime, 21e joueur mondial, s’est imposé à l’issue d’une bagarre acharnée de trois heures et 51 minutes, disposant du Brésilien Thiago Monteiro 6-3, 6-7 (7), 7-6 (6) et 7-6 (6).

Après une première manche où Auger-Aliassime a brisé son adversaire dès le quatrième jeu, les choses se sont ensuite corsées. La 15e tête de série a bien servi 18 as mais il a également commis 62 fautes directes, comparativement à 59 coups vainqueurs.

«Dans le quatrième set, c’était le vieil adon de frapper une balle de plus, d’envoyer une balle de plus à son adversaire, a indiqué Auger-Aliassime. Ç’a très bien payé pour moi aujourd’hui. Il y a eu un peu de chance et un peu de caractère. Ç’a bien tourné pour moi en j’en suis heureux.»

Le Brésilien semblait même en voie de gagner la quatrième manche au bris d’égalité après avoir pris l’avance 6-4. Mais deux fautes directes de Monteiro ont permis à Auger-Aliassime de faire jeu égal à 6-6 et il a éventuellement confirmé sa victoire avec un smash.

«J’aurais été prêt à disputer un cinquième set. Je me sentais bien physiquement. Je sentais que j’avais encore de l’essence dans le réservoir. J’ai l’impression d’avoir offert du très bon tennis dans les bris d’égalité», a estimé Auger-Aliassime.

Au deuxième tour, le Québécois a rendez-vous avec Andy Murray, qui a lui aussi eu besoin de cinq manches pour venir à bout du Japonais Yoshihito Nishioka.

Aliassime a remporté un premier match en carrière dans le tableau principal à Flushing Meadows. Il s’était incliné face à son compatriote Denis Shapovalov lors des deux dernières années.

Fernandez surprend

La Lavalloise Leylah Annie Fernandez a ensuite imité Auger-Aliassime et en gagnant son match de premier tour et elle a quant à elle remporté un premier affrontement dans le tableau principal d’un tournoi du Grand Chelem.

Âgée de seulement 17 ans, Fernandez a éliminé la Russe Vera Zvonareva en deux manches de 6-4, 7-5.

Fernandez, classée 104e au monde, disputait un deuxième match en carrière en Grand Chelem, après avoir perdu en première ronde aux Internationaux d’Australie, avant la pandémie de COVID-19.

La Québécoise pourrait se hisser dans le top 100 pour une première fois en vertu de sa victoire face à Zvonareva.

Fernandez sera grandement négligée lors de son duel de deuxième tour. Elle croisera le fer avec la deuxième tête de série et championne en Australie en 2020, l’Américaine Sofia Kenin.

Pospisil et Raonic en trois manches

Pospisil a par la suite obtenu son laissez-passer pour le deuxième tour pour une troisième année de suite, défaisant l’Allemand Philipp Kohlschreiber en trois manches de 7-6 (4), 7-5, 7-6 (3).

Pospisil, 94e raquette au monde, a remporté 85 % de ses points en premier service. Le Britanno-colombien a réussi 23 as.

Pospisil n’a pas été capable de mettre fin à la rencontre à 6-5 au troisième set, alors qu’il détenait le service et trois balles de match. Il s’est toutefois ressaisi pour l’emporter au bris d’égalité.

Finalement, l’Ontarien Milos Raonic (no 25) ne s’est pas éternisé longtemps sur le terrain et il a vaincu l’Argentin Leonardo Mayer 6-3, 6-2, 6-3.

Raonic a réussi 14 as et il n’a pas été brisé une fois pendant la rencontre. Il en découdra maintenant avec Pospisil au tour suivant.

Shapovalov, l’autre Canadien présent à ce tournoi, doit se mesurer au Sud-Coréen Kwon Soon-Woo, mercredi.


+

REMONTÉE INCROYABLE DE MURRAY

Andy Murray a laissé éclater sa joie après avoir réussi sa 10e remontée en carrière après avoir accusé un déficit de deux manches , cette fois aux dépens de Yoshihito Nishioka

Andy Murray a sauvé une balle de match et orchestré sa 10e remontée en carrière après avoir accusé un déficit de deux manches pour gagner son premier match en Grand Chelem en presque 20 mois.

Le champion 2012 des Internationaux des États-Unis, qui cherche encore à retrouver sa forme après deux opérations à la hanche droite, a surmonté ses 13 doubles fautes et un important déficit pour vaincre Yoshihito Nishioka 4-6, 4-6, 7-6 (5), 7-6 (4), 6-4 en quatre heures et 39 minutes.

Murray est un ancien no 1 mondial dont le palmarès comprend aussi deux titres à Wimbledon et deux médailles d’or olympiques.

Le joueur de 33 ans a été opéré à la hanche en janvier 2018, puis une autre fois en janvier 2019, peu après une défaite au premier tour des Internationaux d’Australie. Il croyait alors que le tennis était terminé pour lui.

Mais Murray a éventuellement effectué un retour au jeu la saison dernière. Un problème pelvien — combiné à la pause de compétitions en raison de la pandémie de coronavirus — l’a contraint à l’inactivité de novembre dernier jusqu’en août.

«C’était très émouvant dès la fin du match, quand je suis retourné dans le vestiaire. J’ai vu les messages d’encouragement de ma famille et de mes amis, de mon équipe. Ce sont ces personnes qui m’ont vu passer à travers beaucoup de moments difficiles», a déclaré Murray.

Murray a fait face à une balle de match alors qu’il tirait de l’arrière 6-5 à la quatrième manche, mais il l’a effacée à l’aide d’un service vainqueur à 204 km/h.

Élimination de Querrey

Par ailleurs, Sam Querrey a subi l’élimination dès le premier tour face à un joueur qui s’est absenté du circuit pendant plus de deux ans à cause d’une blessure à une hanche.

Andrey Kuznetsov a vaincu Querrey 6-4, 7-5 (6), 6-2 pour compléter sa lente ascension, signant du même coup sa première victoire sur le circuit de l’ATP depuis 2017.

Le Russe a effectué son retour au jeu le mois dernier au Challenger de Prague, et il a perdu son seul match après une pause de deux ans et sept mois en raison de sa hanche.

Kuznetsov était classé 39e au monde en 2016 lorsque ses problèmes à la hanche ont fait dérailler sa carrière. Il est le premier joueur non-classé à remporter un match dans un tournoi majeur depuis Nicolas Kiefer à Wimbledon en 2007.

L’Autrichien Dominic Thiem, trois fois finaliste d’un tournoi du Grand Chelem, a accédé au tour suivant quand l’Espagnol Jaume Munar a déclaré forfait en deuxième manche. Le champion à New York en 2014, Marin Cilic, a également poursuivi sa route, mais il a eu besoin de cinq manches pour venir à bout de l’Américain Denis Kudla.

D’autre part, Sumit Nagal est devenu le premier Indien à gagner un match aux Internationaux des États-Unis en sept ans.

Le tennisman âgé de 23 ans, qui habite New Delhi, a battu Bradley Klahn 6-1, 6-3, 3-6, 6-1. Nagal est classé 124e au monde.

Un peu plus tôt mardi, le Californien Ernesto Escobedo a obtenu son laissez-passer pour le tableau principal du simple masculin, puisqu’une place s’est libérée après que Benoît Paire a reçu un diagnostic positif au coronavirus peu avant le début du tournoi.

L’Espagnol Marcel Granollers devait être le premier candidat pour remplacer Paire, mais il a refusé l’offre afin de se concentrer sur le double.

Escobedo a donc reçu le laissez-passer et affrontera Kamil Majchrzak mardi.

J.J. Wolf a causé une surprise de taille en montrant la porte de sortie à Guido Pella, 29e tête de série, en quatre manches de 6-2, 0-6, 6-3, 6-3.

Âgé de 21 ans, Wolf se retrouve dans le tableau principal pour une première fois en carrière.

Enfin, le Russe Daniil Medvedev, finaliste l'an passé, est parfaitement entré dans son tournoi, se qualifiant pour le 2e tour aux dépens de l'Argentin Federico Delbonis, 79e mondial, 6-1, 6-2, 6-4, en session nocturne à New York.

Medvedev, 5e mondial, a été très solide dans tous les compartiments du jeu, ne commettant que peu de faites directes, et s'appuyant sur une première balle efficace. Il a converti 5 de ses 9 balles de bris sans en concéder une seule contre lui.

Medvedev ne devrait pas rencontrer plus de difficulté au prochain tour, contre l'Australien Christopher O'Connell, 116e mondial.


+

UNE 102E VICTOIRE POUR SERENA À FLUSHING MEADOWS

Serena Williams a triomphé six fois à New York et elle a été finaliste lors des deux dernières années. Elle tente d’égaler le record de 24 titres en simple en Grand Chelem de Margaret Court.

Du côté des femmes, Serena Williams a amorcé sa tentative de remporter un 24e titre du Grand Chelem en simple en battant Kristie Ahn au premier tour des Internationaux des États-Unis, mardi.

Les deux joueuses américaines ont divisé les honneurs des 10 premiers jeux, mais Williams s’est distancée pour gagner en deux manches de 7-5, 6-3.

«Je suis vraiment contente de la façon dont j'ai géré les points importants. Que ça fait du bien de gagner en deux sets! Ca fait un moment, depuis les années 90», a plaisanté l'Américaine.

Williams, qui a réussi 13 as pendant le match, a signé une 102e victoire en carrière à Flushing Meadows, brisant l’égalité avec Chris Evert pour le plus haut total chez les dames dans l’ère moderne.

Williams, qui fêtera son 39e anniversaire de naissance ce mois-ci, a triomphé six fois à New York et elle a été finaliste lors des deux dernières années. Elle tente d’égaler le record de 24 titres en simple en Grand Chelem de Margaret Court.

Après son match, Williams est allée s’installer dans les gradins pour voir sa sœur aînée Venus croiser le fer avec la 20e tête de série Karolina Muchova. Muchova a triomphé en deux manches de 6-3, 7-5.

Les favorites gagnent

Pratiquement toutes les têtes de série féminines en action mardi ont réussi à progresser au tour suivant.

Sofia Kenin (no 2), championne en titre des Internationaux d’Australie, Aryna Sabalenka (no 5), Madison Keys (no 7), Garbiñe Muguruza (no 10), double championne en Grand Chelem, Johanna Konta (no 9), Elise Mertens (no 16) et Ons Jabeur (no 27) ont toutes eu besoin de deux manches pour battre leur adversaire.

La Belge Ysaline Bonaventure a éliminé la Chinoise Shuai Zhang (no 25) en trois manches de 4-6, 6-3, 6-2. La Polonaise Iga Swiatek a pour sa part fait tomber la Russe Veronika Kudermetova (no 29) en deux sets identiques de 6-3, 6-3.

L'ancienne championne à Flushing Meadows Sloane Stephens a fait une belle entrée en scène en disposant de la Roumaine Mihaela Buzarnescu en deux manches de 6-3, 6-3.

Stephens a remporté ce titre en 2017, lorsqu'elle était classée au 83e rang mondial. Cette année, elle est la 26e tête de série.

Stephens a joué sur le terrain 17 et elle a indiqué que le fait de jouer devant très peu de spectateurs a demandé un ajustement.

«Ça ressemble aux matchs quand j'avais 12 ans. C'est toi et tes parents et ton adversaire et les siens», a déclaré Stephens.

À sa première sortie en Grand Chelem en huit ans, Kim Clijsters a aussitôt courbé l'échine.

La quadruple championne d'un tournoi majeur a été battue 3-6, 7-5, 6-1 par Ekaterina Alexandrova.

Clijsters a triomphé à New York en 2005, 2009 et 2010 et elle a pris sa retraite en 2012. Maintenant âgée de 37 ans et mère de trois enfants, la Belge a tenté un retour à la compétition cette année, mais elle a perdu trois fois en autant de matchs.

Par ailleurs, l'ancienne joueuse du top 10 Carla Suarez Navarro a annoncé qu'elle aura besoin de six mois de chimiothérapie pour traiter un lymphome hodgkinien.

Le mois dernier, Suarez Navarro a déclaré forfait pour les Internationaux des États-Unis. Dans une vidéo publiée sur Twitter, l'Espagnole a indiqué qu'elle avait récemment reçu le diagnostic, mais qu'elle se sentait bien.