D’abord engagé comme dépanneur l’an dernier par les Aigles de Trois-Rivières, David Glaude est parvenu à jouer suffisamment bien pour forcer son gérant à l’utiliser sur une base régulière.

Glaude fait son nid chez Aigles

Ce qui s’annonçait que comme une simple histoire d’un soir est devenu une relation à long terme. Le joueur recrue de deuxième-but de Charlesbourg David Glaude occupe désormais un poste névralgique dans l’alignement des Aigles de Trois-Rivières.

Mercredi soir encore, Glaude, 23 ans seulement, logeait au premier rang du rôle des frappeurs de l’équipe visiteuse dans ce stade du parc Victoria où il a grandi comme joueur junior. Il remplaçait à ce poste pour un deuxième match le petit voltigeur Alexi Colon, blessé.

«On savait que David avait du talent, mais chaque fois que tu embauches un joueur qui ne possède aucune expérience professionnelle, c’est comme lancer une pièce en l’air. Tu ne sais jamais ce que ça va donner. On peut dire qu’il s’agit d’une très bonne addition pour notre équipe», constate avec un sourire satisfait le gérant des Aigles.

T.J. Stanton a d’abord été l’instructeur de Glaude au sein du programme régional baseball-études des Canonniers de Québec. Puis Glaude s’est joint au groupe de coachs dirigé par Jean-Philippe Roy. Qui est lui-même instructeur adjoint chez les Capitales de Québec.

Alors, ce n’était une surprise pour personne quand Glaude a été appelé pour un remplacement de dernière minute par les Capitales, l’équipe de sa ville, le 1er juin 2017. Un match contre les Aigles.

«Je savais que j’étais là pour un seul match parce que Kalian Sams était blessé et que je serais ensuite libéré», explique Glaude, 13 mois plus tard. «J.P. et Pat [Scalabrini, le gérant] m’ont offert de rester dans l’entourage de l’équipe en attendant une autre occasion. Mais j’ai envoyé un message à T.J. en lui demandant de penser à moi s’il avait quelque chose et dès le lendemain, un joueur des Aigles s’est blessé. Alors il m’a appelé.»

Il a bouclé sa première saison trifluvienne avec une moyenne au bâton de ,222 et 25 points produits en 194 apparitions au bâton, survivant à une piètre séquence de 3 en 35 au milieu de l’été.

Lutte quotidienne

Pas la moitié du calendrier de passé cette année que Glaude a déjà plus de 120 apparitions au bâton. Celui qui présente une moyenne au bâton de ,288 a déjà produit 16 points. Il a fait 5 en 13 avec 4 points produits lors du récent voyage à Rockland.

Pas la moitié du calendrier de passé cette année que Glaude a déjà plus de 120 apparitions au bâton. Avant la rencontre de mercredi, il frappait pour ,289 et avait déjà produit 16 points. Il a fait 5 en 13 avec 4 points produits lors du récent voyage à Rockland.

«Je m’élance sur de meilleurs lancers. À ta première saison, on dirait que chaque lanceur est un numéro un! Là, je les connais mieux, mais eux aussi me connaissent et ils ont un rapport sur moi. Ça va bien à date, mais je ne dois pas m’asseoir là-dessus», insiste celui qui dit lutter chaque jour pour sa place sur le terrain.

Étudiant en sciences géomatiques à l’Université Laval, celui qui habite chez une famille d’accueil à Trois-Rivières s’estime encore en progression et espère poursuivre son aventure avec les Aigles pour plusieurs saisons.

«David est un projet, mais notre instructeur des frappeurs [Kole Zimmerman] est persuadé qu’il fera un bon joueur de statut LS-1 l’an prochain, puis LS-2, LS-3, LS-4...» assure Stanton.