Finn Iles s'est placé au 7e rang lors des Championnats du monde de vélo de montagne de descente 2019, il est le meilleur Canadien.

Impressionnante finale pour les mondiaux de vélo de montagne

Tous les amateurs de vélo vous le diront : chaque discipline est impressionnante à regarder en compétition. Celle qui fait tourner le plus les têtes demeure certainement le vélo de montagne de descente, où les athlètes s’élancent à toute allure dans les pentes abruptes, en accumulant les sauts et en évitant roches et racines.

Parmi la foule rassemblée au Mont-Sainte-Anne dimanche, pour les finales des Championnats du monde de downhill (DH), ils étaient plusieurs à retenir leur souffle. Les meilleurs cyclistes de descente étaient rassemblés pour déterminer qui allait être le plus rapide sur le parcours de 2,9 km.

Les voitures étaient alignées sur près d’un kilomètre à partir de l’entrée du MSA, une bonne quantité de curieux ne voulait pas manquer le spectacle. Après la fin de semaine chargée, on peut facilement dire que la montagne a accueilli une foule record cette année.

Loic Bruni, champion du monde

La vitesse dans les veines

Quelques jours après la victoire de son père chez les maîtres, le Français Loic Bruni a mis la main sur le titre de champion du monde chez les élites pour la quatrième fois. Sa victoire a d’ailleurs été célébrée en grand à son arrivée au bas des pentes.

«Cette année, c’était un peu mon année chanceuse, j’étais toujours un peu en avant [de l’Australien Troy Brosnan, argent]. Aujourd’hui, c’était juste du bonus», a commenté le champion.

Son coéquipier Amaury Pierron a même remporté le bronze.

Le meilleur Canadien, Finn Iles, s’est placé au 7e rang. Le Québécois Hugo Langevin prend quant à lui le 25e rang, avec quelque 12 secondes derrière le vainqueur.

«Je suis vraiment content de ma descente, il y avait tellement de monde qui criait, l’ambiance était malade. C’est la première fois que je vois autant de gens sur le parcours. Sur le circuit, c’est vraiment une des descentes les plus dures [au MSA]. Tenir le vélo jusqu’en bas de la montagne c’est difficile, mais ça bien été, j’ai aimé mon expérience», a indiqué Langevin. 

Les Français Loic Bruni et Myriam Nicole remportent tous deux l'or en descente lors des Championnats du monde de vélo de montagne 2019.

Question de braquer les projecteurs davantage sur la France, Myriam Nicole et Marine Cabirou ont remporté elles aussi l’or et le bronze chez les élites femmes, elles étaient 23 athlètes à se battre pour le titre alors que les hommes étaient 76.

Si la Suisse domine la discipline de cross-country, il est juste de dire que la France domine en descente.

Chez les juniors hommes, un peu plus d’une seconde écarte le Canadien Lucas Cruz du podium, il se contente de la 4e place parmi 50 coureurs. La deuxième place revient d’ailleurs au Français Antoine Vidal, sans surprise. La France cumule donc 5 médailles au total. 

Chez les juniors femmes, la gagnante est Valentina Hollc de l’Autriche. La Canadienne Amy Ertel termine au 11e rang.

+ 

Facilement écarté de la course

Ce n’est pas une surprise, les chutes en DH peuvent facilement écarter les coureurs de la compétition, et même les éloigner de leur vélo pour un bon moment. Lorsqu’ils tombent, ils vont vite, alors le choc devient fort. Et puis dans un parcours en montagne, il est difficile d’éviter roche ou arbre.

Ancienne cycliste de cross-country, la Québécoise Rachel Pageau voulait faire ses preuves en descente lors des Championnats du monde disputés à la maison. Un poignet fracturé l’a empêché de prendre le départ dimanche, elle est malheureusement tombée en entrainement vendredi.

L’athlète originaire d’Alma devra revenir l’an prochain pour montrer de quoi elle est capable.

Brook Macdonald lors des qualifications vendredi.

Évacué par hélicoptère

L’un des favoris chez les élites a été encore plus malchanceux samedi alors qu’il est violemment tombé en entrainement. Brook Macdonald était un candidat à surveiller, il avait enregistré le 3e meilleur temps lors des qualifications.

Lors de sa chute, plusieurs personnes des premiers soins étaient présentes, l’athlète de Nouvelle-Zélande n’a donc jamais été seul. Un médecin a rapidement été demandé sur les lieux.

Au moment de le transporter sur une civière vers le bas de la montagne, Macdonald a évoqué d’importantes douleurs au dos. Le médecin a donc choisi de demander une évacuation par hélicoptère, pour éviter d’aggraver les blessures. Sa vie n’a par contre jamais été en danger, il aurait quelques vertèbres de cassées.

L’équipe d’organisation effectue de 2 à 20 transports en ambulance tous les jours lors de la tenue des Championnats du monde, le vélo de montagne étant un sport extrême. Il s’agissait cependant de la première fois en 29 ans qu’elle mettait en branle son protocole d’évacuation par hélicoptère. L’intervention s’est très bien déroulée.