Le Britannique Anthony Joshua et le Néo-Zélandais Joseph Parker lors de la pesée au Pays de Galles en vue de leur combat pour l’unification des ceintures WBA, IBF, IBO et WBO des poids lourds.

Joshua-Parker : un combat pour l’histoire

PARIS — Une page d’histoire de la catégorie la plus prestigieuse de la boxe va s’écrire samedi, à Cardiff (Pays de Galles), où le Britannique Anthony Joshua affronte le Néo-Zélandais Joseph Parker pour l’unification des ceintures WBA, IBF, IBO et WBO des poids lourds.

Les 78 000 places du Principality Stadium ont été vendues pour ce choc entre deux poids lourds pour l’instant invaincus en carrière professionnelle. Joshua (20 victoires en 20 combats), qui détient les titres WBA, IBF et IBO, fait figure de grand favori chez les preneurs aux livres.

«Dans ma tête, je pars pour 12 rounds, mais je pense que ce sera fini en neuf», a-t-il assuré, estimant qu’il allait obtenir un nouveau succès par K-O. Le Britannique d’origine nigériane, champion olympique à Londres en 2012, a remporté tous ses combats avant la limite depuis ses débuts chez les pros un an plus tard.

«Pendant longtemps, j’ai dû me reposer sur ma force physique», a souligné le boxeur de 28 ans. «Au cours des dix années écoulées, je suis également parvenu à me construire une bonne force mentale et je combine dorénavant les deux», a ajouté Joshua, qui reste sur une bataille âpre contre le Français Carlos Takam (arrêt au 10e round) en octobre.

Parker, dont les parents sont nés aux Samoa avant d’émigrer en Nouvelle-Zélande, n’a pas été très convaincant en septembre dernier lors de la dernière défense de son titre WBO face à Hughie Fury (victoire aux points), cousin de Tyson Fury. Le natif d’Auckland (24 victoires, dont 18 par K.-O, en 24 combats) est plus petit de cinq centimètres (deux pouces) que Joshua. Mais le boxeur âgé de 26 ans pâtira surtout d’une allonge plus courte de 15 centimètres (près de six pouces).

Il devra en outre affronter pour la première fois l’ambiance survoltée d’une enceinte pleine à craquer. «S’il perd ses moyens sur le ring, je m’en rendrai compte», a assuré Joshua au micro de la BBC vendredi. «Mais même si l’atmosphère sera impressionnante, au final, il y a un ring, un arbitre. Dans n’importe quelle salle, il s’agit de prendre la mesure de la folie et du chaos.»

Toutefois, Parker a, semble-t-il, retrouvé tout son punch après deux opérations successives à chacun de ses coudes, il y a quelques mois. Et son clan doute des capacités d’encaisseur de Joshua, qui a déjà visité le tapis dans le passé.

«Le Joseph Parker qu’il affrontera aura bien changé par rapport à celui qu’il a vu contre Hughie Fury», a affirmé Kevin Barry, l’entraîneur de Parker. «Il ne ressent plus de douleurs et frappe plus fort qu’avant.»

«Je suis prêt à 100 %. Je n’ai plus de blessures, plus rien qui me tracasse. Ça ne tient qu’à moi de devenir le meilleur au monde, il ne faut pas flancher.

«Il peut se produire tellement de choses dans les premiers rounds. Ça peut pencher d’un côté comme de l’autre, ça va dépendre de qui arrive à suivre le mieux son plan pour le combat. Je suis préparé à tout, je viens faire la guerre. Il va falloir sortir le grand jeu pour me battre», a averti Parker.

Wilder à l’affût

Le vainqueur de l’affrontement de samedi détiendra les mêmes ceintures que l’Ukrainien Wladimir Klitschko entre 2011 et 2015. Ce dernier n’avait jamais souhaité se mesurer à son frère Vitali, détenteur de la ceinture WBC. Ni Joshua ni Parker n’auront cette excuse, car l’actuel champion WBC, l’Américain invaincu Deontay Wilder (40 victoires) est impatient de démontrer qu’il est le souverain légitime des lourds.

Il réclame de longue date sa chance contre Joshua et crie à l’usurpateur. Le Britannique a déclaré en retour qu’il était d’abord concentré à «1000 %» sur le combat de samedi.

«Je regarde vers Parker : s’il est champion, c’est qu’il y a une raison», a indiqué Joshua, dont les détracteurs pointent l’influence sur son règne de son promoteur Eddie Hearn. Le directeur général de Matchroom Sport a, il est vrai, bâti patiemment sa poule aux œufs d’or en attendant une douzaine de combats avant de lui faire rencontrer un adversaire un tant soit peu dangereux.