Joanna Brown durant la transition pour le vélo.

Holland triomphe au Triathlon de Montréal; Joanna Brown termine 4e

MONTRÉAL — Joanna Brown n’est pas du genre à abandonner facilement et ça, elle l’a prouvé.

Sous le chaud soleil qui surplombait le Vieux-Port de Montréal samedi après-midi, l’Ontarienne a appuyé sur l’accélérateur lors de la portion de course à pied afin de se hisser au quatrième échelon au Triathlon international de Montréal, la septième étape des Séries mondiales de triathlon de l’ITU. Elle a terminé à 70 secondes de la gagnante, la Britannique Vicky Holland.

«L’année passée, j’étais arrivée quatrième et cette année je visais un podium. Mais encore cette année, je suis vraiment contente de ma quatrième place, s’est exclamée Brown après un peu plus de deux heures de dur labeur. C’était une course vraiment difficile.»

Brown a effectué une remontée spectaculaire durant le dernier segment de la compétition afin d’égaler sa performance de l’an dernier dans la métropole. Pointant au 25e rang après 1,5 km de nage et au huitième rang après les 40 km de vélo, la triathlonienne de 25 ans a connu un excellent départ lorsqu’elle a délaissé le vélo pour ses chaussures de course.

Elle a trimé dur durant les 10 km qui la séparaient du fil d’arrivée afin de parvenir à se tailler une place au bas du podium après avoir conservé la sixième position durant les trois premiers des quatre tours du parcours de course à pied.

Et ces efforts constants ont transparu dans le visage de la Canadienne lorsqu’elle a franchi les derniers mètres sur le tapis bleu, décorée du drapeau à la feuille d’érable.

«J’ai eu une performance acceptable lors de la portion natation. Ce n’était pas mon meilleur résultat à la nage, mais c’était suffisant, a raconté la seule représentante de l’unifolié, puisque la Québécoise Amélie Kretz a été contrainte à l’abandon en raison d’une blessure à la cheville. Lorsque je suis sortie de l’eau, j’étais entourée de très bonnes cyclistes. J’ai fait de mon mieux à vélo et je me suis accrochée.

«J’ai trouvé que la portion vélo était très difficile, les filles y allaient à fond de train et j’ai vraiment travaillé d’arrache-pied pour conserver ma position. Lorsque je suis débarquée de mon vélo, ça m’a pris un peu de temps pour récupérer, mais quand j’ai pris mon erre d’aller, j’ai su que j’étais sur la bonne voie.»

Devant elle, Holland a signé une deuxième victoire consécutive en Séries mondiales, après avoir triomphé lors de la sixième épreuve présentée à Edmonton, en juillet.

Holland, pour qui il s’agissait d’un troisième gain sur le circuit mondial cette saison, a rallié l’arrivée en 1h59:29.

L’Américaine Katie Zaferes, en tête du classement mondial, s’est emparée du deuxième rang en terminant le parcours en 1h59:51. La Britannique Georgia Taylor-Brown a complété le podium, à 54 secondes de la tête.

Dimanche, les hommes prendront d’assaut le Vieux-Port de Montréal pour la présentation du volet masculin. Les Québécois Alexis Lepage et Charles Paquet tenteront de se hisser en tête de classement.

***

Après les embûches, la récompense

Brown n’a pas joué de chance avec les blessures au cours de sa carrière et a dû surmonter plusieurs embûches au cours des derniers mois avant de connaître sa meilleure performance de la saison, devant les siens.

Après avoir subi une fracture au poignet en décembre, Brown s’est également fracturé l’épaule gauche à la suite d’un accident de vélo lors du premier arrêt des Séries mondiales à Abou Dhabi. Malgré tout, elle avait réussi à décrocher la médaille de bronze aux Jeux du Commonwealth au printemps dernier, la toute première médaille remportée par le Canada.

Mais les choses se sont corsées par la suite et son meilleur résultat avant son passage à Montréal fut la 10e place qu’elle a réussi à décrocher aux Bermudes.

«Ç’a été une saison difficile. Beaucoup de hauts et de bas, a reconnu Brown. Mais de pouvoir terminer quatrième aujourd’hui me permet de constater que je suis sur la bonne voie et je suis très contente de terminer avec ce bon résultat.»

Cette performance a permis à l’Ontarienne de faire un bond de sept échelons au classement mondial, pour s’emparer du 19e rang avant l’étape finale qui sera présentée le 12 septembre, à Gold Coast, en Australie.
Tout comme Brown, Holland a connu une année difficile la saison dernière en raison de blessures.

Étant forcée d’arrêter la compétition durant quatre mois, la triathlonienne de 32 ans ne croyait pas être en mesure de remonter sur le podium un jour.

Depuis les Jeux du Commonwealth, la Britannique ne semble toutefois plus arrêtable.

«J’ai remporté une Coupe du monde en début de saison, ce qui était en soi une excellente étape de franchie, a révélé Holland. J’ai par la suite connu quelques performances en dents de scie et je voulais me reprendre aux Jeux du Commonwealth. Je n’ai pas obtenu les résultats escomptés là-bas et j’étais très déçue de mes performances.

«Les victoires sont difficiles à obtenir. Les gens sous-estime à quel point il est difficile de gagner une course des Séries mondiales. Et maintenant, je suis sur une séquence, je n’arrête de plus de gagner. C’est fantastique!»
Si elle espère mettre la main sur le titre mondial, Holland devra être en mesure de disposer de Zaferes lors de la toute dernière compétition de la saison, qui s’annonce féroce.

«J’ai simplement besoin d’une dernière victoire, une seule!» s’est-elle exclamée.