De retour des Jeux panaméricains, Scott Richmond et Dustin Molleken ont fièrement posé pour le photographe du Soleil avec la médaille d’argent qu’ils ont remportée lors de l’évènement tenu au Pérou.

Jeux panaméricains: deux lanceurs des Capitales ramènent l'argent

Scott Richmond et Dustin Molleken ne reviennent pas amers des Jeux panaméricains, d’où les lanceurs des Capitales et l’équipe canadienne ont rapporté une médaille d’argent.

«On s’est bien battus, mais Porto Rico a gagné ses six matchs dans le tournoi et nous a vaincus deux fois [8-5 et 6-1, en finale]. Ils méritaient l’or et on méritait la médaille d’argent. On a gagné l’argent, on n’a pas perdu l’or», résume Richmond, utilisé dans le match de groupe contre la Colombie gagné 10-3.

Il sera sur le monticule du stade de Québec mercredi pour amorcer la deuxième tranche de la série face aux Aigles de Trois-Rivières.

«C’était une expérience incroyable. C’est toujours un honneur de porter le Canada sur notre chandail», insiste de son côté Molleken, qui a réalisé deux sorties en relève pour trois manches de travail au total. Obtenant un sauvetage contre Cuba et ses coéquipiers chez les Capitales Yordan Manduley et Stayler Hernandez, aussi rentrés à Québec lundi après une décevante sixième position pour les Cubains aux Panams.

Poursuivre sur cette lancée

Le lanceur de départ Richmond (3-4, 4,20), qui aura 40 ans à la fin du mois, espère poursuivre sur le succès qu’il a connu au Pérou. Sans oublier qu’après un début de saison difficile, il n’avait accordé que deux points mérités ou moins lors de six de ses huit derniers départs avec les Capitales avant de partir pour les Panams.

«À chacune de mes sorties, je dois donner une chance à l’équipe de gagner. Lancer un paquet de prises et ne pas donner de buts sur balles. Maintenant que nous sommes les quatre de retour, l’équipe ne peut qu’être meilleure. On va partir sur une bonne séquence en août et causer des problèmes aux autres en séries éliminatoires», prédit celui qui a déjà lancé 169 manches dans les majeures avec les Blue Jays de Toronto, de 2008 à 2012.

Si Molleken (2-0, 1,98) a rempli plusieurs rôles dans l’alignement des Capitales avant de partir à Lima, comme en témoignent ses quatre départs en 20 présences, l’auteur de 8,1 manches dans l’uniforme des Tigers de Detroit en 2016 revient à 100 % comme releveur de fins de rencontre ou closer.

Molleken n’avait alloué qu’un maigre point à ses quatre dernières présences dans l’uniforme québécois.

Aussi membre de l’équipe canadienne qui a participé aux Jeux panams, le voltigeur Connor Panas pourrait se joindre aux Capitales dans les prochains jours. Panas rencontre le président des Blue Jays Mark Shapiro mercredi, à Toronto. Si jamais les Jays n’ont pas de place pour lui dans leur organisation, où il a évolué de 2015 à 2018, le Torontois pourrait ensuite se tourner vers Québec pour terminer la saison.

Wilson de retour

Les Capitales s’attendent de plus à rapatrier l’avant-champ Zach Wilson aussi tôt que cette fin de semaine. Auteur d’une moyenne au bâton de ,348 et de 32 points produits en 38 matchs l’an dernier avec l’équipe, le Californien qui a eu 29 ans mardi vient d’être éliminé dans la ligue en République tchèque où il a joué cet été.

***

LES AIGLES TROP FORTS

Avec deux victoires de suite et quatre gros joueurs de retour, les Capitales s’espéraient sur une envolée. Mais les Aigles de Trois-Rivières ont ramené leurs hôtes sur terre en les écrasant 10-1, mardi soir, à Québec.

«Selon moi, on a la meilleure attaque de la ligue. Quand notre lanceur nous donne un match comme celui-là, j’ai vraiment confiance de gagner», a résumé le gérant des Aigles, T.J. Stanton.

Stanton venait de voir son lanceur de départ Domenic Mazza tenir les Capitales en respect pendant six manches (1 p, 3 cs, 8 rab), pendant que l’offensive des Aigles claquait 13 coups sûrs, dont un circuit et cinq doubles.

«On ne gagnera pas tous nos matchs d’ici la fin du calendrier, mais il faut gagner nos séries», a de son côté analysé l’instructeur-chef des locaux, Patrick Scalabrini.

«Si on en avait une à échapper dans cette série, c’est celle-là contre Mazza [2-2, 1,12], qui n’a pas donné un point mérité depuis son retour de blessure [le 27 juillet]. Je reste persuadé qu’avec Scott Richmond et Karl Gélinas sur la butte pour les deux prochaines, on devrait gagner. Il faut les gagner», a indiqué Scalabrini.

Il s’agit quand même de deux formations aux saisons diamétralement opposées, comme le démontrent leurs fiches de 43-27, pour Trois-Rivières, et 27-43, pour Québec. Les Capitales montrent un dossier de 4-10 cet été contre les Aigles.

Les favoris des 3214 amateurs réunis au stade du parc Victoria n’ont jamais été dans le coup, mardi. Les visiteurs ont annoncé leurs couleurs avec un long circuit solo sur la ligne du champ droit de Juan Kelly, en deuxième manche. Kelly a fini la soirée avec deux points produits, tout comme Raphaël Gladu et Anthony Hermelyn.

En cinquième, le voltigeur de gauche des Capitales Stayler Hernandez a laissé tomber un ballon de routine après avoir perdu la balle de vue dans une tour de lumières. Au lieu d’un premier retrait facile, le neuvième frappeur du rôle des Aigles a plutôt amorcé la manche avec un double.

L’artilleur Arik Sikula a ensuite accordé trois simples, un but sur balles et un double pour quatre points dans la manche. Sans l’erreur non compilée de Hernandez — il n’a jamais touché à la balle —, les Capitales auraient retraité à l’abri à 3-1 au lieu de 6-1.

En proie à une saison difficile, Sikula (4,2 ml, 6 pm, 7 cs, 8 rab, 4 bb) a encaissé cinq points mérités ou plus pour la cinquième fois en 15 départs cette saison.

Notes

Retranché par les Capitales avant son départ pour les Jeux panaméricains, Tyson Gillies était néanmoins au stade mardi soir, mais dans les estrades. Il n’est pas question de le ramener dans l’équipe... 

Les Capitales porteront un gilet inspiré des As de Québec, mercredi, pour la soirée hockey.