Roger Goodell a reçu 212,5 millions $ en salaires et primes depuis sa nomination en 2006, dont 32 millions $ en 2015, dernière année où la NFL devait rendre publique sa rémunération.

Goodell récompensé avec 200 M$ sur cinq ans

LOS ANGELES — Le grand patron de la NFL Roger Goodell a signé mercredi un nouveau contrat de cinq ans qui pourrait lui rapporter jusqu’à 200 millions $.

Goodell, qui occupe le poste de commissaire depuis 2006, touchera un salaire de 40 millions $ par an. Des clauses pourraient lui rapporter encore plus, telles que l’augmentation des revenus, des cotes d’écoute stables ou à la hausse et un nouveau contrat de travail avec les joueurs. Celui en vigueur prend fin en 2021. La NFL est la ligue professionnelle la plus prospère aux États-Unis avec un chiffre d’affaires prévu de plus de 14 milliards $ en 2017, une augmentation de 6 milliards $ depuis 2010.

«La prolongation du contrat est totalement conforme avec la question des compensations salariales dans le secteur du sport professionnel et sert les meilleurs intérêts des propriétaires», a expliqué Arthur Blank, président du comité de rémunération et propriétaire des Falcons d’Atlanta dans un courrier adressé à tous les propriétaires d’équipes NFL et révélé par le quotidien New York Times. Le nouveau contrat entrera en vigueur en mars 2019.

Goodell a reçu 212,5 millions $ en salaires et primes depuis sa nomination en 2006, dont 32 millions $ en 2015, dernière année où la NFL devait rendre publique sa rémunération. La prolongation de son contrat avait été un temps remise en question par Jerry Jones, le très influent propriétaire des Cowboys de Dallas. Il avait exprimé sa dissidence quand son demi offensif Ezekiel Elliott était arrivé à court d’options légales pour en appeler d’une suspension de six matchs, en lien à la politique du circuit sur la violence conjugale.

Âgé de 58 ans, Goodell est également critiqué par certains propriétaires d’équipes NFL et par le président américain Donald Trump pour sa mauvaise gestion du boycottage de l’hymne américain sur fond d’érosion des audiences télé.  Avec AFP

+

WARREN MOON ACCUSÉ DE HARCÈLEMENT SEXUEL

Warren Moon, au Derby du Kentucky, en 2013

L’ancien quart-arrière Warren Moon, un membre du Temple de la renommée du football, est accusé de harcèlement sexuel dans une poursuite déposée en Californie. La victime présumée est une ancienne assistante au sein de son entreprise de marketing sportif, Sports 1 Marketing, cofondé et présidé par Moon. Wendy Haskell avance que Moon a exigé qu’elle porte de la lingerie fine et qu’elle partage son lit durant des voyages d’affaires. Il lui aurait aussi fait des avances sexuelles non désirées, notamment en lui saisissant l’entrejambe lorsqu’elle dormait lors d’un récent voyage d’affaires à Seattle. Âgé de 61 ans, Moon a disputé 17 saisons dans la NFL avec les Texans de Houston, les Vikings du Minnesota, les Seahawks de Seattle et les Chiefs de Kansas City. Il a récolté 49 325 verges aériennes et a réussi 291 passes de touché. Moon a été intronisé au Temple de la renommée du football en 2006. Il a également joué pour les Eskimos d’Edmonton dans la Ligue canadienne de football et a remporté cinq Coupes Grey consécutives entre 1978 et 1982. Il a fait son entrée au Temple de la renommée du football canadien en 2001. Moon travaille comme analyste à la radio pour les Seahawks qui, à sa demande, lui ont accordé un congé.  La Presse canadienne