Joshua Roy risque de devenir le premier joueur sélectionné au repêchage de la LHJMQ, en juin 2019 à Québec.

Joshua Roy fait tourner les têtes

TROIS-RIVIÈRES — Deux ans après le passage d’Alexis Lafrenière, c’est au tour de Joshua Roy des Chevaliers de Lévis de faire écarquiller les yeux dans le hockey midget AAA québécois.

Dimanche à Trois-Rivières, ce surdoué de 15 ans originaire de Saint-Georges-de-Beauce, un partisan des Penguins de Pittsburgh, a enfilé son 49e point de la saison à sa 22e partie. En fait, il a marqué plus de buts (23) qu’il a disputé de matchs jusqu’ici. Attaquant polyvalent doté d’une excellente vision du jeu, il est considéré comme le meilleur joueur né en 2003 dans la province. Il sera un candidat de choix pour devenir le premier choix au total de la LHJMQ, en juin 2019 à Québec.

«Ça va devenir de plus en plus stressant à mesure que la séance de repêchage approchera», concède celui qui mesure déjà près de 6 pieds. «Au moins, nous sommes plusieurs joueurs de 15 ans dans l’équipe ici à Lévis, on peut s’encourager dans ce processus.»

Roy domine le classement des marqueurs du circuit. Ses coéquipiers Samy Paré (troisième), Nicolas Daigle (quatrième), l’espoir des Cataractes William Veillette (septième) ainsi que son bon ami Olivier Nadeau (huitième) ont tous leur place dans le top-10 en ce moment.

Évidemment, personne chez les Chevaliers ne s’attendait à ce que l’équipe soit imbattable à mi-parcours de la saison. «Je ne comprends pas comment on fait! Oui, on joue bien, mais ça prend plus que ça. On vit quelque chose d’assez incroyable. En même temps, il faut rester le plus humble possible.»

En abordant Joshua Roy, c’est ce qui saute aux yeux: sa maturité. «Il aime se comparer à Matt Duchene. En tant que joueur, c’est difficile à dire, mais comme être humain et avec les histoires récentes chez les Sénateurs, je n’aime pas cette comparaison», sourit son entraîneur Mathieu Turcotte, impressionné par le niveau d’engagement de l’adolescent. «On parle d’un marqueur naturel qui va chercher les buts importants. Pour son jeu défensif, je n’ai pas grand-chose à lui reprocher. À son âge et avec ce talent, c’est rare que ça arrive.»

S’il poursuit sur cette lancée, Roy pourrait récolter davantage de points que Lafrenière en 2016-17 (83 en 36 sorties). Depuis qu’il a été blanchi de la feuille de pointage au match inaugural du 31 août, Roy a toujours récolté au moins un point dans chacune de ses sorties. Cinq fois, il a connu des matchs de quatre points ou plus! Et à trois reprises seulement, il a terminé une journée au boulot avec un différentiel négatif.

Bref, on comprend que Roy est l’un des principaux acteurs de cette série de succès. Si les Chevaliers maintiennent le cap, ils pourraient égaler la marque de 25 victoires consécutives, l’oeuvre des Gouverneurs de Sainte-Foy, cuvée 1984-85, lors de leur match du 30 novembre.

Dans leur petit aréna de Charny, des centaines de spectateurs se déplacent. L’équipe mise désormais sur une couverture nationale en raison de ses récents exploits. «On en a jasé entre nous une seule fois, quand on a battu le record du meilleur début de saison dans l’histoire de la ligue (16-0)», admet Mathieu Turcotte.

«C’est une belle pression à avoir, à entretenir. Ce sera pratique quand nous serons en séries», conclut l’entraîneur, en rappelant au passage que la saison dernière, ses Chevaliers avaient réussi une séquence de 14 victoires.