Reconnu pour être très émotif, Draymond Green (à droite) s'est engueulé sur le court avec son coéquipier Kevin Durant, lors du match de lundi contre les Clippers de Los Angeles.

Green minimise l'impact de sa dispute avec Durant

LOS ANGELES — Draymond Green a balayé jeudi l’idée selon laquelle sa dispute très médiatisée avec son coéquipier Kevin Durant en plein match lundi, allait faire imploser les Warriors de Golden State, qui dominent la NBA quasiment sans partage depuis 2014.

«Nous n’allons pas nous effondrer à cause d’une dispute, nous sommes passés à autre chose», a expliqué Green, qui prenait pour la première fois la parole depuis son altercation avec Durant lors de la défaite de 121-116 face aux Clippers de Los Angeles.

«Ce que vous devez savoir, c’est que personne dans cette équipe, pas un joueur, ni moi, ni Kevin, ni personne d’autre, ne va faire perdre cette équipe. Je le dis aux 29 autres équipes, il va falloir nous battre, nous n’allons pas nous battre nous-mêmes», a-t-il insisté.

Durant avait reproché à Green d’avoir gaspillé la dernière possession de balle du temps réglementaire contre les Clippers. Au lieu de faire une passe, Green avait remonté le ballon en dribblant, avant de le perdre piteusement.

C’est peu dire que Durant n’a pas apprécié la décision de son coéquipier et le lui a vertement fait savoir, avant le début de la prolongation. Green, grande gueule de la NBA épinglée par le passé pour des actions controversées, ne s’est pas laissé faire, obligeant coéquipiers et entraîneurs à calmer les esprits.

Après la défaite, de retour dans le vestiaire du Staples Center, l’altercation a repris de plus belle, à huis clos, avec d’autres coéquipiers s’en prenant aussi à Green.

Avenir incertain

Green a notamment reproché à Durant de ne pas avoir clarifié son avenir auprès de ses coéquipiers alors qu’il sera agent libre en juin prochain et qu’il pourrait rejoindre une nouvelle équipe. Selon le quotidien New York Post, qui a fait appel à une spécialiste de la lecture sur les lèvres pour analyser ce qu’a été dit durant leur altercation, Durant a présenté Green comme la raison de son départ l’été prochain. «C’est pour ça que je ne serai plus là», a-t-il déclaré à plusieurs reprises.

Les Warriors avaient infligé dans la foulée un match de suspension à Green pour «conduite néfaste à l’équipe». «Kevin et moi, on s’est parlé, on a tourné la page. C’est un secret pour personne, je suis un joueur qui montre ses émotions, qui joue avec ces mêmes émotions. Parfois, cela ne joue pas en ma faveur», a insisté Green.

«Je ne vais pas changer, je vais aborder les matchs comme je l’ai toujours fait [...] J’ai lu beaucoup de choses genre “Est-ce la fin d’un cycle? ” ou “Durant va-t-il quitter Golden State par sa faute? ”.  Au final, quoi que Kevin décide, ou Klay [Thompson, autre joueur en fin de contrat en juin], on aura eu de belles années ensemble et je les soutiendrai à 100 % dans leurs décisions.»

Aux yeux des dirigeants, il ne s’agit que d’une péripétie lors d’une longue saison. «On connaît Draymond depuis des années déjà, on a toute confiance dans le fait que l’équipe va passer à autre chose, c’est la vie de la NBA», a balayé le dg Bob Meyers. «Draymond a un grand rôle dans le succès de cette équipe, il ne changera jamais», a renchéri l’entraîneur Steve Kerr.