chiro Suzuki, 45 ans, a accroché ses crampons après deux matchs au Japon.

Ichiro Suzuki a joué son dernier match

TOKYO — Par moments, il semble qu’il allait frapper pendant le reste de sa vie. Mais jeudi soir, un joueur qui a défini le baseball de la meilleure façon possible sur deux continents s’est élancé pour la dernière fois. Le grand Ichiro a dit «sayonara».

La foule du Tokyo Dome a chaleureusement applaudi quand le voltigeur des Mariners de Seattle l’a saluée pour la dernière fois de son illustre carrière, lors d’un match qu’ils ont gagné 5-4 en 12 manches contre les Athletics d’Oakland, pour balayer leur série de deux rencontres au Japon.

«J’ai mis fin à ma carrière et décidé de prendre ma retraite», a confirmé Ichiro, en japonais, lors d’une conférence de presse.

Il a précisé que son contrat couvrait les deux matchs au Japon, et qu’il avait décidé, avant d’arriver la semaine dernière, de tirer sa révérence.

«Après l’accueil que j’ai reçu aujourd’hui, comment pourrais-je avoir des regrets? Je n’ai pas joué assez bien pendant le camp d’entraînement pour mériter une prolongation [de contrat].»

Le baseballeur de 45 ans a été blanchi en quatre présences au marbre. Il a eu l’occasion de quitter le sport avec fracas, quand il s’est présenté au marbre avec deux retraits et un coureur au deuxième en début de huitième avec la marque à 4-4, mais il a été retiré sur un roulant.

Yusei Kikuchi, le lanceur recrue d’origine japonaise qui a amorcé le match, son premier dans les Ligues majeures, n’a pu retenir ses larmes lorsqu’il a fait l’étreinte à Ichiro, retiré du match en 8e manche.

«Depuis le camp d’entraînement jusqu’à aujourd’hui, Ichiro nous disait que c’était un cadeau pour lui de jouer à Tokyo, a raconté Kikuchi, avec l’aide d’un interprète. Mais pour moi, il m’a offert le plus beau cadeau en pouvant jouer avec lui.»

Longue carrière

Celui qui a participé à 10 matchs des étoiles a amorcé sa carrière professionnelle au Japon, en 1992, alors qu’il n’était âgé que de 18 ans. En neuf saisons avec l’Orix Blue Waves, il a maintenu des moyennes de ,353/,421/,522 à l’aide de 1278 coups sûrs. Il a ensuite passé près de 19 saisons dans les Majeures, la plupart avec les Mariners, mais aussi avec les Marlins de Miami et les Yankees de New York.

Suzuki a ajouté 3089 coups sûrs dans la MLB, pour un grand total de 4367 coups sûrs dans le baseball professionnel. Il a lancé sa carrière en Amérique de brillante façon, menant les Majeures avec 242 coups sûrs en 2001, remportant les titres de recrue et de joueur par excellence dans l’Américaine, ainsi que le premier de ses 10 Gants d’Or consécutifs.

Il a remporté deux championnats des frappeurs (2001 et 2004), en plus de dominer la MLB pour les coups sûrs lors de sept de ses 10 premières campagnes, toutes ponctuées de 206 coups sûrs ou plus.

Ces statistiques devraient lui garantir sa place au Temple de la renommée du baseball, où il deviendrait alors le premier Japonais à y être intronisé.