Si Lewis Hamilton (en haut) a pu terminer premier au terme du Grand Prix de Russie, c’est grâce à son coéquipier, Valtteri Bottas. Alors que Vettel appliquait beaucoup de pression sur Hamilton, l’écurie Mercedes a sommé Bottas de le laisser passer, et il a obtempéré.

Grand Prix de Russie: le sacrifice de Bottas

SOTCHI — Lewis Hamilton s’est approché d’un cinquième championnat des pilotes en Formule 1 grâce à une victoire au Grand Prix de Russie, dimanche, après que son coéquipier Valtteri Bottas lui ait laissé le passage à mi-chemin dans la course.

Hamilton mène le pilote de chez l’écurie Ferrari Sebastian Vettel par 50 points au classement avec cinq courses à disputer. Les deux pilotes sont en quête d’un cinquième championnat en carrière.

Alors que Vettel appliquait beaucoup de pression sur Hamilton lors du 25e tour, l’écurie Mercedes, par l’entremise de la radio de l’équipe, a sommé Bottas de laisser passer son coéquipier. Le Finlandais s’est soumis à la demande.

«C’est une journée difficile parce que Valtteri a fait un travail fantastique tout le week-end et il a été un véritable gentilhomme de me laisser passer, a déclaré Hamilton. Je peux m’imaginer à quel point ça doit être difficile pour Valtteri. Il a fait un travail remarquable et il méritait de gagner.»

Le stratège de l’écurie Mercedes, James Vowles, s’est défendu à propos de cette demande en disant que Hamilton avait une «petite fissure» à un de ses pneus et il aurait pu glisser derrière Vettel.

Bottas, qui s’est déjà objecté à être décrit comme l’allier de Hamilton, a déclaré qu’il s’agissait d’une «journée très difficile» ajoutant qu’il s’agissait «d’un très bon résultat pour l’équipe».

Après que Bottas eut abandonné son occasion de signer une première victoire cette saison, Hamilton n’a pas été dérangé à l’avant du peloton et il a inscrit un huitième triomphe cette saison et un cinquième à ses six dernières courses. Il s’agissait du troisième doublé de Mercedes en 2018. Vettel a terminé l’épreuve en troisième position.

Les messages de Bottas à l’équipe suggéraient qu’il s’attendait à ce que Hamilton lui redonne la première place après avoir constaté que Vettel n’était plus dans les parages pour lui ravir la victoire.

Hamilton avait d’abord résisté à Vettel en début de course avant de se retrouver derrière lui à la suite des arrêts aux puits. Hamilton a ensuite dépassé l’Allemand lors de la bataille la plus compétitive de l’épreuve.

Remontée de Verstappen pour son anniversaire

Fêtant son 21anniversaire de naissance, le pilote de l’écurie Red Bull Max Verstappen s’est élancé du 19e rang, mais il a remonté la pente pour rallier l’arrivée en cinquième position. Il n’a toutefois jamais été en mesure de défier le pilote de Ferrari Kimi Raikkonen, qui a conclu l’épreuve devant lui.

Derrière Verstappen, il y a eu son coéquipier Daniel Ricciardo. Charles Leclerc, qui remplacera Raikkonen au sein de l’écurie Ferrari l’an prochain, a pris le septième échelon grâce à une belle course chez Sauber. Kevin Magnussen, de l’écurie Haas, a terminé huitième.

Esteban Ocon et Sergio Perez, de Force India, ont complété le top 10.

Le Québécois Lance Stroll partait du 14e rang et au terme des 53 tours de la course, il a croisé le drapeau à damiers en 15e position.

«C’était une bonne course pour nous, mais j’ai été derrière Fernando Alonso pendant toute la durée. J’étais plus rapide que lui, mais je ne pouvais pas le dépasser parce que je n’avais pas de système de réduction de la traînée et j’étais trop loin, a mentionné Stroll. J’aurais aimé avoir un meilleur résultat.»

+

«PEU DE COÉQUIPIERS FERAIENT UNE CHOSE PAREILLE»

«Peu de coéquipiers feraient une chose pareille», a jugé le Britannique Lewis Hamilton au sujet du Finlandais Valtteri Bottas qui lui a laissé la victoire dans le Grand Prix de Russie, dimanche, à la demande de leur écurie Mercedes.

Q  Vous gagnez car votre écurie a demandé à votre coéquipier de vous laisser passer. Quel est votre sentiment sur cette victoire?

R  Ça a été une journée assez difficile. Valtteri a fait un travail fantastique toute la fin de semaine et il s’est comporté en vrai gentleman en me laissant passer. De toute évidence, il ne se bat pas pour le Championnat [des pilotes], contrairement à nous. L’équipe a fait un travail exceptionnel ce week-end pour avoir l’avantage sur Ferrari et réaliser ce doublé. Habituellement, nous en serions ravis, mais je peux comprendre à quel point c’est difficile pour Valtteri. Il a vraiment fait un travail fantastique et il méritait de gagner. Mais en tant qu’équipe, nous essayons de remporter les deux Championnats et je pense qu’aujourd’hui a été un véritable effort d’équipe.

Q  Pensiez-vous qu’à la fin, alors que vous n’étiez plus menacé par Sebastian Vettel, l’équipe vous demanderait de rendre la place de leader à Bottas?

R  Quand ils m’ont prévenu qu’ils avaient demandé ça à Valtteri, je ne sais pas si vous m’avez entendu, mais j’ai répondu: “dites-lui juste d’accélérer”, parce que j’avais Sebastian à mes trousses, tout près. Ça n’est pas ce que je voulais donc, oui, naturellement, je ne me sentais pas bien en le doublant. Je ne savais pas ce qui était prévu pour la fin. J’attendais d’avoir des nouvelles, mais je me doutais que l’équipe voulait que ça se termine comme ça. S’ils avaient pris cette décision, cela confirmait qu’ils voulaient que cela se termine ainsi. Honnêtement, c’est très, très difficile de trouver les bons mots. C’est un sentiment très étrange. Nous avons réussi un doublé, l’équipe a dominé cette fin de semaine, a fait un travail incroyable, et ce n’est évidemment jamais, jamais, jamais de toute ma vie, la façon dont j’ai voulu gagner une course. Je veux juste rendre hommage à Valtteri. Peu de coéquipiers feraient une chose pareille.  AFP