En obtenant trois mentions d'aide mardi contre les Sabres, Jaromir Jagr a rejoint Mark Messier au deuxième rang des pointeurs de l'histoire de la LNH, ce qui lui a valu une ovation de la part des partisans des Panthers.

Jagr a atteint son plafond

Jaromir Jagr sait qu'il ne montera jamais plus haut que le deuxième échelon dans la liste des meilleurs marqueurs de la Ligue nationale de hockey. Pour lui, il s'agit d'un record en soi.
Le prochain point de Jagr sera son 1888e en carrière, ce qui lui donnera l'exclusivité du deuxième rang sur la liste des meilleurs pointeurs de tous les temps dans la LNH, qu'il partage pour l'instant avec Mark Messier. Seul Wayne Gretzky et ses 2857 points les devance. Jagr, qui est âgé de 44 ans et qui a déclaré qu'il se voyait jouer jusqu'à 50 ans, sait qu'il ne s'approchera jamais de cette marque.
«Pour moi, être le no 2 est comme être le premier», a-t-il dit quand on lui a demandé ce que cela signifierait de dépasser Messier. «Je ne tiens pas compte de Wayne Gretzky. Il venait d'une autre planète. Je ne pense pas que c'est humain, ce qu'il a accompli. Peu importe, c'est hors d'atteinte.»
Jagr a rejoint Messier grâce à une performance de trois aides dans la victoire des Panthers contre les Sabres de Buffalo, mardi. Il pourra rompre l'égalité dès jeudi, quand son club accueillera les Bruins de Boston.
Il aurait pu occuper ce deuxième rang il y a longtemps s'il n'avait pas quitté la LNH pour jouer en Russie de 2008 à 2011. Il avait décidé de s'expatrier pour se rapprocher de ses parents, qui vivent en République tchèque. Jagr a amassé 146 points au cours de ces trois campagnes.
La Ligue nationale lui manquait et il est revenu, s'alignant pour les Flyers de Philadelphie en 2012. Il collectionne les chandails depuis, s'alignant tour à tour avec les Stars de Dallas, les Bruins, les Devils du New Jersey et les Panthers.
«C'est un honneur de le côtoyer, de profiter de son expérience et de le faire rire», a indiqué son coéquipier Nick Bjugstad, qui a marqué le but du 1887e point du Tchèque. «Il a été tout simplement merveilleux pour notre organisation.»
En incluant les matchs éliminatoires, la rencontre de mardi était la 215e de trois points pour Jagr.
Il a récolté sept points en un match deux fois, mais son meilleur match en carrière, il l'a obtenu dans la Ligue élite d'Allemagne, lors du conflit de travail de 1994-1995, alors qu'il avait marqué un but et ajouté 10 aides.
Son premier point dans la LNH a été un but, inscrit le 7 octobre 1990, quand il était le plus jeune joueur de la ligue à 18 ans. Il avait déjoué Chris Terreri, qui en était à sa deuxième campagne, à 25 ans.
Terreri a connu une carrière honnête dans la LNH, qui a pris fin il y a 16 ans. Jagr, quant à lui, poursuit la sienne et rien n'indique qu'il s'arrêtera sous peu. «La façon dont il se présente au travail chaque jour, c'est phénoménal», a déclaré le directeur général et entraîneur-chef par intérim des Panthers, Tom Rowe.
Formalité pour Messier
La LNH est constituée de deux associations, six sections et 30 arénas. Pour illustrer la longévité de Jagr, notons qu'il a joué dans quatre associations, 11 divisions et 57 arénas différents. Et ça n'inclut même pas les quatre arénas neutres ou les deux stades de baseball dans lesquels il a joué.
«Il nous inspire par sa passion et son engagement», a affirmé Messier, pour qui glisser au troisième rang n'est qu'une formalité. Il souligne que les statistiques affichées par Jagr en début de carrière sont en elles-mêmes remarquables et qu'on doit lui donner tout le crédit sur la façon dont il se tient dans une condition physique exemplaire.
«C'est un événement qui n'en est pas un pour moi», a dit Messier, coéquipier de Jagr chez les Rangers de New York en 2003-2004. «Je suis conscient qu'avec le temps qu'il a passé en Europe et les statistiques affichées là-bas, il m'aurait dépassé depuis longtemps.»