Ayant à peine repris son souffle à la suite de son premier entraînement avec les Remparts, le nouveau venu Hunter Holmes a donné sa première entrevue aux journalistes de Québec.

Hunter Holmes a sauté sur l’occasion de jouer avec les Remparts [VIDÉO]

Hunter Holmes admet avoir été surpris d’apprendre que Patrick Roy voulait lui parler samedi. Au terme d’une conversation qu’il qualifiait «d’expérience particulière de s’entretenir avec un membre du Temple de la renommée», le joueur ontarien a sauté sur l’occasion de poursuivre sa carrière junior avec les Remparts de Québec.

Après une longue journée qui l’a conduit de Flint à Québec, en passant par la maison familiale de Niagara, Holmes l’attaquant de 19 ans a participé à sa première séance d’entraînement avec sa nouvelle équipe, mardi, au Pavillon de la jeunesse.

«Il m’a convaincu à l’effet que c’était une belle opportunité pour moi de venir à Québec et de me joindre à une jeune équipe avec du potentiel. Je pense pouvoir bien faire, j’arrive de l’OHL, j’ai de la vitesse et certaines habiletés qui me permettent de croire que je peux bien cadrer», expliquait-il devant micros, enregistreurs, calepins, caméras et micros à sa sortie de la patinoire.

Suspendu pour cinq matchs en début de saison, il n’était pas parvenu à retrouver un poste régulier à son retour, n’amassant que deux passes en 15 parties avec les Firebirds de Flint. Il montre une fiche en carrière de 64 points en 190 matchs, répartis sur un peu plus de trois campagnes de la Ligue junior majeur de l’Ontario.

«J’avais demandé à être échangé, mais il n’y avait pas beaucoup de preneurs pour un gars de mon âge, alors d’un commun accord, ils ont eu la courtoisie de me laisser aller au ballottage», expliquait le centre de 6 pieds 1 pouce et 185 livres qui disputera son premier match, jeudi, à l’aile d’un trio complété par Nathan Gaucher et Édouard St-Laurent.

«Je veux toujours être un joueur de hockey professionnel, alors je suis décidé à tout faire pour y parvenir. Je viens ici avec l’espoir d’avoir un plus grand temps de glace et avec la chance de prendre un nouveau départ. Je ne connais personne, ici, et personne ne me connaît, alors il n’y a pas d’idées préconçues à mon endroit. Je veux avoir du plaisir et de me prouver à moi-même», ajoutait celui qui portera le numéro 19.

Holmes est un ancien coéquipier à Flint de Luke Kerwan, qui a joué avec les Remparts, il y a deux ans. Il est aussi le meilleur ami de Brandon Skubel, ailier droit des Voltigeurs de Drummondville également natif de Niaraga, en Ontario.

«J’ai joué avec Luke à mes deux premières saisons, il est un bon gars, c’était un exemple à suivre pour moi», notait celui qui se perçoit comme un attaquant à caractère offensif et responsable, défensivement.

+

+

Plus de profondeur

Son acquisition tombait à point pour les Remparts, qui sont privés de plusieurs joueurs à cause des blessures et de suspension. Ils ont souvent fait appel à des joueurs du junior AAA et du midget AAA, ces derniers temps.

«On commençait à être tanné de rappeler des joueurs… Sa présence ajoute de la profondeur, et on a vu ce matin [mardi], en partant, qu’il avait de belles habiletés, qu’il bougeait bien la rondelle», expliquait Roy sur les premiers pas de son nouveau joueur.

Pour la petite histoire, il a reçu un courriel l’avisant qu’un joueur ontarien était disponible. D’autres équipes le courtisaient, mais il s’est fait convaincant, en fin de semaine.

«Je lui ai dit qu’un changement d’air, une nouvelle ligue, une nouvelle approche, ça pourrait peut-être lui permettre de débloquer. Je lui ai expliqué comment je voyais la situation et je trouvais que c’était une belle occasion pour lui de venir à Québec.»

En plus de Victoriaville, jeudi au Centre Vidéotron, les Remparts disputeront aussi une série aller-retour contre Sherbrooke, samedi et dimanche.

+

AUCUN HOCKEYEUR EN DANGER

Les joueurs présents dans l’alignement des Remparts n’ont pas à s’inquiéter, personne ne risque de perdre son poste avec l’arrivée de l’Ontarien Hunter Holmes. «Ben là, pour le moment, ça ne met personne en danger», confirmait Roy en rappelant les blessures à Aleksei Sergeev et Jacob Melanson, les suspensions d’un match à Thomas Caron et Dylan Schives ainsi que la perte de Pierrick Dubé, à compter de la semaine prochaine, en raison de sa participation au Championnat mondial du groupe B avec l’équipe nationale de France, à Kiev, en Ukraine.

«On avait besoin de profondeur à l’attaque, et comme on ne peut pas faire de transactions à ce moment-ci, ça vaut la peine d’essayer un joueur qui est disponible et qui ne coûte rien», ajoutait Roy, qui ne pouvait pas procéder à de transaction, ces temps-ci, et qui n’aurait pas été tenté de se départir d’un choix de sa banque, maintenant mieux garnie que par le passé.