Hal Lanier va demeurer le seul gérant de l’histoire des Champions d’Ottawa. Il sera de retour en 2018 pour une quatrième saison à la barre de l’équipe de la Ligue Can-Am.

Hal Lanier fidèle au poste en 2018

Il a beau avoir 75 ans, Hal Lanier est incapable de quitter le monde du baseball professionnel.

Quand le propriétaire majoritaire des Champions d’Ottawa lui a demandé de revenir à la barre de l’équipe pour une quatrième saison en 2018, Hal Lanier n’a pas hésité avant de répondre à Miles Wolff.

« La décision a été facile. J’aime encore le baseball. Ce jeu est dans mon sang. Je m’amuse beaucoup à Ottawa. Les partisans sont tellement gentils envers moi. Par contre, j’ai détesté notre deuxième moitié de saison 2017. Je ne pouvais pas partir de cette manière. Je suis très content de revenir en 2018 et d’avoir la chance de procéder à des changements afin de construire une équipe championne », a-t-il dit en direct de Boca Raton en Floride, là où il travaille déjà à recruter des joueurs pour la prochaine saison de la Ligue Can-Am.

Hal Lanier n’exagère pas quand il dit qu’il a le baseball dans le sang. Son père, Max Lanier, a été un lanceur étoile à deux reprises avec les Cards de St-Louis avec qui il a gagné la Série mondiale en 1942 et 1944. 

« C’était un gaucher. Je suis né l’année de son premier championnat et à 9-10 ans, quand il jouait pour les Giants de New York, il est arrivé un voltigeur de centre nommé Willie Mays! Souvent, avant les matches, il venait chercher des jeunes comme moi pour qu’on se lance la balle », s’est-il souvenu à l’annonce officielle de son retour mardi.

Hal Lanier a lui-même fait carrière pendant 10 ans dans les Ligues majeures chez les Yankees de New York et les Giants de San Francisco avant de devenir instructeur où il a gagné la Série mondiale avec les Cards de St-Louis (1982). Il a été nommé gérant de l’année des Astros de Houston en 1986, club qu’il a dirigé pendant trois saisons.

En 2018, il attaquera sa 28e saison à gérer une équipe professionnelle. En 2016, il avait conduit les Champions au titre de la Ligue Can-Am, mais la saison qui a suivi a été décevante. Son club a compilé un dossier de 42 victoires et 56 défaites et il a été exclu des séries éliminatoires.

« C’est clair que nous voulons mettre un meilleur club sur le terrain. Je vais m’entretenir avec mes instructeurs Jared Lemieux et Sébastien Boucher prochainement pour voir la direction que nous allons prendre. Nous allons déjà commencer à parler de transactions. J’ai exercé les options sur les contrats de tous nos joueurs réguliers, mais notre équipe devrait commencer à prendre forme à partir du 1er janvier. »

À sa quatrième saison à Ottawa, Lanier aimerait aussi compter sur le retour du lanceur gatinois Phillippe Aumont. « J’espère qu’il voudra encore lancer et occuper le poste d’instructeur des lanceurs aussi. »

Encore en forme

Chez lui, en Floride, Hal Lanier se fait toujours questionner sur sa longévité à diriger des équipes de baseball. Sa réponse est toujours la même. « Je suis en santé. J’aime encore revêtir mon uniforme. Les balades en autocar ne me dérangent pas trop. La saison du baseball indépendant dure seulement quatre mois. C’est beaucoup de travail pendant ces mois-là, mais c’est un travail stimulant. »

Le retour de l’unique gérant de la jeune histoire des Champions  « forcera » donc le vétéran Sébastien Boucher à disputer au moins une autre saison. Celui qui a été identifié pour prendre le relais de Lanier à sa retraite n’a pas trop ralenti en 2017. À 35 ans, le vétéran voltigeur de centre a frappé 101 coups sûrs pour maintenir une moyenne au bâton de ,296. Il a également été troisième dans la ligue en soutirant 66 buts sur balles.