André Dupont et Lucien Deblois ont défendu les couleurs des Nordiques mais ils ne l’ont pas fait en même temps. Le premier a joué trois saisons à Québec au début des années 1980 alors que le second y a évolué de 1989 à 1991.

Il y a 40 ans, les Nordiques jouaient leur premier match dans la LNH

Il y a 40 ans, les Nordiques de Québec disputaient leur premier match dans la Ligue nationale de hockey. Une défaite de 5-3 contre les Flames d’Atlanta que personne n’a oubliée, surtout pas les principaux acteurs ayant vécu ce moment désormais historique.

«40 ans, déjà. C’est comme si c’était hier», admettait Alain Côté, l’un des joueurs de la première heure.

«Je pourrais te décrire au complet le jeu ayant mené à mes deux passes sur les buts de Buddy», disait Pierre Lacroix.

«40 ans… Comme on dit, on ne sort pas de la salle de montre», lance à la blague Marc Tardif, qui avait 30 ans lors de ce baptême de la LNH pour les Nordiques.

Réal Cloutier avait été la grande vedette de cette rencontre grâce à un tour du chapeau. Il allait boucler la première saison des Nordiques dans la LNH avec 42 et 89 points.

«Ça marqué notre vie, ça été le fun. On avait connu une bonne première moitié de saison, mais après, on en avait arraché un peu. On jouait de bons matchs contre Montréal, mais ils étaient bien plus forts que nous», rappelait Côté.

Il n’était pas en uniforme, le 10 octobre. Il avait raté les trois premiers matchs de la saison en raison d’une blessure à une hanche. Il en avait disputé quelques-uns par la suite avant d’être blessé plus sévèrement à un genou.

«Je me souviens qu’à notre premier match à Montréal, Michel [Goulet et moi], on portait nos jackets des Remparts et des Saguenéens. Quelqu’un s’était approché de Michel en lui montrant son billet pour lui dire qu’il ne trouvait pas son siège, il le prenait pour un placier…»

Surprise du camp

Sur la patinoire, Pierre Lacroix sortait de la LHJMQ. Il venait d’être repêché en cinquième ronde après une dernière saison junior de 37 buts et 137 points.

«Je n’avais pas été surpris de faire l’équipe, j’avais été le meilleur compteur au Canada chez les défenseurs, j’étais en confiance. J’avais été élu la surprise du camp d’entraînement avec Ron Lowe», racontait celui qui avait été jumelé au vétéran Gerry Hart à la ligne bleue.

Le défenseur de Sainte-Foy avait obtenu deux passes dans ce premier match. Il se souvient qu’un sentiment de fierté l’habitait. Même chose pour toute l’équipe.

«On savait que ce premier match dans la LNH était important et émotif, autant pour nous que pour les amateurs. On vivait de grandes émotions, et personnellement, j’étais fier de vivre cela à la maison, devant ma famille et mes amis», notait celui l’un des deux Québécois à la ligne bleue, cette saison-là, l’autre étant Wally Weir. Un an plus tard, André Dupont, Dave Pichette, Mario Marois et Normand Rochefort s’ajoutaient à la brigade.

Lacroix a joué trois saisons complètes à Québec avant de se retrouver à Hartford pendant sa quatrième campagne. Un accident d’automobile l’a tenu à l’écart du jeu pendant deux ans, et ensuite, il a poursuivi sa carrière en Suisse et en France.

«Même si on n’a pas fait les séries, à notre première saison, on a connu une belle année. Et quand on a battu le Canadien à Québec [5-4, le 28 octobre], on s’est dit qu’on était de taille. À partir de là, on croyait en nous.»

NOTES : Une vingtaine de joueurs de toutes les époques étaient au rendez-vous, dont André Dupont, Lucien Deblois, Gaston Therrien, Michel DeGuise, Michel Parizeau, Marc Fortier, François Lacombe, Jocelyn Thibault, Stéphane Guérard et Paulin Bordeleau… Marc-Édouard Vlasic (San Jose) était le seul joueur actif de la LNH à prendre part à l’événement… Patrick Roy (Remparts), Michel Laplante (Capitales) et Glen Constantin (Rouge et Or) y étaient aussi…