Jeudi, Jaromir Jagr a patiné pour la première fois avec les Chevaliers de Kladno, l’équipe dont il est le propriétaire. Ennuyé par une blessure au genou droit, le deuxième pointeur de l’histoire de la LNH dit ne pas encore être arrivé au bout du rouleau.

Jagr croit encore pouvoir performer

KLADNO — L’assistance moyenne aux matchs de hockey du Benatky nad Jizerou est de 276 spectateurs. Ce samedi, l’équipe déménagera ses pénates à Liberec, dans une enceinte sportive pouvant accueillir 7500 personnes. Voilà les premières répercussions du retour de Jaromir Jagr en République tchèque.

Sous un tableau indicateur sur lequel était inscrit «Le retour du roi», Jagr a profité de sa première conférence de presse avec les Chevaliers de Kladno, une équipe dont il est propriétaire, pour faire part qu’il souffre d’une blessure ligamentaire au genou droit. Malgré cela, son objectif est de participer au match de samedi contre le Benatky nad Jizerou.

En début de semaine, les Flames de Calgary ont libéré le deuxième pointeur de l’histoire de la Ligue nationale de hockey et son retour en République tchèque sème la frénésie parmi les amateurs de hockey. Au-delà du fait que Benatky nad Jizerou évoluera dans un aréna plus vaste, d’autres formations rapportent que leurs parties locales contre Kladno seront jouées devant des salles combles.

Âgé de 45 ans, Jagr est déterminé à conclure une saison frustrante sur ses patins et non sur un divan. «Je suis ici à Kladno et mon seul et unique objectif est de guérir, de retrouver la forme aussi tôt que possible, d’être en santé, d’aider l’équipe à participer aux séries éliminatoires et lui permettre d’accéder à la plus haute ligue [en République tchèque].»

Il existe encore une possibilité, s’il recouvre la santé, qu’il retourne à Calgary à temps pour les séries éliminatoires. Mais ce scénario se trouvait loin dans ses pensées, a-t-il souligné. «Ma priorité est de retrouver la santé afin de pouvoir m’entraîner de façon appropriée et d’apprécier le hockey, ce que je ne peux pas faire sans l’entraînement. Si je suis en santé et que je m’entraîne, je sais que je serai affamé pour arriver à quelque chose.»

Pas d’importance aux statistiques, mais...

Dès son arrivée dans ses terres natales mercredi, Jagr a consulté un médecin local pour soigner son genou endolori. Il a reconnu que sa première séance d’entraînement, jeudi, avait été douloureuse.

«Aujourd’hui, je me sentais plus mal que je ne l’aurais cru. On m’a dit que ça devrait s’améliorer, mais que la douleur durerait quelques jours.»

À cause de ses problèmes de santé, Jagr a fait savoir qu’il n’avait pas songé à rejoindre l’équipe tchèque à PyeongChang pour une sixième présence en carrière aux Jeux olympiques. «En ce moment, je ne suis pas prêt. Je ne suis pas bien et je n’ai pas joué assez de matchs. Il n’y a aucune chance», a-t-il tranché.

Jagr faisait partie de l’équipe tchèque qui a remporté la médaille d’or aux Jeux olympiques de 1998 à Nagano, au Japon. Ce sont les premiers auxquels ont participé les joueurs de la LNH. En 2006, à Turin, il a contribué à la médaille de bronze de son pays.

Son désir est de laisser derrière tout ce qui s’est passé cette saison, et il souhaite que «tout s’améliore dorénavant». «J’essaie de toujours demeurer positif.»

Jagr vient au deuxième rang pour le plus grand nombre de points dans la LNH avec 1921, derrière Wayne Gretzky (2857). Il dit qu’il n’a jamais accordé de l’importance aux statistiques, mais il reconnaît qu’il aurait aimé devenir le deuxième hockeyeur à amasser 2000 points en carrière.

«L’amour, à mes yeux, est l’énergie la plus puissante sur la Terre», a déclaré Jagr pour expliquer sa longévité. «J’ai toujours aimé le hockey, et je n’ai eu aucune difficulté à tout sacrifier. C’est la chose la plus importante, un élément qui vous permet de jouer aussi longtemps que possible. Mais, il y a le corps.»