Jacob Melanson ne fait pas dans la dentelle et n’a rien de spectaculaire dans son jeu. Il se développe petit à petit et s’adapte au niveau de jeu relevé de la LHJMQ . À ses cinq derniers matchs, la recrue a obtenu trois points dont son premier but dans le circuit Courteau.

Jacob Melanson sort de sa coquille

Auteur de trois points à ses cinq plus récents matchs, la recrue Jacob Melanson commence à sortir de sa coquille avec les Remparts de Québec. Son rendement à la hausse n’est pas étranger à l’absence de plusieurs réguliers dans la formation et à une utilisation de plus en plus grande.

Le choix de première ronde en 2019 a inscrit son premier but de la saison, la semaine dernière, contre Drummondville. Au cours du dernier voyage à Val-d’Or et Gatineau, l’entraîneur-chef Patrick Roy a tenu des propos élogieux envers lui.

«Il a connu fort voyage, il a réussi un gros jeu sur le but égalisateur [en troisième période d’une victoire de 2-1 en prolongation] à Gatineau, je suis content de la façon dont il progresse. J’aime son intensité, il n’a pas peur de se mettre devant la rondelle en zone défensive, il est très réceptif et il veut apprendre», confiait Roy, mercredi, au terme de l’entraîneur quotidien des Remparts.

La sélection de Melanson avait été jugée surprenante par différents experts lors du repêchage de la LHJMQ tenu à Québec, en juin dernier. Les Remparts avaient cédé deux choix de deuxième ronde et deux autres de troisième au Drakkar de Baie-Comeau pour mettre la fin sur le 15e droit de parole du jour.

«Nos dépisteurs l’aimaient beaucoup. Je ne l’avais pas vu autant qu’eux, je l’avais vu au Challenge [des joueurs midget] à Boisbriand, mais il est un style de joueur qu’on n’a pas eu beaucoup avec les Remparts. Il est un attaquant en puissance, capable d’aller au filet et de bloquer des lancers», commentait celui qui est aussi le directeur général de la formation.

Pas dans la dentelle

L’ailier droit de 5 pieds 11 pouces et 191 livres ne fait pas dans la dentelle et n’a rien de spectaculaire dans son jeu. Il se développe petit à petit et s’adapte au niveau de jeu relevé de la LHJMQ.

Il s’est vite aperçu que la vitesse du jeu était plus rapide que ce qu’il avait connu auparavant. Même chose sur le plan physique, où les joueurs de la LHJMQ sont plus imposants que dans le midget, en Nouvelle-Écosse.

«Il y a définitivement un peu de pression d’être un choix de première ronde, mais il faut savoir mettre cela de côté et travailler, c’est ainsi que les choses arrivent. Ce n’était pas facile pour moi en début de saison. Je ne jouais pas beaucoup, mais je savais qu’il en serait ainsi et que je ne serais pas un joueur d’impact sur les premières lignes. J’ai travaillé beaucoup sur mon coup de patin depuis mon arrivée et sur la qualité de mes lancers, ça m’aide jusqu’à présent», disait le numéro 98 qui aurait choisi de porter le numéro 22 si ce dernier n’avait pas été retiré en l’honneur d’Alexander Radulov.

Il se réjouit encore d’avoir touché la cible, la semaine dernière, et profite de sa présence au sein de la troisième ligne.

«Je rêvais à ce premier but et à ce jour depuis longtemps, c’était vraiment incroyable comme moment. Mon adaptation à Québec se passe bien, je suis entouré de bons coéquipiers et de bons entraîneurs», notait celui qui n’a aucun lien de parenté avec Mathieu Melanson, un ancien joueur des Remparts. 

+

GAGNER À LA MAISON

Détenteurs du sixième rang de la conférence de l’Est, les Remparts montrent la meilleure fiche de la LHJMQ à l’extérieur. «On est 8-2 sur la route, mais là, on joue nos trois prochains matchs à domicile, il faut connaître du succès à la maison. Si on jouait pour ou un peu mieux que .500, ça ferait une grande différence au classement. Ce n’est pas juste cela, il est important de bien jouer devant nos partisans et de leur donner du bon hockey», notait l’entraîneur-chef Patrick Roy. Les Remparts, qui montrent un dossier de 3-5 au Centre Vidéotron, seront les hôtes de Blainville-Boisbriand (vendredi), Val-d’Or (dimanche) et Rimouski (jeudi prochain).  

+

TRUCHON BLESSÉ

Au moment où les Remparts devraient compter sur le retour au jeu de l’attaquant Xavier Filion, ils pourraient être privés des services du défenseur Charle Truchon pour les matchs du week-end en raison d’une blessure à la cheville. «Espérons qu’il puisse jouer en fin de semaine, mais j’ai des réserves là-dessus», indiquait Roy à propos de celui qui lui offre présentement une bonne qualité de jeu. Affecté par un virus, mercredi, le Japonais Yu Sato était absent de l’entraînement, mercredi. Pour ce qui est d’Andrew Coxhead, son cas est maintenant considéré au jour le jour «mais on sera extrêmement conservateur avec lui, on va prendre notre temps», précisait Roy.  

+

DESPATIE JOUERA DIMANCHE

Le gardien Émerik Despatie a gagné la confiance de son entraîneur-chef, qui l’a déjà confirmé comme partant pour le match de dimanche, contre les Foreurs. Despatie a bien fait à Gatineau, samedi, l’emportant en prolongation contre l’équipe de sa région. «J’ai vécu ça de venir jouer dans ma ville avec Granby dans le junior et dans la LNH. Ce n’est pas toujours intimidant, mais il y a beaucoup de distractions. Il a semblé bien gérer ça. Il a eu trois départs, cette saison, et tout ce qu’il a réussi à faire, c’est de gagner ma confiance», notait Roy à propos du rendement de l’adjoint à Anthony Pagliarulo, le gardien numéro 1 qui portera ses nouvelles jambières, vendredi.