Alex Harvey a dû se contenter du neuvième rang, dimanche, à la poursuite de 15 km de Toblach, en Italie.

Harvey chute et termine 9e

Parti quatrième, Alex Harvey a chuté à 500 m de l’arrivée et a dû se contenter du neuvième rang, dimanche, à la poursuite de 15 km de Toblach, en Italie.

Le Finlandais Matti «Heikkinen, qui a fini cinquième, a piqué son bâton sur ma spatule de ski. Je suis tombé. Ce n’est pas de sa faute ni de la mienne, tout le monde se bat à la fin et ça arrive», a expliqué le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges, au téléphone.

À ce point de la course, le podium était déjà l’affaire du Norvégien Johannes Hoesflot Klaebo (33 min 31,1 s), du Russe Sergey Ustiugov (+ 1,9 s) et du Kazakh Alexey Poltoranin (+ 4,5 s). Le Québécois de 29 ans luttait pour conserver sa place parmi les cinq meilleurs de cette épreuve courue en style classique. Sa chute l’a plutôt relégué en queue du peloton de tête, franchissant le fil d’arrivée à 16,3 s du vainqueur.

Autrement, Harvey a été «dans le coup tout le long», naviguant toujours entre les deuxième et sixième positions. Il a de plus accompagné le Français Maurice Manificat dans sa poussée hâtive au départ, mais sans succès. Encore une fois, Klaebo s’est révélé trop fort pour la ligue.

Sans doute fouetté par sa «défaite» de la veille, samedi étant la première fois cette saison qu’il ne terminait pas en tête d’une course dont il prenait le départ (10e), le Norvégien de 21 ans raflait ainsi déjà sa septième victoire du calendrier de Coupe du monde 2017-2018.

«Il est vraiment, vraiment fort», ne peut que constater Harvey, ajoutant que le style classique sied en plus mieux à Klaebo. «Et il est tellement jeune qu’il s’améliore encore très vite. Chaque année, tu vois la différence.»

Héritier d’une longue lignée de domination norvégienne où il succède aux Petter Northug et Martin Johnsrud Sundby, Klaebo (752 points) mène déjà le classement général de la Coupe du monde par 324 points sur son plus proche poursuivant, Manificat (428). Pas mal, quand l’on considère que 322 points séparent le deuxième du... 23e!

Au sixième échelon (343), Harvey fait belle figure à ce palmarès. Dimanche s’avérait déjà son cinquième top 10 de la présente campagne amorcée le 24 novembre. «C’est mon meilleur début de saison en carrière. Plein de top 10, des top cinq, mais sans jamais de podium», fait-il remarquer.

«Si par exemple j’avais eu deux victoires, ç’aurait quasiment été plus inquiétant, indique Harvey. Mais ma forme est stable et il me reste à aller chercher ce petit cinq secondes pour grimper sur le podium.»

Il y travaille. Depuis mardi dernier, il suit un plan d’entraînement spécifique en préparation du Tour de ski, cette compétition phare de la saison avec sept épreuves en neuf jours. Ce bloc d’entraînement d’une dizaine de jours se terminera juste à temps pour Noël, alors que Harvey prendra «un ou deux jours de congé», sa première véritable pause «depuis un bout».

«Faire mieux»

L’équipe canadienne est basée à Davos, en Suisse, et son amoureuse l’y rejoindra pour un peu de ski alpin. Davos n’est qu’à quelques kilomètres de Lenzerheide, en Suisse, où s’amorcera le Tour de ski, le 30 décembre.

L’objectif principal pour tous, cet hiver, demeure les Jeux olympiques, en février. «À moins d’être Klaebo, tout le monde peut faire mieux», résume en riant Harvey, avant de passer en revue l’état des forces canadiennes.

Len Valjas soigne une blessure à l’épaule et se montre plus prudent que d’ordinaire avant de revenir en course pour s’assurer d’être en santé à PyeongChang. Le vétéran de bientôt 35 ans Devon Kershaw, 33e dimanche, connaît lui son meilleur début de calendrier en plusieurs années avec entre autres une 19e position à Lillehammer.