La voiture de Sophia Flörsch a percuté un concurrent, traversé les grillages de sécurité, fracassé la cabine des photographes avant de retomber dans la zone des commissaires de piste, dimanche.

«Je vais revenir!» jure Sophia Flörsch

HONG KONG — «Je vais revenir!» La jeune pilote allemande Sophia Flörsch, qui a survécu à un effroyable accident dimanche au Grand Prix de Macao de Formule 3, s’est voulue rassurante mardi sur son état de santé après une longue opération.

«J’ai survécu à l’opération qui a duré 11 heures. J’espère à partir de maintenant que cela va aller mieux», a-t-elle écrit sur sa page Facebook. «Je vais revenir!»

L’Allemande de 17 ans a précisé qu’elle devrait rester «quelques jours de plus» à Macao avant d’espérer pouvoir être transportée ailleurs. Flörsch a également remercié les services médicaux du Grand Prix pour leurs «mots encourageants et reposants dans les dures minutes passées dans la voiture».

La jeune fille a dû subir une greffe osseuse pour réparer une fracture à la colonne vertébrale, après l’accident qui a vu son véhicule s’envoler dans les airs dimanche et s’écraser contre une cabine. Lancée à plus de 200 km/h en arrivant dans un virage à angle droit, baptisé «Lisboa», la Dallara-Mercedes de Flörsch a percuté un concurrent, traversé les grillages de sécurité et fracassé une cabine abritant des photographes, avant de retomber dans une zone où se trouvaient des commissaires de piste.

Parmi les quatre blessés, le pilote japonais Sho Tsuboi et un photographe ont pu sortir de l’hôpital. Un autre photographe, blessé au foie, et un commissaire de piste, dont la mâchoire a été brisée, restent en observation dans l’établissement.

«Mes pensées sont aussi avec tous ceux qui ont été concernés par l’accident, j’espère que tout le monde est en bonne santé», a ajouté Flörsch.

Frits Van Amersfoort, patron de l’écurie néerlandaise de la pilote, Van Amersfoort Racing, a raconté au site Motorsport.com avoir reçu la photographie d’une Flörsch souriante après l’intervention. «L’opération faisait peur, car elle est connue comme une opération risquée», a-t-il déclaré. «Elle devra rester là pendant un moment, mais espérons que nous la reverrons à sa place : dans une voiture de course.»

Panique

Il a décrit la panique après l’accident. «Le pire c’était les 20 minutes pendant lesquelles on ne savait rien. Je ne l’oublierai jamais de toute ma vie.» La pilote «a un ange perché sur son épaule, car cela aurait pu être bien pire».

Trois pilotes sont morts au royaume chinois des casinos ces dernières années, le motocycliste britannique Daniel Hegarty en 2017, le motocycliste portugais Luis Carreira et le pilote auto hongkongais Phillip Yau en 2012.

Très populaire et organisé sous diverses formes depuis 1954, le Grand Prix de Macao accueille au mois de novembre plusieurs courses auto et moto dans les rues du «Las Vegas asiatique». Son point d’orgue est la course de Formule 3, qui réunit les meilleurs pilotes des différents championnats nationaux.

Circuit exigeant

Le circuit temporaire de Guia fait partie des plus exigeants au monde. Ce long tracé (6,2 km) est constitué de très rapides lignes droites, où une F3 peut atteindre 275 km/h, enchaînées à des virages sinueux à la visibilité limitée. Comme tous les circuits urbains, il est étroit et dispose de peu de dégagements.

Pour les pilotes qui perdent le contrôle de leur bolide, la course se termine en général dans les barrières. Pour ceux qui suivent, il n’est pas simple de les éviter. Lors des qualifications en catégorie GT en 2017, une quinzaine de voitures s’étaient ainsi empilées, sans faire de blessé.