Hope Solo

Hope Solo accuse Blatter de lui avoir «pincé les fesses»

PARIS — La gardienne de but américaine Hope Solo a accusé l’ancien président de la FIFA, Sepp Blatter, de lui avoir «pincé les fesses», juste avant qu’elle monte sur scène lors de la cérémonie de remise du Ballon d’or, en 2013. C’est ce qu’a confié la championne du monde et double médaillée d’or olympique de soccer dans une entrevue l’hebdomadaire portugais Expresso, à paraître samedi. Cette accusation est «ridicule», a répondu un porte-parole du Suisse qui a dirigé la FIFA entre 1998 et 2015, cité sur le site de l’hebdomadaire.

Présente cette semaine à Lisbonne pour participer au Web Summit, Solo a affirmé à Expresso que ce genre de situation était courant dans le soccer féminin. «C’est fréquent. Je l’ai constaté tout au long de ma carrière. J’espère que davantage d’athlètes vont oser en parler. Ce n’est pas juste à Hollywood, c’est rampant. Il y en a probablement un peu partout.»

Depuis le scandale entourant le producteur américain Harvey Weinstein, accusé par une centaine d’actrices ou ex-collaboratrices de harcèlement, agressions sexuelles ou viol, de nombreuses femmes ont pris la parole pour dénoncer les violences sexuelles dont elles ont été victimes. Dans le monde du sport, les gymnastes américaines McKayla Maroney et Aly Raisman ont notamment dénoncé les abus sexuels qu’elle a subis de la part d’un médecin de la sélection.

Pas seulement des hommes blancs

«J’espère que davantage de femmes, notamment dans le soccer, vont dénoncer ces comportements, raconter ce qu’elles ont vécu, car un certain nombre de ces agresseurs sont encore en activité et continuent leurs agissements», a poursuivi Hope Solo, aujourd’hui âgée de 36 ans.

«J’ai moi-même eu de mauvaises expériences avec des joueuses qui sont toujours dans l’équipe. Je crois qu’il est important de dire que cela n’arrive pas qu’avec des hommes blancs et puissants. Ça peut arriver dans tous les milieux, ça peut se produire entre femmes, ça peut arriver n’importe où», a-t-elle ajouté.