Vettel a signé un chrono d’une minute et 28,846 secondes lors de la deuxième séance d’essais sous les réflecteurs du circuit de Sakhir, soit 0,035 seconde de moins que Leclerc. Le Monégasque avait cependant été plus rapide que son coéquipier allemand lors de la première, plus tôt en après-midi.

Grand Prix de Bahreïn: Ferrari domine les séances d’essais libres

MONTRÉAL — Les pilotes Ferrari Sebastian Vettel et Charles Leclerc ont signé les meilleurs temps à l’issue des deux premières séances d’essais libres au Grand Prix de Formule 1 du Bahreïn, vendredi.

Vettel a signé un chrono d’une minute et 28,846 secondes lors de la deuxième séance d’essais sous les réflecteurs du circuit de Sakhir, soit 0,035 seconde de moins que Leclerc. Le Monégasque avait cependant été plus rapide que son coéquipier allemand lors de la première, plus tôt en après-midi.

«Je ne crois pas que nous avons démontré le véritable potentiel de la voiture en Australie, mais je crois que nous sommes très confiants de pouvoir relever la barre... au Bahreïn», a dit Leclerc en s’extirpant de la voiture.

Le quintuple champion du monde, Lewis Hamilton, a suivi en troisième place à 0,603 seconde, tandis que son coéquipier chez Mercedes Valtteri Bottas - qui a triomphé en Australie il y a deux semaines — terminait quatrième à 0,711.

«Les Ferraris ont été très rapides dès le départ, et elles n’ont jamais cessé de progresser, a confié Hamilton. C’est donc totalement différent de ce que nous avons vu à Melbourne. Nous avons connu des ennuis avec l’équilibre de notre voiture. En ce moment, je dirais que Ferrari est en avance.»

À la surprise générale, le pilote Renault Nico Hulkenberg a complété le top-5, devant son adversaire chez Red Bull Max Verstappen.

«L’adhérence était très mauvaise lors de la première séance, ce qui m’a vraiment compliqué la tâche, a admis Hulkenberg. La deuxième séance a été beaucoup plus représentative, et j’ai l’impression que j’ai bien rempli les commandes, tant pour les petits que les longs relais. C’est toujours bien d’apparaître au cinquième rang, mais nous sommes réalistes et nous devons nous concentrer sur la séance de qualifications demain.»

La troisième séance d’essais libres aura lieu samedi matin, suivie de la séance de qualifications.

«Nous devons trouver de la vitesse»

Lance Stroll 17e

Les choses se sont moins bien déroulées pour Lance Stroll, qui tente d’inscrire des points dans une deuxième course de suite après avoir fini neuvième à Melbourne. Le pilote de Mont-Tremblant, qui a notamment été victime d’une sortie de piste lors de la première séance, a dû se contenter du 17e chrono, à 2,283 secondes.

«La première séance a été très occupée en raison des nombreux changements effectués sur la voiture — nous avons testé différentes pièces aérodynamiques —, et nous avons tenté de trouver la meilleure stratégie pour le reste du week-end, a expliqué le Québécois. Nous savons que le milieu du peloton est très compétitif, donc nous devons trouver de la vitesse ce soir si nous voulons être parmi les 10 premiers demain.»

Son coéquipier chez Racing Point, Sergio Perez, a fait un peu mieux avec une 14e position.

La température de piste a excédé les 40 degrés Celsius lors de la première séance en après-midi, mais elle sera bien différente lors de la course dimanche, puisque le départ sera donné à la tombée de la nuit, à 18h, heure locale. En conséquence, la plupart des pilotes n’ont pas testé les limites de leur voiture, notamment afin d’éviter des dégâts provoqués par la surchauffe.

«La première séance s’est déroulée sous des conditions très chaudes, qui seront très différentes de celles que nous aurons lors des qualifications et de la course, a expliqué le directeur technique de Racing Point Otmar Szafnauer. En conséquence, nous avons effectué de nombreux tests pendant la première séance afin d’évaluer les différentes mises à jour aérodynamiques et mécaniques.

«Puis, en soirée, nos performances nous laissent croire que nous avons pris un peu de retard sur l’équilibre de la voiture, ce qui signifie qu’il nous reste beaucoup de travail à faire», a-t-il conclu. Avec AP