Anthony Jackson-Hamel, à droite, célèbre son but avec ses coéquipiers.

Jackson-Hamel veut montrer qu'il a sa place avec l'Impact

Le moins que l'on puisse dire avec un but en seulement huit minutes de temps de jeu cette saison, c'est qu'Anthony Jackson-Hamel sait comment profiter de chaque occasion.
Le joueur issu de l'Académie de l'Impact de Montréal est essentiellement confiné à un rôle de réserviste, mais il pourrait être appelé à jouer davantage après son filet dramatique survenu pendant les arrêts de jeu de la deuxième demie. 
Grâce à son action, le onze montréalais a signé sa première victoire en six matchs cette saison.
«Si tu es un jeune joueur et que tu obtiens des minutes de jeu, tu veux laisser une bonne impression au personnel d'entraîneurs, a dit Jackson-Hamel, mardi. Travailler fort et mériter mes minutes, c'est ce que j'essaie de faire.»
Le but du joueur originaire de Québec, qui a procuré un gain de 2-1 à l'Impact contre l'Atlanta United, samedi, au Stade Saputo, ressemblait étrangement à ceux de Didier Drogba, l'ex-joueur étoile de Chelsea qui faisait partie de l'entourage de l'équipe la saison dernière.
Une passe de Hernan Bernardello s'est retrouvée dans l'enclave et, plutôt que d'amortir le ballon pour décocher un tir, Jackson-Hamel l'a redirigé habilement avec l'intérieur du pied droit au fond du filet du club d'expansion de la MLS.
«De la façon dont le ballon se dirigeait vers moi, je ne sais pas comment j'aurais pu réagir différemment, a-t-il évoqué. C'est le genre de chose que ferait Didier, donc c'est bien.»
C'était seulement la deuxième fois que Jackson-Hamel participait à une rencontre du circuit Garber cette saison -chaque fois en fin de match à titre de substitut-, mais il est parvenu à marquer son premier but en carrière en MLS. 
Il n'a pris part qu'à sept matchs du calendrier régulier la saison dernière, et un seul à titre de partant.
Attirer l'attention
Il faut dire que c'est difficile pour un jeune joueur de se retrouver sur la pelouse quand l'Impact peut compter sur un vétéran tel que Matteo Mancosu, sans compter sur la présence de Dominic Oduro, qui peut jouer en attaquant de pointe si la situation l'exige.
Ainsi, pour attirer l'attention de l'entraîneur-chef Mauro Biello, il faut parfois effectuer des jeux spectaculaires. 
«Nous sommes très contents pour lui, a dit Biello à propos de Jackson-Hamel. Il a permis à l'équipe de l'emporter.
«Parfois, quand tu ne joues pas, c'est difficile d'avoir l'impression de faire partie de l'équipe. C'est la réalité du sport professionnel. Tout dépend des opportunités, des moments et du timing. Ce sont tous des facteurs qui entrent en ligne de compte pour un jeune joueur. C'est ça le plus gros défi, de nous convaincre de l'utiliser. C'était la même chose à l'époque où je jouais. Tu dois faire tes preuves et mériter ton temps de jeu.»