Après le match de samedi au Minnesota, Rémi Garde avait déclaré que son équipe manquait d'adresse, de talent et de volonté, affirmation qu'il n'a pas reniée trois jours plus tard.

Garde n'hésite pas à parler d'un «manque de talent»

MONTRÉAL — Rémi Garde se serait probablement bien passé des distractions liées aux propos tenus par le président Joey Saputo au cours des dernières semaines. Mais l’entraîneur-chef de l’Impact n’a jamais eu non plus la langue dans sa poche.

Samedi, après le revers de 2-0 contre Minnesota United — le quatrième de suite de l’Impact (3-10-0), l’ancien dirigeant de l’Olympique lyonnais avait affirmé que son équipe avait été victime d’un «manque d’adresse, de talent et de volonté». Trois jours plus tard, il n’a pas reculé.

«Je pense que oui, nous manquons de talent», a répété Garde, mardi. «Je ne vais pas corriger mes propos. Nous nous sommes retrouvés 17 fois en position de tir — je crois que c’était le plus haut total pour une équipe à l’étranger dans la ligue ce jour-là — et nous n’avons pas été suffisamment adroits.

«Je n’ai pas décortiqué les réactions, ce n’est pas mon travail. C’est simplement un constat par rapport aux statistiques.»

Ce manque de talent peut-il être comblé à l’interne ou seulement grâce à des renforts provenant de l’extérieur? «Ça passe par le travail», a réitéré Garde. «Vous pouvez progresser à tout âge dans tout domaine.»

«Le football, c’est une question de talent, mais il faut exploiter son talent par le travail et un investissement», a-t-il ajouté. «Ce n’est pas un manque global de volonté. Nous avons un groupe de 20 joueurs et je ne veux pas mettre tout le monde dans le même panier. J’ai parlé de volonté après le match et ce n’est pas tout à fait ça. C’est plutôt le niveau de sacrifice dont chacun est capable de fournir pour faire en sorte que l’équipe gagne qui n’est pas homogène.»

Période importante

Garde a quand même reconnu que la prochaine période de transferts qui commencera le 10 juillet sera très importante, même s’il préférerait pouvoir se concentrer sur le travail sur le gazon. «Il se trouve que l’actualité fait que nous en parlons beaucoup plus tôt. J’essaie de tenir tout le monde. Les joueurs ont intérêt à donner le meilleur d’eux-mêmes parce qu’ils sont des professionnels.

«La passion dans le foot, ce n’est pas qu’être professionnel. C’est d’être passionné, d’aimer son métier, d’aimer venir s’entraîner dans les très belles conditions que nous avons ici. C’est aimer gagner des matchs, aimer souffrir, aimer faire des courses où vous n’allez peut-être pas recevoir le ballon, mais vous allez le récupérer ou aider un copain à le récupérer. Cette passion, c’est de ça dont je veux parler, pas de tout ce qui peut arriver quand vous perdez deux ou trois matchs de suite.»

Concernant le travail de son capitaine Ignacio Piatti, Garde a laissé entendre qu’il avait peut-être été affecté par les propos du de Saputo, qui avait mentionné le 21 mai au 98,5 FM qu’il serait peut-être plus avantageux pour l’Impact de réinvestir son salaire élevé dans deux ou trois joueurs à coût un peu plus bas. «La semaine précédent le match [contre le Minnesota] a été compliquée pour “Nacho”.» Quand un journaliste lui a demandé s’il faisait référence aux propos de Saputo, il a répondu : «Je pense que vous avez la réponse».