Vernom Adams fils

Jouer un match éliminatoire, un privilège pour Vernon Adams fils

MONTRÉAL — Vernon Adams fils s’est souvent fait demander s’il ressentait plus de pression à la veille de disputer un premier match éliminatoire au football professionnel. Au contraire. Pour lui, il s’agit d’un privilège.

«Mon entraîneur à l’Université de l’Oregon m’a demandé une fois si je ressentais la pression avant un gros match éliminatoire, a raconté le quart des Alouettes de Montréal, à quelques heures de la demi-finale de l’Est face aux Eskimos d’Edmonton. Je lui ai dit que oui. Il m’a alors répondu de ne pas m’en faire, car c’est un privilège.

«Il m’a rappelé que bien peu de gens ont l’occasion d’être un quart professionnel et d’amorcer un match éliminatoire devant plus de 20 000 personnes. Alors il m’a dit que j’étais mieux d’aller offrir une bonne performance. C’est de cette façon que j’aborde cela. C’est une opportunité.

«On ne peut pas arriver en séries et changer tout ce qu’on a fait. Vous devez miser sur ce qui vous a amené ici. On peut resserrer un peu ce qui a à l’être, mais pas jouer avec plus de pression. On doit avoir du plaisir.»

L’entraîneur-chef, Khari Jones, a d’ailleurs insisté sur ce point auprès de ses hommes tout au long de la semaine.

«Nous avons eu la même routine que lors de la saison, la même intensité, le même plaisir, a-t-il dit. Je ne pense pas que mes joueurs ressentent une pression supplémentaire. J’ai insisté sur le fait qu’ils n’ont qu’à jouer de la façon dont ils l’ont fait toute la saison. Je ne suis pas inquiet. Je pense que notre équipe est prête.»

Les quarts ciblés

D’ailleurs, autant Adams que son vis-à-vis, Trevor Harris, sont au coeur du plan de match des deux équipes. Autant l’unité défensive des Alouettes que celle des Eskimos ont insisté sur l’importance de sortir le quart adverse de sa zone de confort.

«Leur ligne offensive est leur principal atout (pour protéger Harris): ils sont gros, forts et tenteront de nous intimider, a noté le secondeur Henoc Muamba. Mais nous utiliserons nos forces: nous savons que nous sommes rapides à l’avant. Alors on va tenter de forcer Harris à se départir du ballon plus tôt qu’il ne le voudrait.»

«Idéalement, il faudrait rendre leur attaque unidimensionnelle, a pour sa part indiqué l’ailier défensif des Eskimos Mathieu Betts. On s’attend à ce qu’ils courent sur le premier essai pour avoir des deuxièmes essais courts et moyens. Ce sera à nous de bien gérer le match. Adams est mobile, on devra le garder dans sa pochette le plus souvent possible.»

Les Eskimos sont l’équipe qui a réussi le plus de sacs cette saison avec 56, à égalité avec les Roughriders de la Saskatchewan. Les Alouettes ont connu beaucoup moins de succès dans cet aspect du jeu, avec seulement 27 sacs, ce qui leur a conféré le dernier rang du circuit Ambrosie. C’est peut-être l’une des raisons qui expliquent pourquoi les Alouettes ont tendu la main à l’ailier défensif et joueur autonome Gabriel Knapton cette semaine.

«Nous croyions avoir besoin d’un peu d’aide sur le front défensif, a admis Jones. Nous l’avions à l’oeil depuis un certain temps. Nous savions qu’il était en forme et prêt à jouer, alors c’était la semaine pour faire appel à ses services. Je suis heureux de l’avoir: je pense qu’il va apporter encore plus d’énergie au sein de l’équipe.»

«Je suis prêt à occuper tous les rôles qu’on voudra bien me confier, a pour sa part déclaré Knapton, très heureux d’être de retour avec les Alouettes pour un troisième séjour. J’ai bien hâte de contribuer aux succès de l’équipe.»

Jones devra par contre négocier avec une absence de taille en attaque, puisque le receveur DeVier Posey n’est pas en mesure de reprendre sa place. C’est Dante Absher, qui l’avait remplacé pour le dernier match de la saison, qui sera de nouveau appelé à le remplacer pour le duel de dimanche.

Le match se mettra en branle à compter de 13h, au stade Percival-Molson. Plus de 20 000 billets ont été vendus et les Alouettes ont décidé d’ouvrir les portes du stade à compter de 11h afin de permettre aux gens de gagner leurs sièges sans être pressés et à temps pour le début du match.