Valtteri Bottas vit d’un contrat d’un an à un autre depuis qu’il s’est joint à Mercedes en 2017, à la suite du départ à la retraite surprise du champion du monde Nico Rosberg.

GP de Hongrie: Bottas doit impressionner ses patrons

BUDAPEST, Hongrie — Mercedes doit envoyer un message fort ce week-end au Grand Prix de Formule 1 de Hongrie, surtout Valtteri Bottas.

Son avenir chez Mercedes se jouera pendant la traditionnelle pause estivale en F1, qui suivra la course de dimanche. Sa sortie de piste le week-end dernier au Grand Prix d’Allemagne, alors qu’il pourchassait le Québécois Lance Stroll, a augmenté la pression sur les épaules du Finlandais.

«Ce n’était pas l’idéal, a convenu Bottas jeudi, alors qu’il discutait de sa sortie de piste à Hockenheim. Chaque course est importante, mais quand tu sais que l’équipe réfléchit à l’avenir... ça devient très important.»

Bottas vit d’un contrat d’un an à un autre depuis qu’il s’est joint à Mercedes en 2017, à la suite du départ à la retraite surprise du champion du monde Nico Rosberg. L’an dernier, il a appris en juillet seulement qu’il allait conserver son volant en 2019. Cette fois-ci, la décision viendra encore plus tard, au moment même où des rumeurs circulent à l’effet qu’il pourrait être remplacé par le pilote Red Bull Max Verstappen.

Bien qu’il soit conscient de la situation, le principal intéressé a assuré que la situation n’affectera pas sa performance à l’Hungaroring.

«Ce n’est pas la première fois... c’est la routine, a dit Bottas. J’ai l’impression d’avoir mérité ma place. J’ai encore beaucoup de choses à offrir, beaucoup de choses à apprendre. Et je n’ai pas encore atteint tous mes objectifs.»

L’objectif au début de la saison était de bousculer — et même de surpasser — le champion du monde en titre, Lewis Hamilton, son coéquipier chez Mercedes.

Bottas a commencé la saison sur les chapeaux de roue en gagnant deux des quatre premières courses, s’emparant même des commandes du championnat des pilotes. Mais il n’a pas triomphé lors des sept dernières escales, tandis qu’Hamilton savourait cinq victoires.

Bottas avait une occasion en or de rétrécir l’écart le week-end dernier, surtout après que Hamilton eut engrangé seulement deux points en vertu de sa neuvième place. Mais il a commis une bête erreur de pilotage qui l’a expédié contre un muret de sécurité. Selon le Finlandais, tout ce qui lui manque pour convaincre ses patrons de lui offrir une prolongation de contrat, c’est de la constance dans ses performances.

«Je dois être au sommet de ma forme chaque semaine. C’est ça qui est difficile, a-t-il confié. Je dois extraire le maximum de mon pilotage, chaque fois que je suis en piste.»

Cette confiance semble débordante pour Hamilton et Verstappen qui a triomphé le week-end dernier dans des circonstances extraordinaires, démontrant tout son sang-froid sur une piste détrempée qui en a piégé plus d’un.

«Il a fait du bon boulot, et de toute évidence ils [Red Bull] en ont fait tout autant depuis quelques courses, a mentionné Hamilton à propos de Verstappen et Red Bull. C’est bien de voir leur progression. Nous sommes prêts à livrer le combat.»

Hamilton dispose d’une avance de 63 points de classement sur le Hollandais, qui est troisième avec 10 courses à disputer.