Jean-Simon Roy a célébré son repêchage par les Eskimos d'Edmonton avec sa mère, au Boston Pizza de Sainte-Foy. Il va rejoindre son ancien coéquipier du Rouge et Or, Danny Groulx.

Jean-Simon Roy choisi 14e au repêchage de la LCF

Pour une quatrième année d'affilée, le premier Rouge et Or repêché dans la LCF évolue sur la ligne à l'attaque. Dimanche soir, Jean-Simon Roy a été choisi au 14e rang par les Eskimos d'Edmonton. L'ailier rapproché Antony Auclair, sur le retour d'un camp de la NFL, est sorti 30e (Saskatchewan) et l'ailier défensif Edward Godin, 42e.
«J'avais un petit feeling pour Edmonton», a avoué Roy, après que la clameur de ses actuels et anciens coéquipiers se soit calmée dans le restaurant voisin du PEPS de l'Université Laval. Dans le groupe, son ex-coéquipier du Rouge et Or Danny Groulx, garde pour les Eskimos depuis 2015. Groulx avait prévu le coup en apportant une belle casquette neuve au logo vert et jaune pour le nouveau membre de la famille.
«J'avais eu un bon contact avec les Eskimos. Ils m'ont appelé dans les derniers jours et on a eu de bonnes conversations», a expliqué Roy, à propos de l'équipe menée par le nouveau directeur général Brock Sunderland et l'entraîneur-chef Jason Maas.
Accompagné de ses parents et sa blonde, Roy a vécu un fort moment d'émotion quand son téléphone s'est mis à vibrer, dans sa poche. Quelques instants avant que les Eskimos n'en fassent l'annonce officielle.
«Ils m'ont dit : "Es-tu prêt à venir gagner une Coupe Grey avec nous?" Ça va me faire une autre grosse bague», a-t-il ensuite souri, montrant les deux gros bijoux de sa main droite pour chacune de ses Coupes Vanier remportées avec le Rouge et Or.
La fierté de Saint-Augustin-de-Desmaures changera toutefois de position. Bloqueur naturel, il devra migrer à la position de centre ou sinon de garde, postes davantage voués aux Canadiens dans la Ligue canadienne. Les Eskimos lui en ont déjà fait mention.
Nouvelle position
«Pour son avenir, j'ai toujours pensé qu'il devait changer de positon», a fait valoir le pilote du club de football de l'UL, Glen Constantin, sur place pour soutenir ses protégés. «Mais il est resté bloqueur pour le bien de l'équipe. J'avais peur que ça puisse lui nuire, mais ils ont vu son talent.»
Plusieurs équipes ont parlé du gaillard de 6'3'' à Constantin comme d'un possible choix de première ronde, n'eût été ses 285 lb qui le rendent un peu léger pour le boulot. «À 23 ans, les 10-15 livres qu'ils veulent avoir vont se prendre naturellement dans les prochaines années», croit Constantin, qui qualifie l'entraîneur responsable de la ligne offensive à Edmonton Mike Gibson de «crieur, mais bon coach».
Un peu plus tard, les applaudissements ont fusé quand Godin a lui aussi reçu l'appel. Des Lions de la Colombie-Britannique, dans son cas.
«Je capote! Je n'ai pas de mots. On peut juste rêver de ces moments-là. C'est fou!», a lancé un Godin émotif, qui avait justement établi la cinquième ronde comme le moment le plus rapide auquel il pouvait être sélectionné. L'équipe s'avère toutefois «une surprise totale». «Mais s'ils m'ont choisi, ils voient quelque chose en moi, un potentiel pour peut-être devenir le prochain ailier défensif partant ou le prochain partant sur les unités spéciales. En tout cas, je vais aller à Vancouver pour tout donner.»
C'était la première fois en quatre ans que le Rouge et Or n'entendait pas le nom de l'un de ses porte-couleurs en première ronde.
Auclair rentre comblé... et repêché
Anthony Auclair, qui vient de passer trois jours au mini-camp des recrues des Buccaneers de Tampa Bay, y retournera pour cinq semaines.
C'est à l'aéroport de Toronto, par le texto d'un ami, qu'Antony Auclair a appris sa sélection de quatrième ronde au repêchage de la LCF, 30e au total, par les Roughriders de la Saskatchewan. «Je suis quand même content, je ne peux pas être déçu d'être repêché dans une ligue. Comme plan B, c'est l'fun, mais pour l'instant, je ne suis pas concentré là-dessus. Je suis concentré sur mon plan A.»
Dimanche soir, pendant que ses coéquipiers du Rouge et Or suivaient la séance de sélection de la Ligue canadienne de football au Boston Pizza du chemin Sainte-Foy, Auclair rentrait de la Floride. Il venait d'y passer trois jours. Pas à se faire griller, plutôt au mini-camp des recrues des Buccaneers de Tampa Bay.
L'ailier rapproché étoile du club de l'Université Laval a paraphé une entente de joueur autonome avec la formation de la NFL, le 29 avril. Son premier contact avec l'organisation a été excellent. Même le Tampa Bay Times a relevé la présence de ce mystérieux Canadien francophone parmi les recrues ayant fait la connaissance de l'entraîneur-chef Dirk Koetter, depuis vendredi, sur le terrain du One Buccaneer Place.
«Ç'a super bien été les trois jours», a-t-il affirmé au Soleil par téléphone, dimanche en fin de soirée. «Le coach des ailiers rapprochés [Ben Steele] a dit à moi et O.J. [Howard, premier choix des Bucs au récent repêchage] que c'est la première fois qu'il voyait des recrues assimiler aussi vite.»
«L'organisation a vraiment facilité mon entrée dans l'équipe, poursuit-il. Tout le monde est super cool, je me sentais vraiment à la maison. C'est sûr qu'après un camp comme celui-là, tu es fatigué, mais pas si pire. J'ai vraiment hâte d'y retourner et de m'entraîner avec les vétérans.»
Le natif de Notre-Dame-des-Pins rentre à Québec pour une semaine et repart pour Tampa dimanche, cette fois pour un séjour de cinq semaines au cours duquel les Bucs tiendront des activités d'équipe et un autre mini-camp, mi-juin. Les camps d'entraînement officiels de la NFL s'amorcent à la fin de juillet.
Une chaise libre
Koetter devrait garder au moins quatre ailiers espacés dans son alignement durant la saison. À un moment donné, l'an passé, cinq ailiers espacés cohabitaient dans le vestiaire des Bucs.
Selon le spécialiste Scott Reynolds de PewterReport.com, Howard, Cameron Brate et Luke Stocker ont un emploi assuré au sein de la grande équipe. Auclair, Tevin Westbrook et Alan Cross lutteront donc pour la dernière chaise libre. L'unité d'entraînement s'avérera aussi une possibilité à explorer pour le Beauceron, advenant qu'il soit retranché.
L'autre Québécois présent au mini-camp des recrues des Buccaneers, Christopher Mulumba-Tshimanga, n'a pas été en mesure d'obtenir un contrat au terme des trois journées d'entraînement. Quelques heures plus tard, les Eskimos d'Edmonton faisaient du secondeur de l'Université du Maine le 22e choix du repêchage de la LCF.
Au total des 71 sélections des neuf équipes de la LCF, 15 provenaient du football universitaire québécois : sept de Montréal, quatre de Sherbrooke, trois de Laval et un de McGill.