Jimmy Garoppolo admet entendre les critiques selon lesquelles il n'en a pas fait beaucoup pour mener San Francisco si loin.

Garoppolo remet plus le ballon à ses demis qu'il ne le lance vers ses receveurs

SANTA CLARA, Calif. — C'était sans doute approprié que Jimmy Garoppolo produise sa meilleure imitation de Bob Griese pour propulser les 49ers de San Francisco jusqu'au Super Bowl et jusqu'à Miami, la ville où l'ancien quart des Dolphins a passé sa carrière de 14 saisons entre 1967 et 1980.

Peut-être aucun quart depuis Griese, un membre du Temple de la renommée, avait accompli si peu lors d'un match menant son équipe à la grande finale de la Ligue nationale de football. Dans la victoire de 37-20 contre les Packers de Green Bay dimanche soir dernier, Garoppolo n'a effectué que huit passes.

Il n'en fallait pas plus pour commencer à se demander jusqu'à quel point le crédit doit revenir à Garoppolo pour avoir mené les 49ers au Super Bowl.

«C'est fou qu'il se fasse critiquer pour ça», a réagi le bloqueur gauche Joe Staley jeudi.

«Nous avons gagné le match. Nous faisions ce que nous devions faire pour gagner le match, et c'est l'objectif principal d'un match de football de la NFL. Je pense qu'il serait pas mal triste s'il accumulait des gains de 450 verges et que nous perdions. Ça n'a donc pas vraiment d'importance.»

Garoppolo admet entendre les critiques selon lesquelles il n'en a pas fait beaucoup pour mener San Francisco si loin. Il s'agit d'une source de motivation, bien qu'il soit bien moins volubile que son coéquipier Richard Sherman, qui semble chercher ceux qui doutent de lui pour se gonfler à bloc.

«Je fais la même chose, dit Garoppolo. J'entends tout ce qui se dit, mais vous ne pouvez pas toujours vous servir de ça sur le terrain. Il faut prendre ça pour ce que ça vaut. En bout de ligne, il s'agit de se présenter sur le terrain et de jouer au football.»

Garoppolo a complété six de ses huit passes pour des gains de 77 verges la semaine dernière. Il s'agit du moins grand nombre de passes tentées par une équipe en matchs éliminatoires depuis que Griese en a lancé six contre les Raiders d'Oakland, le 30 décembre 1973. Deux semaines plus tard, lors du triomphe des Dolphins face aux Vikings du Minnesota au Super Bowl, Griese n'avait tenté que sept passes.

La seule autre fois où une équipe a tenté huit passes ou moins lors d'un match éliminatoire est survenue lors de la finale de l'Association américaine en 1971, quand Griese a lancé le ballon en huit occasions lors d'un gain contre les Colts de Baltimore.

Cette lourde tendance vers le jeu au sol, qui semble si hors contexte dans une ligue axée sur les passes, est devenue particulièrement évidente depuis que Garoppolo a commis l'une de ses quelques erreurs en matchs éliminatoires.

Vers la fin de la première demie face aux Vikings du Minnesota, il a été victime d'une interception, et de son 19e revirement de la saison. C'est plus que tout autre joueur ayant participé aux éliminatoires.

Depuis ce jeu, Garoppolo a complété neuf passes sur 14 pour des gains de 103 verges et un sac, en un peu plus de six quarts de jeu. Sur un total de 88 jeux, les 49ers ont couru 73 fois.

En fait, dans cet intervalle, Garoppolo s'est fait demander de poser un genou au sol pour écouler le temps plus souvent (cinq fois) qu'il a complété de passes qui ont franchi la ligne de mêlée (quatre).

«C'est ainsi que ça fonctionne dans cet univers. Vous recevez le crédit si vous gagner le Super Bowl, un titre de joueur le plus utile à son équipe ou quelque chose du genre», a fait remarquer l'entraîneur-chef Kyle Shanahan.

«Nous avons joué au sol (les deux dernières semaines) et beaucoup de gens vont dire que Jimmy n'en a pas fait assez. Il y a eu beaucoup de matchs cette année où nous n'avons pas été capables de courir avec le ballon et où nous avons dû gagner en faisant des passes. C'est ce qui me rend fier de Jimmy et fier de notre équipe, que vous ne pouvez vraiment dire qu'il nous faut jouer d'une certaine façon pour gagner. Je pense que nous avons montré que nous pouvons gagner de plusieurs manières.»