Le pilote Britannique Lewis Hamilton (Mercedes) avant la présentation du Grand prix de Formule 1 du Canada l'an dernier.

Hamilton veut éviter les erreurs du passé

MONTMELO, Espagne — Les voitures Mercedes sont si dominantes cette saison en Formule 1 qu’il semble que la seule chose qui puisse les arrêter ce week-end au Grand Prix d’Espagne, c’est une guerre fratricide.

Valtteri Bottas et Lewis Hamilton se sont partagé les deux premières marches du podium dans chacune des quatre premières courses du calendrier, et Mercedes a remporté le Grand Prix d’Espagne quatre fois au cours des cinq dernières années. La seule fois où le titre lui a échappé, c’était en 2016, lorsque Hamilton et son coéquipier de l’époque, Nico Rosberg, étaient entrés en collision dès le premier tour sur le circuit Catalunya — l’un des nombreux écarts de conduite qui se sont produits entre eux.

Bottas semble maintenant être le seul pilote qui puisse empêcher Hamilton d’obtenir un sixième championnat du monde, et il mène présentement par un point de classement devant le Britannique. Hamilton a cependant assuré qu’il ferait tout en son pouvoir pour éviter une autre guerre interne, et réitéré que sa priorité est le succès de l’équipe.

«Des choses que vous ignorez se sont produites en coulisses, et je n’ai pas l’impression que c’est la meilleure chose d’en parler ici, a confié Hamilton jeudi dans les garages de Mercedes. Ce qui est important, c’est que nous formons maintenant une équipe unie. Nous en avons discuté, et les ajustements ont été apportés... Quant à ce qui s’est produit à l’époque [avec Rosberg], une personne a simplement choisi sa voie. Ce n’est plus comme ça, ici. Nous avons une belle dynamique à l’interne, le respect est présent. Nous avons établi un règlement à l’interne afin que nous finissions les courses sur les deux premières marches du podium.»

Malgré cela, Hamilton a indiqué que si Bottas voulait tenter un dépassement à ses dépens, alors il aurait à travailler fort.

«Oui. Ce sera très serré, et c’est toujours très tendu quand tu veux battre quelqu’un, a admis Hamilton. Mais nous ne nous effleurerons pas, ça c’est certain. Cependant, pour ce qui est de nous céder une position, ça ne se reproduira pas.»

Et à 34 ans, Hamilton a déclaré que sa maturité a aussi contribué à créer un environnement de travail plus sain dans l’équipe.

«Ça [ces incidents avec Rosberg] fait trois ans de ça, donc j’ai beaucoup progressé depuis, a expliqué Hamilton. Je suis une personne beaucoup plus mature à l’extérieur de la voiture, et c’est aussi le cas derrière le volant. Je suis bien meilleur pour gérer les relations interpersonnelles, et je comprends mieux comment travailler avec les autres. Je suis un bien meilleur joueur d’équipe qu’auparavant.»

Hamilton a triomphé en Espagne en 2014 et lors des deux dernières années, tandis que Rosberg a gagné en 2015.

Il sera intéressant de constater les progrès de Ferrari ce week-end. La Scuderia disposait des voitures les plus rapides pendant les essais hivernaux au circuit Catalunya, mais ce sont les Mercedes qui ont imposé leur volonté depuis le début de la campagne.

«Je suis conscient que nous tirons de l’arrière, mais à ce stade-ci de la saison l’écart n’est pas important. C’est assez simple : il faut marquer des points, a dit Sebastian Vettel. Plus nous attendons, pire ce sera.»