Au terme des deux séances, le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) s’est adjugé le meilleur chrono en 1 min 33 sec 162/1000, devançant le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) de 335/1000 et le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes) de 646/1000.

GP de Russie: que se passe-t-il chez Mercedes?

SOTCHI — Surprenant: en cinq éditions du Grand Prix de F1 de Russie, Mercedes s’est toujours imposée, mais son rythme en essais libres vendredi à Sotchi ne lui a pas permis de rivaliser avec Red Bull et Ferrari.

Au terme des deux séances, le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull) s’est adjugé le meilleur chrono en 1 min 33 sec 162/1000, devançant le Monégasque Charles Leclerc (Ferrari) de 335/1000 et le Finlandais Valtteri Bottas (Mercedes) de 646/1000.

Le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes) est quatrième à 798/1000 et l’Allemand Sebastian Vettel (Ferrari) cinquième à 1 sec 039/1000.

«La journée n’avait pas trop mal commencé mais, alors que nous progressions, les autres se sont améliorés à un rythme bien plus important», analyse le leader du Championnat du monde avec 65 points de mieux que Bottas.

«Nous ne sommes pas où nous voudrions être. Nous allons travailler tard ce soir pour comprendre ce que nous pouvons améliorer et quoi changer sur la voiture pour demain, poursuit-il. C’est bien de voir la concurrence réussir mais nous voulons être à la bagarre avec eux.»

L’écurie allemande va-t-elle trouver des solutions avant les qualifications samedi à 15h00 locales (14h00 françaises/12h00 GMT) ? C’est en tout cas ce à quoi elle nous a habitués.

«Faire mieux»

«Ca a été une journée difficile dans l’ensemble avec quelques bons moments qui nous laissent espérer que nous pouvons faire mieux samedi et dimanche», veut croire le directeur technique James Allison.

Certes, sur l’Autodrome de Sotchi, les chiffres donnent l’avantage aux Flèches d’argent, qui détiennent aussi les records de huit podiums, contre cinq à Ferrari, et de quatre pole positions, contre une seule à la Scuderia.

Mais les hommes en rouge ont pour eux la forme du moment, avec trois succès lors des trois dernières courses et le retour aux affaires de Vettel, vainqueur avec un peu de chance à Singapour de son premier GP en plus d’un an.

Le doublé réalisé par Ferrari dans la cité-Etat d’Asie du sud-est, où l’on donnait Mercedes et Red Bull favorites, est d’ailleurs venu démontrer que des surprises restent possibles et que l’écurie allemande n’est pas infaillible, malgré un début de saison écrasant (à six manches de la fin, Hamilton a 96 points d’avance sur Leclerc et Verstappen, 102 sur Vettel, et Mercedes 133 sur Ferrari et 238 sur Red Bull).

«Après Singapour, nous ne voyons pas de raison de ne pas être compétitifs ici, clame Leclerc. Mais les Red Bull ont l’air vite donc ça va être serré avec elles (...) Et je pense aussi que, quand les Mercedes vont tout mettre dans l’ordre, elles seront plus proches.»

Pour Verstappen et son équipier thaïlandais Alexander Albon, peu en vue vendredi, il faudra aussi composer avec cinq places de pénalité sur la grille de départ dimanche pour un changement de moteur.

Pluie 

«Il est important d’être rapides en qualifications, sachant que nous serons pénalisés par la suite. Mais au moins ici il est possible de dépasser en course et de vite remonter devant, commente le Néerlandais. Nous ne sommes que vendredi et il est trop tôt pour faire des prédictions, car tout le monde va progresser, mais ça reste un très bon début.»

Ecope aussi de cinq places de pénalité pour changement de moteur le Français Pierre Gasly (Toro Rosso), sixième de la deuxième séance et «meilleur du reste» derrière les écuries de pointe.

Son équipier russe Daniil Kvyat et le Polonais Robert Kubica (Williams) s’élanceront eux en fond de grille pour des changements plus conséquents.

Sec vendredi, le temps s’annonce à l’averse samedi pour la troisième et dernière séance d’essais à 12h00 (11h00/09h00) et les +qualifs+, laissant présager une issue potentiellement imprévisible.

Hamilton appelle l’eau de ses voeux: «Je ne pense pas que nous ayons jamais piloté sous la pluie ici, ça devrait rendre les choses intéressantes...»