Jakob Pelletier a fait plaisir à un jeune supporteur en célébrant un de ses buts avec lui.

Jakob Pelletier soulève les siens

Jakob Pelletier a soulevé une partie de la foule, mardi au Centre Vidéotron, mais il ne s’agissait pas de celle appuyant l’équipe locale. À son premier match dans sa ville natale, le joueur du quartier Neufchâtel a marqué deux buts dans une victoire de 6-3 des Wildcats de Moncton contre les Remparts de Québec.

Et lorsqu’il a touché la cible, on aurait cru qu’il jouait à domicile, tellement les membres de sa famille et ses amis venus le voir étaient bruyants. Il s’agissait de ses 14e et 15e buts de la saison.

«Ils étaient environ 60. J’étais un peu nerveux, au début, c’est un gros aréna ici et il y avait beaucoup de fans des Wildcats. J’étais un peu lent à mes premières présences, mais j’ai retrouvé mon rythme par la suite», disait le jeune homme de 17 ans à la porte du vestiaire après avoir mérité la première étoile.

En journée, il avait envoyé un message texte à son entraîneur-chef pour lui dire qu’il verrait «le vrai Jake» pendant ce match. «Il a livré ce qu’il a dit. Ça fait toujours du bien de revenir à la maison, il a passé quelques jours chez lui», notait Darren Rumble.

Pelletier a créé l’égalité 2-2 en début de deuxième et coupé les jambes des Remparts en marquant en désavantage numérique pour faire 5-2 en milieu de troisième.

Un bogue

«Je pense qu’on a eu les jambes sciées bien avant ça», a observé l’entraîneur-chef Patrick Roy. «Je n’ai rien à redire des deux premières périodes, mais c’est regrettable que l’on trouve une façon de perdre qui n’est pas nécessaire alors qu’on joue du bon hockey.

«On a pris une punition en zone offensive à 4 contre 4, ce qui leur a donné un 5 contre 3 [en début de troisième] et ils ont marqué. On peut corriger ces choses-là, mais en même temps, c’est difficile parce que c’est répétitif. Il faut trouver une façon de ne pas prendre de mauvaises punitions et de commettre des revirements dans les moments importants. On appelle cela de la maturité, mais le bogue, c’est qu’il s’agit souvent des plus vieux qui sont impliqués dans ces affaires-là.»

Une punition à Mikaël Robidoux au son de la cloche en fin de deuxième a permis aux visiteurs de profiter d’un double avantage dès les premières secondes de la troisième. Ils allaient capitaliser sur cette chance en or.

«Je ne critique pas les arbitres, on a pris des punitions bizarres... Pelletier avait beaucoup de jambes, c’était la première fois qu’il jouait à Québec devant sa famille, mais c’est dévastateur de se faire compter à cinq contre trois alors qu’on ne marque pas», notait l’attaquant Olivier Mathieu.

Les Remparts menaient 2-1 après une période grâce à des buts de Gagné (6e) et Aleksei Sergeev (9e). Les Wildcats ont brisé une égalité de 2-2 avec quatre buts d’affilée en troisième. Outre le doublé de Pelletier, Jeremy McKenna (2), Dylan Seitz et Alexander Khovanov ont aussi marqué pour Moncton.

NOTES: Philipp Kurashev (11e) a réussi le troisième but des Remparts... Le défenseur Étienne Verrette a raté le match en raison d’un malaise au cou... Les Wildcats ont inscrit trois de leurs cinq buts sur les unités spéciales, dont deux en avantage numérique... Le gardien Dereck Baribeau était l’adjoint d’Anthony Morrone et affrontera les Foreurs de Val-d’Or, vendredi.

+

UNE BANNIÈRE EN HOMMAGE À MAURICE FILION

Les Remparts rendront un hommage posthume à Maurice Filion en dévoilant une bannière à ce bâtisseur disparu à l’été 2017. Cet hommage aura lieu le 1er février dans le cadre de la Tournée du 50e anniversaire qui s’arrêtera à Québec.

Maurice Filion a été une figure marquante du sport à Québec pendant un demi-siècle. Il a notamment dirigé la première cuvée des Remparts de 1969 à 1972, participé à l’aventure des Nordiques dans l’AMH et la LNH, a participé au lancement du club de football Rouge et Or, sans oublier son passage comme préfet de discipline de la LHJMQ. «On n’a pas eu l’occasion de le faire pendant son vivant, mais il n’est jamais trop tard pour le faire. Aujourd’hui, c’est le temps. Ce sera une fierté pour nous de lui rendre hommage, ce sera aussi une fierté pour sa famille», disait le président des Remparts, Jacques Tanguay.

Teintée de rouge, la bannière soulignera aussi son association avec les Nordiques. Il a remporté la Coupe Memorial (LHJMQ) comme entraîneur et la Coupe Avco (AMH) comme directeur général. «Maurice a toujours été là pour nous soutenir. On s’est payé la traite pour tout le plaisir qu’on a eu. Il a été très important pour le sport à Québec, il n’y en a pas eu beaucoup comme lui. C’était un bâtisseur, il était toujours positif», poursuivait Tanguay.

Pour souligner sa mémoire et le 50e anniversaire de la LHJMQ, les Remparts invitent tous les anciens joueurs des deux générations à assister au match du 1er février. Pour l’occasion, un concours est déjà lancé afin sélectionner les équipes d’étoiles de 1969 à 1985 et de 1997 à aujourd’hui. Le légendaire Guy Lafleur, qui s’y retrouvera assurément, incite déjà les gens à voter sur les réseaux sociaux.

Comme ils l’ont déjà fait dans le passé, les Remparts enfileront un chandail d’époque pour cette rencontre contre les Sea Dogs de Saint-Jean, soit le rouge orné du logo de la première génération.