Alex Harvey a complété sa préparation pour le Tour de ski avec une 9e place lors de la poursuite à Davos, en Suisse.

Harvey confiant à l'aube du Tour de ski

Alex Harvey n’aborde pas le Tour de ski comme s’il devait y faire une «déclaration officielle» à l’approche des Jeux olympiques. Après tout, il a déjà montré ses intentions depuis le début de la saison de la Coupe du monde de ski de fond en affichant une constance qui ne peut que le servir pour ce dernier grand rendez-vous avant celui de février à PyeongChang.

Le fondeur de 29 ans de Saint-Ferréol-les-Neiges en sera à sa neuvième participation au Tour de ski, un événement annuel de sept étapes en neuf jours, qui se tient du 30 décembre au 7 janvier, sur des pistes allemandes et italiennes. Une septième place, en 2017, s’avère son rang le plus élevé jusqu’à ce jour.

«Je connais le meilleur début de saison de ma carrière. J’ai fini deux fois en quatrième place, il ne manque pas grand-chose pour aller chercher un podium. Le but, c’est ça. J’aimerais en faire un, même deux ou trois, et un top-5 au cumulatif. Si je faisais cela, je serais comblé. L’important, c’est de ne pas connaître une mauvaise journée. On ne peut pas gagner le Tour avec seulement une bonne course, mais on peut le perdre avec une très mauvaise», disait-il de Davos, où il a passé les deux dernières semaines et célébré Noël avec sa blonde.

Harvey s’est déplacé vers Lenzerheide, jeudi, où les conditions de neige étaient excellentes, selon lui. «Ils nous annoncent même une tempête pour le sprint, samedi», notait celui qui identifie Sergey Ustiugov (Russie) et Maurice Manificat (France) comme étant les favoris du Tour 2018. À l’inverse, ceux-ci glisseraient-ils le nom d’Harvey parmi les hommes à battre?

«Peut-être, répond-il en souriant. J’ai été stable depuis le début de la saison. Il s’agit de l’année où j’arrive au 30 décembre avec le plus grand nombre de bons résultats. J’ai l’impression d’avoir pris une petite coche. Si je réagis de la même façon que par le passé après les fêtes, ça pourrait être vraiment bon pendant le tour.»

Il s’est entraîné avec les Norvégiens, ces dernières semaines, puisque ces derniers logeaient au même hôtel suisse que l’équipe canadienne. Ils ont confirmé ses impressions.

«Lorsqu’ils ne prennent pas le départ d’une course, les Norvégiens la suivent à la télévision. Ils m’ont dit que leurs commentateurs trouvaient que j’avais un meilleur début de saison qu’à l’habitude, que j’étais à surveiller. Même s’il y a un aspect mental à la compétition, je ne cherche pas à faire peur à personne, mais si des compétiteurs te craignent un peu, c’est déjà ça de pris…»

On ne sait jamais

Et ses chances de remporter le cumulatif du Tour de ski?

«Le podium du Tour se joue souvent lors de la dernière journée avec la montée [9 km] de l’Alpe Cermis, qui est une étape toujours spéciale. Même si je n’ai plus de problèmes de circulation sanguine dans les jambes, ce n’est pas ma force. Mais on ne sait jamais…»

En plus d’un sprint style libre, samedi, s’en suivra un 15 km classique (dimanche), une poursuite de 15 km (lundi), un sprint classique (mercredi), un 15 km en départ de masse (jeudi), un 15 km style libre départ de masse (samedi) et l’ascension de 9 km (dimanche prochain) pour finir.

«Ça me prend toujours beaucoup de courses et d’intensité avant d’aller chercher ma bonne forme, et le Tour me permet d’atteindre mon niveau optimal», a ajouté celui qui compte sept podiums en carrière dans les différentes étapes du Tour de ski, dont une troisième place, l’an passé. En 2014, il était grimpé sur la tribune d’honneur à trois reprises.

***

LE FAVORI KLAEBO ABSENT

Meneur au classement général de la Coupe du monde et gagnant de sept courses en huit départs depuis le début de la saison, le Norvégien Johaness Hoesflot Klaebo ne participe pas au Tour de ski. Même chose pour Petter Northug, recalé au rôle de premier réserviste de l’équipe de son pays.

«Klaebo aurait été le grand favori pour gagner, mais comme il n’a jamais participé au Tour de ski de sa jeune carrière, il ne savait pas comment son corps aurait réagi par la suite à l’intensité que ça demande. Et à l’approche des Jeux, il ne prend pas ce risque, ce qui est un bon choix à mon avis», estime Alex Harvey, qui ne perçoit plus le Norvégien Martin Johnsrud Sundby, le gagnant de l’an dernier, comme étant imbattable.

«Il a eu plus de misère cette saison, et après la dernière Coupe du monde, à Toblach, il a passé des prises de sang pour vérifier s’il ne souffrait pas d’un virus. Il est quand même un peu moins fort que les années passées, ce qui est normal, car tu ne peux pas être le meilleur pendant 10 ans. Tout le monde finit par redescendre», notait-il à propos du double vainqueur (2014 et 2016) du Tour.

Chez les filles, de grosses pointures comme Marit Bjoergen (Norvège), Charlotte Kalla (Suède) et Stina Nilsson (Suède), trois prétendantes au titre et candidates à des médaillées olympiques, ont décidé de faire l’impasse sur le Tour.

«Ce que j’aime du Tour, c’est qu’il y a des courses chaque jour, et c’est pour cette raison que je m’entraîne tout l’été et tout l’automne. Au tour, si l’on connaît une mauvaise journée, on peut se reprendre dès le lendemain», ajoute celui qui prévoit faire six courses en 14 jours aux Jeux olympiques.

***

AU FIL DES ANS

2007

Vainqueur : Toblas Angerer (Allemagne); Alex Harvey (n'a pas participé)

2008

Vainqueur : Lukas Bauer (République tchèque); Alex Harvey (n'a pas participé)

2009

Vainqueur : Dario Cologna (Suisse); Alex Harvey (n'a pas participé)

2010

Vainqueur : Lukas Bauer (République tchèque); Alex Harvey (22e)

2011

Vainqueur : Dario Cologna (Suisse); Alex Harvey (10e)

2012

Vainqueur : Dario Cologna (Suisse); Alex Harvey (12e)

2013

Vainqueur : Alexander Legkov (Russie); Alex Harvey (12e après 6 étapes, n’a pas pris le départ de la 7e)

2014

Vainqueur : Martin Johnsrud Sundby (Norvège); Alex Harvey  (4e après 6 étapes, n’a pas pris le départ de la 7e)

2015

Vainqueur : Petter Northug (Norvège); Alex Harvey (16e)

2016

Vainqueur : Martin Johnsrud Sundby (Norvège); Alex Harvey (14e)

2017

Vainqueur : Sergey Ustiugov (Russie); Alex Harvey (7e)