Hugo Houle

Grand Prix cycliste de Québec: Hugo Houle termine 15e

Tout au long de la journée, Hugo Houle s’est battu contre des jambes qui refusaient de répondre comme il l’avait espéré. Mais comme il était à la maison, le coureur de Sainte-Perpétue a serré les dents et roulé jusqu’à la ligne d’arrivée, où il a pris le 15e rang du Grand Prix de Québec.

Il bouclait donc la course ayant le meilleur résultat canadien, ce qui lui a valu une invitation sur la tribune d’honneur, en marge du podium.

«Il s’agit d’un beau cadeau, je peux aller sur la scène, mais je ne cours pas pour ça, je ne cours pas contre les Canadiens», disait le représentant de l’équipe Astana.

Houle aurait voulu faire mieux. Il avait la liberté de se battre pour la victoire, mais il manquait un peu de carburant dans ses jambes.

«Ce n’était pas fantastique, j’étais sur le bord des crampes. Je sentais que ça tirait toute la journée. À la mi-course, je trouvais que ça tournait un peu carré, et des fois, on ne sait jamais, ça débloque. Bon, ce n’est pas si mal comme résultat, mais ce n’était pas un grand jour. Comme j’étais à la maison, je me suis dis, envoye, arrête de te lamenter, concentre-toi et place-toi bien», expliquait-il quelques minutes après le sprint.

Fin de course difficile

Ce qu’il a fait, même s’il admettait avoir souffert dans les derniers tours. Il s’est cependant battu, il s’est accroché, poussé par l’énergie de la foule.

«J’étais un peu loin sur le boulevard Champlain lorsqu’on a attaqué la Côte de la Montagne. J’ai rattrapé le groupe, mais j’étais loin derrière. Je me suis aussi accroché dans la côte de la Potasse. Sur Grande-Allée, c’est long longtemps. J’ai commencé à sprinter, j’ai fermé les yeux et poussé le plus fort que je pouvais. Je savais que j’étais trop loin, mais rendu-là, ça fait mal. Dans les derniers 200 mètres, on pousse, on ne voit rien et la ligne arrive.»

Il ne repoussait toutefois pas cette 15e place (avec le même temps que les 37 coureurs impliqués dans le sprint) du revers de la main.

«Pour moi, c’est quand même beau résultat, il s’agit d’un une grande course et avec les meilleurs au monde», avouait celui qui se prépare en même temps pour les Championnats du monde, dans deux semaines, où son rôle sera d’appuyer son compatriote Michael Woods, 17e, vendredi.

Malgré la douleur aux jambes, il savait qu’il se rendrait jusqu’au bout de ses forces. «C’est dur pour le moral, mais je suis habitué et je savais, par expérience, que je pouvais m’en sortir. Les encouragements m’ont donné le petit «punch» pour essayer de passer quelques coureurs. J’étais trop loin sur le Grande-Allée pour faire mieux, mais on peut être fier du résultat. Je peux partir la tête haute, en espérant que je me sente mieux à Montréal, dimanche», ajoutait le coureur de 28 ans.

+

TOP 10

  1. Michael Matthews, Australie (Sunweb), 5h13min01s
  2. Peter Sagan, Slovaquie (Bora-Hansgrophe), même temps
  3. Greg Van Avermaetm Belgique (CCC), même temps
  4. Diego Ulissi, Italie (UAE Emirates), même temps
  5. Jasper Stuyven, Belgique (Trek-Segafredo), même temps
  6. Tom-Jelte Slagter, Pays-Bas (Dimension Date), même temps
  7. Julian Alaphilippe, France (Deceuninck- Quick Step), même temps
  8. Timo Roosen, Pays-Bas (Jumbo-Visma), même temps
  9. Tim Wellens, Belgique (Lotto Soudal), même temps
  10. Benoit Cosnefroy, France (AG2R La Mondiale), même temps


Meilleur Canadien

15. Hugo Houle, Canada (Astana), même temps