Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Bob Gainey a été l'invité du Tricolore lors d'une réunion d'équipe, au Complexe sportif Bell.
Bob Gainey a été l'invité du Tricolore lors d'une réunion d'équipe, au Complexe sportif Bell.

Invité par le Canadien, Gainey a parlé de l'importance de bien commencer une série

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le Canadien comptait déjà sur six joueurs ayant déjà gagné la coupe Stanley dans sa formation. Il s'est tourné vers un homme ayant soulevé cinq fois le précieux trophée en tant que joueur et une fois comme directeur général pour partager son expérience, mercredi.

Bob Gainey a été l'invité du Tricolore lors d'une réunion d'équipe, au Complexe sportif Bell.

«Il n'y a pas beaucoup d'organisations qui peuvent compter sur autant d'anciens joueurs vedettes et nous étions chanceux d'en avoir un ici aujourd'hui, a raconté Brendan Gallagher en visioconférence. Il a partagé son expérience et il a parlé de l'importance du premier match d'une série pour imposer son jeu et sa passion.»

Gainey aurait été invité par le directeur général Marc Bergevin et l'entraîneur-chef par intérim Dominique Ducharme. Selon une note envoyée par le vice-président principal, affaires publiques et communications, du Canadien, Paul Wilson, à un représentant des médias affectés à la couverture de l'équipe, Gainey a fait son discours dans la salle de conférence de l'équipe et a gardé en place son couvre-visage afin de respecter le protocole sanitaire de la LNH.

«J'avais des frissons à l'entendre parler des grands matchs du passé, a souligné le défenseur Erik Gustafsson. C'était bien pour nous d'écouter quelqu'un qui a disputé tous ces matchs importants et gagné la coupe si souvent.

«Il a parlé de l'importance du premier match dans une série. Après notre victoire contre Toronto, nous avions commencé la série suivante seulement deux jours plus tard. Cette fois-ci, nous avons beaucoup de temps pour nous préparer. Il sera important de garder le même état d'esprit en travaillant fort à l'entraînement», a ajouté le no 32 du Tricolore.

Les Jets de Winnipeg avaient bénéficié d'une semaine de congé entre le premier et le deuxième tour et le repos n'a pas semblé aider l'équipe, qui n'a jamais été dans le coup face au Tricolore.

Le Canadien est présentement en attente du dénouement de la série entre les Golden Knights de Vegas et l'Avalanche du Colorado. Les Golden Knights mènent la série 3-2 et auront l'occasion d'achever l'Avalanche jeudi, à Las Vegas.

Si la série se rend à la limite, le septième match sera présenté samedi à Denver. Le Tricolore aura alors certainement bénéficié d'une semaine complète de repos et préparation avant de commencer sa demi-finale de la Coupe Stanley.

Peu importe, le message chez le Canadien demeure le même: il faut saisir l'occasion quand elle se présente. C'est ce qu'a souligné Ducharme en donnant la parole à ses vétérans avant le cinquième match de la série de premier tour contre les Maple Leafs, alors que le Canadien accusait un retard de 3-1 dans la série.

Le message a été bien saisi. L'équipe n'a pas perdu depuis cette réunion, gagnant sept parties d'affilée.

Cette séquence a permis au Canadien d'atteindre les demi-finales de la Coupe Stanley pour une première fois depuis 2014. Gallagher a noté que le message des vétérans était le même à l'époque, mais que sa compréhension du message a changé.

«Vous êtes naïfs et vous pensez que vous êtes dans une excellente situation, que les choses ne peuvent pas se détériorer ou ne pas continuer à s'améliorer, a raconté Gallagher. Ça fait sept ans et nous sommes passés à travers des hauts et des bas, nous avons fait face à de l'adversité et ç'a pris beaucoup de choses pour revenir ici. Nous voulons profiter de cette occasion, ça ne fait pas de doute.»

En 2014, les Rangers de New York avaient donné le ton à la série en gagnant le premier match 7-2. Ils avaient marqué deux buts lors des sept premières minutes de jeu et menaient 4-1 après deux périodes. Et Carey Price n'était pas revenu au jeu en troisième période, victime d'un sévère contact avec Chris Kreider plus tôt dans la rencontre. Price avait raté le reste de la série. Le ton avait été donné et le Canadien ne s'en était jamais remis.

Peu importe l'adversaire et peu importe le moment du premier match, le Canadien devra certainement connaître un meilleur départ cette fois-ci afin de profiter de cette chance qui s'offre à lui. Il a le temps ? et les ressources ? pour y arriver.