L’Américaine Lindsey Vonn (à gauche) a remporté la descente d’Are, en Suède, mercredi, mais c’est son amie, l’Italienne Sofia Goggia, qui a été couronnée championne de la saison en descente.

Goggia gagne le Globe de la descente par trois petits points

ARE — La reine de la vitesse Lindsey Vonn a signé un 82e succès sur le circuit majeur, se rapprochant à quatre longueurs du record absolu (86) du Suédois Ingemar Stenmark, mais elle a échoué dans sa conquête d’un neuvième Globe de cristal de la descente, mercredi lors des Finales de la Coupe du monde de ski à Are, en Suède


L’Américaine de 33 ans a été devancée de trois points par Sofia Goggia, sa dauphine du jour. L’Italienne de 25 ans remporte son premier Globe, 16 ans après le doublé de sa compatriote Isolde Kosner (2001 et 2002).

Après avoir franchi le fil d’arrivée devant Goggia, Vonn avait besoin qu’une autre skieuse s’insère entre l’Italienne et elle pour espérer remporter le Globe, ce qui ne s’est pas produit. «Je n’ai jamais trouvé l’attente aussi longue pendant une course. Mais en fin de compte, ça s’est bien terminé.»

Sur une course sprint de moins d’une minute — le départ a finalement été donné au niveau du super-G —, à sa convenance avec deux grandes courbes, Vonn a mis tout son corps et tout son cœur dans la bataille. Elle a commis quelques fautes d’engagement, mais elle est parvenue néanmoins à précéder Goggia de six centièmes de seconde, pour une rivalité renouvelée sur le fil des centièmes.

«Ça a été une course très difficile. Elle l’a gagnée, mais je me retrouve avec ceci», a dit Goggia en serrant le Globe de cristal contre elle. «C’est toujours un honneur de lui faire la course. Après l’or en Corée, je savais que je pouvais aussi remporter ce trophée, mais ça n’a pas été facile. J’étais un peu incertaine après avoir raté une porte à l’entraînement, mais j’ai bien skié.»

La belle amitié pourrait ne pas résister la saison prochaine si l’Italienne devenait un obstacle majeur sur la piste du dernier défi de Vonn : dépasser Stenmark. «Mon amitié avec Lindsey n’a rien à voir avec la rivalité sur la piste», a assuré Goggia, championne olympique de descente il y a trois semaines.

Feuz comme un coucou

Chez les hommes, le Suisse Beat Feuz, réglé comme un coucou, a remporté le Globe de cristal de la descente grâce à une extrême fiabilité sur le podium. Troisième de la descente des finales, le skieur de 31 ans est monté sept fois sur le podium cette saison en neuf courses, dont trois sur la plus haute marche.

Feuz a abordé ce dernier acte en costaud face à Aksel Lund Svindal, champion olympique de la discipline reine. Quand il s’est emparé du meilleur temps provisoire en bas d’une épreuve raccourcie, le Bernois a levé les bras, alors que le Norvégien, qu’il devançait au départ de 60 points, n’était pas encore descendu. Svindal a finalement terminé au pied du podium complété par  les Autrichines Matthias Mayer et Vincent Kriechmayr, premiers ex aequo.

«J’avais le sentiment d’avoir fait une bonne course et d’avoir assuré l’essentiel», a souligné le doublé médaillé des Jeux de PyeongChang (bronze en descente, argent en super-G) qui, sept ans après Didier Cuche, va ramener le trophée en Suisse.