L’épidémie de coronavirus a déjà forcé le report du Grand Prix de Chine, prévu le 19 avril. Certains doutent en outre que l’inaugural Grand Prix du Vietnam ait lieu le 5 avril.

Inquiétude et méfiance planent sur la saison de F1

PARIS — Des sentiments d’inquiétude et de méfiance planent sur la saison de Formule 1 qui s’ouvre dimanche avec la présentation du Grand Prix d’Australie.

Des préoccupations grandissantes quant à l’épidémie de coronavirus ont déjà forcé le report d’une course tandis qu’une autre sera présentée à huit clos.

Les soupçons font suite à un accord confidentiel après une enquête sur le groupe propulseur de Ferrari qui a irrité plusieurs équipes.

La course qui lance la saison à Melbourne a été ces dernières années l’occasion de vérifier qui peut contrer la domination de Lewis Hamilton et de son équipe Mercedes. Mais la quête de Hamilton d’un septième titre mondial — qui lui permettrait d’égaler le record de Michael Schumacher — est reléguée au second plan.

Les préoccupations au sujet de l’épidémie de coronavirus a déjà forcé le report du Grand Prix de Chine initialement prévu le 19 avril. Certains doutent que l’inaugural Grand Prix du Vietnam, la troisième course de la saison, ait lieu le 5 avril.

Groupe spécial

Le championnat de F1, comme d’autres sports, est menacé par la propagation mondiale du virus. Avec 22 courses au calendrier, l’instance dirigeante du sport automobile a créé un groupe spécial qui se réunira tous les deux jours et évaluera la situation.

Après l’ouverture de la saison en Australie, le Grand Prix de Bahreïn suivra le 22 mars sur fond de gradins vides. Les organisateurs craignaient que la présence de la foule nuise aux «mesures agressives de distanciation sociale» utilisées pour empêcher la propagation du COVID-19.

Une période de quarantaine de 14 jours imposée à tous les voyageurs qui entrent au Vietnam en provenance d’Italie — qui est sous le coup d’une quarantaine radicale pour ses régions du nord — pourrait entraîner le report du premier Grand Prix du Vietnam. Les équipes italiennes Ferrari et Alfa Romeo devraient courir à Melbourne.

Débitmètre réglementaire?

Il y a des tensions au sein de la F1 après l’accord confidentiel de la FIA avec Ferrari à la suite d’une enquête sur le moteur utilisé par l’équipe en 2019.

Des questions ont été soulevées quant à savoir si le débitmètre, qui mesure la quantité de carburant injectée dans le moteur, avait dépassé la quantité réglementaire de 100 kilogrammes par heure. Les rivaux ont fait valoir que la vitesse supérieure de Ferrari sur les longues lignes droites et ses six positions de tête pouvaient avoir été influencées par cela.

La FIA insiste sur le fait qu’elle a suivi la bonne procédure pour déterminer si le moteur de Ferrari a enfreint les règlements, mais n’a pas dit si elle l’avait fait ou non. Aucun détail sur l’enquête ou le règlement n’a été rendu public.

Cela n’a pas satisfait sept équipes de F1 qui ont cosigné une déclaration s’opposant fermement à l’accord et menaçant une action en justice.

McLaren, Mercedes, Racing Point, Red Bull, Renault, AlphaTauri et Williams veulent une divulgation complète de l’enquête de plusieurs mois. Des questions seront donc posées à Melbourne.