La coupe Clarkson de la Ligue canadienne de hockey féminin est allée cette année à l’Inferno de Calgary qui a eu le dessus sur les Canadiennes de Montréal 5-2 le 24 mars dernier, soit une semaine avant l’annonce de la LCHF de cesser ses activités.

Hockey féminin: projet d’expansion au Canada

Le conseil d’administration de la Ligue nationale de hockey féminin (LNHF) a donné son accord à un plan d’investissement qui mènerait à un élargissement de ses cadres à Montréal et à Toronto la saison prochaine.

Chris Botta, porte-parole de la LNHF, a également déclaré à l’Associated Press que la ligue a reçu un engagement de la LNH qui en ferait l’un des plus importants collaborateurs financiers de la LNHF.

Si un tel scénario se concrétise, Montréal et Toronto deviendraient les deux premières équipes de cette ligue à s’implanter à l’extérieur des États-Unis, et cela porterait à sept le nombre de formations dans la LNHF.

La décision du conseil d’administration survient deux jours après l’annonce de la fin des opérations, le 1er mai prochain, de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) après 12 ans d’existence, pour des motifs financiers.

Créée en 2007, la LCHF comptait six équipes. Quatre d’entre elles étaient établies au Canada, dont les Canadiennes de Montréal, les Furies de Toronto et l’Inferno de Calgary.

La ligue comptait aussi un club aux États-Unis et un en Chine.

La décision de la LCHF est survenue exactement une semaine après la présentation de la grande finale, gagnée 5-2 par l’Inferno face aux Canadiennes.

En attendant des développements dans ce dossier, et au moment où l’équipe nationale féminine du Canada se prépare à participer au Championnat mondial féminin, qui commencera jeudi en Finlande, les joueuses ont publié la déclaration suivante en réponse à la décision de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) de cesser ses activités.

«Déçues et renversées»

«Nous sommes déçues et renversées d’apprendre que la LCHF a décidé de mettre fin aux activités de la ligue. Nous sommes extrêmement fières du travail accompli par les joueuses, les entraîneurs, la direction ainsi que par le personnel des équipes et de la ligue, sur la glace et hors glace, pour assurer la croissance du hockey féminin au Canada et à l’international, mais il est triste d’apprendre que notre ligue est incapable de soutenir la croissance positive et l’appui que nous avons travaillé si fort à bâtir.

Plusieurs questions sur l’avenir demeurent sans réponses, mais nous continuerons de créer un dialogue avec nos coéquipières, les autres joueuses et ligues. Comme joueuses, notre priorité est d’aller de l’avant, d’assurer l’essor du jeu à tous les niveaux et de faire en sorte que les joueuses de hockey aient une ligue viable pour l’avenir.»

La direction du Canadien de Montréal a également réagi aux événements de dimanche.

«Ardent supporteur du hockey féminin, le Club de hockey Canadien ne cache pas sa déception face à la décision de la LCHF de mettre fin à ses activités. Avec notre implication auprès des Canadiennes au cours des dernières années, nous nous sommes engagés à l’essor et au développement du hockey féminin et nous continuerons à explorer les opportunités, voire les propositions pour un éventuel partenariat visant à permettre aux joueuses de hockey de talent de pratiquer leur sport.

Nous reconnaissons l’importance du hockey féminin dans notre pays et la passion des joueuses qui sont des modèles pour les jeunes qui s’en inspirent pour leur propre développement.»

Mondial de hockey

La plupart des observateurs s’attendent à un autre duel entre le Canada et les États-Unis au Championnat du monde de hockey, qui se mettra en branle jeudi à Espoo, en Finlande. Le Canada affrontera la Suisse, tandis que les États-Unis ont rendez-vous avec le pays hôte.

Le Canada n’a pas vaincu les États-Unis en finale d’un tournoi depuis la Coupe des quatre nations en 2014, et n’a pas décroché de titre mondial depuis 2012. Les représentantes de l’unifolié ont cependant enlevé deux des trois matchs présentés en février dans la «Série de la rivalité» contre les championnes olympiques en titre.