Jim Caldwell a été entraîné dans la vague de congédiements qui ont touché la NFL cette semaine. Il a été le premier entraîneur des Lions à connaître trois saisons gagnantes depuis le début des années 50.

Jim Caldwell remercié par les Lions de Detroit

DETROIT — Jim Caldwell a peut-être été l’entraîneur-chef des Lions de Detroit qui a connu le plus de succès dans l’ère moderne, mais ce ne fut pas suffisant pour qu’il garde son emploi.

Les Lions ont congédié Caldwell, lundi, à la suite d’une campagne où les attentes ont augmenté avant de voir l’équipe rater les éliminatoires malgré un dossier de 9-7. L’entraîneur de la ligne offensive, Ron Prince, a aussi été congédié, tandis que le sort des autres entraîneurs dépendra du nouvel entraîneur-chef.

La propriétaire des Lions, Martha Firestone Ford, a qualifié Caldwell d’un des «meilleurs meneurs que nous avons eu comme entraîneur-chef».

«Il nous a non seulement guidés vers trois saisons gagnantes, mais il a aussi rehaussé la barre à l’extérieur du terrain en ayant un impact exceptionnel sur toute l’organisation et la communauté», a dit Ford dans un communiqué.

En quatre saisons à la barre des Lions, Caldwell a compilé un dossier de 36-28 et a aussi présenté une fiche de 0-2 en éliminatoires. Incluant trois saisons avec les Colts d’Indianapolis, Caldwell affiche un dossier de 62-50 en saison régulière dans la NFL, et de 2-4 en éliminatoires.

Le directeur général des Lions, Bob Quinn, a affirmé qu’il souhaitait dénicher un entraîneur qui amènera l’équipe au niveau suivant — des victoires en éliminatoires et un championnat. Quinn a mentionné qu’il avait notamment congédié Caldwell, car il croyait que l’équipe aurait pu gagner plus de neuf matchs lors des deux dernières saisons.

Menés par le quart Matthew Stafford, les attentes n’étaient pas particulièrement élevées pour les Lions cette saison, mais ils ont connu un bon début de saison avec trois victoires en quatre rencontres avant de connaître une baisse de régime. Les Lions ont finalement perdu trois de leurs cinq derniers matchs pour sortir de la course.

Aimé de ses joueurs

Caldwell est devenu le premier entraîneur des Lions depuis le début des années 50 à connaître trois saisons gagnantes lors de ses quatre premières campagnes avec l’équipe. Il ne criait pas après ses joueurs et s’intéressait à leur vie.

«J’adore Caldwell, a dit le receveur Marvin Jones. Ça fait deux ans que je suis ici et il est le meilleur entraîneur pour lequel j’ai joué. Tout le monde se tait deux minutes avant les réunions parce qu’il impose le respect sans avoir à crier. Vous ne voulez jamais le décevoir. Vous voulez toujours réussir les jeux pour lui.»

Quand Caldwell a été embauché il y a presque quatre ans, il débarquait chez une équipe qui n’avait connu qu’une saison gagnante à ses 13 dernières campagnes. «J’aurais aimé continuer de jouer pour lui», a dit Stafford lundi, quand les joueurs vidaient leur casier.

Lors de chacune des saisons de Caldwell à la barre des Lions, ils ont été parmi les pires formations du circuit pour les gains au sol. Cette faiblesse a mis beaucoup de pression sur Stafford et la ligne offensive.

+

LES BEARS SE SÉPARENT DE FOX

Les Bears de Chicago ont congédié l’entraîneur-chef John Fox après une saison de 5-11. Les Bears ont terminé la saison avec une fiche perdante pour une quatrième fois d’affilée — chaque fois avec au moins 10 défaites. Les Bears n’ont pas connu de saison gagnante depuis le départ de Lovie Smith après une campagne de 10-6 en 2012. Ils n’ont pas participé aux éliminatoires depuis 2010. En trois saisons à la barre des Bears, Fox a compilé un dossier de 14-34. Son taux de victoire ,292 est le deuxième pire de l’histoire de l’équipe derrière Abe Gibron, qui avait compilé une fiche de 11-30-1 (,274) de 1972 à 1974. En 16 saisons comme entraîneur-chef dans la NFL, Fox présente un dossier de 133-123. 

+

PAGANO NE DIRIGERA PLUS LES COLTS

Les Colts d’Indianapolis ont congédié l’entraîneur-chef Chuck Pagano, dimanche, moins de deux heures après que l’équipe eut terminé la saison avec un dossier de 4-12 en vertu d’une victoire de 22-13 contre les Texans de Houston. Le propriétaire des Colts, Jimmy Irsay, en a fait l’annonce par voie de communiqué, souhaitant du même coup à Pagano et son épouse du succès. Ce changement survient alors que les Colts ont raté les séries pour une troisième année de suite. Comme le quart Andrew Luck a raté toute la saison, les Colts avaient de minces chances de participer aux éliminatoires et Indianapolis a encaissé sa première saison perdante depuis 2011, Pagano a été l’entraîneur-chef pendant six campagnes. Il a conclu son passage à la barre des Colts avec une fiche de 56-46, incluant un dossier de 3-3 en séries.  

+

GRUDEN INTÉRESSÉ PAR LES RAIDERS

L’ex-entraîneur devenu analyste à la télévision, Jon Gruden, a déclaré mardi qu’il espérait que sa candidature soit considérée pour le poste à la barre des Raiders d’Oakland. Gruden a dirigé les Raiders de 1998 à 2001 avant d’être échangé aux Buccaneers de Tampa Bay en retour de quatre choix au repêchage, dont deux de première ronde et de huit millions $. Les Raiders ont limogé l’entraîneur-chef Jack Del Rio, dimanche, quelques minutes après une défaite de 30-10 aux mains des Chargers de Los Angeles qui mettait un terme à une saison décevante. Del Rio avait signé une prolongation de contrat de quatre ans en février dernier après que les Raiders eurent mis un terme à leur disette de 13 saisons et eurent remporté 12 victoires la saison dernière. 

+

LA RETRAITE POUR ARIANS ET PALMER

TEMPE, Ariz. — L’entraîneur-chef des Cardinals de l’Arizona, Bruce Arians, a décidé de prendre sa retraite après cinq saisons à la barre de l’équipe. Moins de 48 heures plus tard, le quart Carson Palmer a pris la même décision.

Âgé de 65 ans et nommé deux fois entraîneur-chef de l’année dans la NFL, Arians était reconnu pour sa personnalité colorée et son offensive redoutable.

«Ce fut une aventure extraordinaire», a-t-il dit lors d’une conférence de presse où il a parfois été envahi par les émotions. «Ce sont des larmes de joie, de paix. Je vais m’ennuyer des joueurs, de sortir du vestiaire pour entendre l’hymne national.»

Arians a indiqué qu’il avait annoncé sa décision aux joueurs, dimanche, après une victoire de 26-24 face aux Seahawks de Seattle, et les joueurs ont gardé le secret.

Questionné sur les raisons derrière sa décision, Arians a dit que «la famille en est une importante». Il a raconté que l’été dernier, alors qu’il passait du temps à son chalet en Géorgie en compagnie de sa femme, il avait été frappé quand elle lui avait dit que son fils, Jake, célébrait son 40anniversaire de naissance. «J’ai réalisé tout le temps perdu», a dit Arians.

Problèmes de santé

Après plus de quatre décennies dans le football comme entraîneur, Arians a eu des problèmes de santé au cours des dernières années. Il a notamment vaincu le cancer du rein lors de la saison morte, l’an dernier.

La voix du directeur général des Cardinals, Steve Keim, a craqué quand il est revenu sur son temps à côtoyer Arians. «Il va être difficile de recréer une relation comme celle que j’avais avec Bruce, a-t-il dit. Il aura toujours une place spéciale dans mon cœur.»

Arians a signé 50 victoires au cours de ses cinq campagnes avec les Cardinals, un record d’équipe. Incluant son temps comme entraîneur-chef intérimaire des Colts d’Indianapolis, Arians a compilé un dossier de 59-35-1 comme entraîneur-chef dans la NFL, incluant les éliminatoires. Il avait auparavant gagné deux fois le Super Bowl comme entraîneur- adjoint chez les Steelers de Pittsburgh.

Le quart-arrière Carson Palmer a décidé lui aussi de prendre sa retraite après avoir disputé 15 saisons dans la NFL. Palmer, qui a eu 38 ans la semaine dernière, en a fait l’annonce, mardi, dans une lettre ouverte publiée par les Cardinals. Palmer a raté les neuf derniers matchs de ce qui aura été sa dernière saison dans la NFL en raison d’une fracture au bras gauche. Il a qualifié sa carrière professionnelle comme étant «l’expérience la plus incroyable de sa vie.»

Palmer a été le tout premier choix du repêchage de 2002 des Bengals de Cincinnati. En 11 saisons dans la NFL, il a totalisé des gains de 46 247 verges et a porté l’uniforme des Bengals, des Raiders d’Oakland et des Cardinals. Arians et Palmer ont passé les cinq dernières saisons ensemble en Arizona.

+

LESEAN MCCCOY POURRAIT AFFRONTER LES JAGUARS

ORCHARD PARK, N.Y. — L’entraîneur-chef des Bills de Buffalo, Sean McDermott, a indiqué les résultats des examens effectués sur la cheville gauche de LeSean McCoy s’étaient révélés négatifs, ce qui signifie que le porteur de ballon pourrait affronter les Jaguars de Jacksonville lors du premier tour éliminatoire, dimanche.

McDermott n’a pas voulu entrer dans les détails, mais il a affirmé que l’équipe avait reçu «une bonne nouvelle» lundi, après que McCoy se soit blessé dans une victoire de 22-16 face aux Dolphins, à Miami.

Cette victoire, combinée à la défaite de 31-27 des Ravens de Baltimore face aux Bengals de Cincinnati, a permis aux Bills de se qualifier pour les éliminatoires pour une première fois depuis 1999. Ils ont ainsi mis fin à la plus longue séquence active sans participation aux éliminatoires au sein des quatre sports majeurs professionnels nord-américains.

McCoy s’est blessé sur une course de trois verges lors de la première possession des Bills au troisième quart. Il avait quitté le terrain à bord d’une voiturette.

À sa neuvième saison dans la NFL, il a accumulé 1138 verges de gains au sol et a marqué huit touchés, dont deux sur des passes captées.

Merci à Dalton

Les partisans des Bills ont trouvé une belle manière de remercier Andy Dalton après qu’il eut aidé leur équipe à se qualifier pour les éliminatoires pour une première fois en 18 ans. Ils ont décidé de faire des dons à la fondation du quart-arrière des Bengals de Cincinnati.

La fondation de Dalton a rapporté mardi avoir reçu plus de 100 000 $US en dons depuis la victoire de 31-27 des Bengals face aux Ravens de Baltimore, dimanche. Dalton a lancé une passe de touché de 49 verges avec 44 secondes à faire au match et les Ravens ont été éliminés de la course aux éliminatoires. Les Bills ont ainsi hérité d’un des deux laissez-passer supplémentaires pour les séries dans l’AFC. 

Dalton a affirmé qu’il était «l’homme de l’heure à Buffalo» dans une vidéo publiée sur son compte Twitter, mardi, dans laquelle il exprime sa reconnaissance.  

+

DEUX ANS POUR LEWIS

Par ailleurs, les Bengals ont accordé une prolongation de contrat d’une durée de deux ans à leur entraîneur-chef Marvin Lewis. Les Bengals ont été incapables de se qualifier pour les éliminatoires pour une deuxième saison de suite et le contrat de Lewis arrivait à échéance après sa 15e campagne avec l’équipe.

L’entente est survenue après deux jours de discussions avec le propriétaire de l’équipe Mike Brown. Lewis possède la deuxième plus longue séquence à la barre d’une équipe dans la NFL, après Bill Belichick qui compte 18 saisons avec les Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Contrairement à Belichick, qui a remporté cinq Super Bowls avec les Patriots, Lewis affiche un rendement de 0-7 en séries éliminatoires, e pire dossier pour un entraîneur dans l’histoire de la NFL.

Les Bengals n’ont pas remporté un match de séries depuis la saison 1990, la sixième plus longue séquence de la ligue.