De gauche à droite: Marie Petticlerc, Denis Fortin, Dean Bergeron, Pierre-Yves Gigou

Gala de l'athlète: l'embarras du choix [VIDÉO]

L’embarras du choix, voilà la conclusion que l’on peut tirer des mises en nomination de la Soirée de reconnaissance sportive 2019 des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches qui ont été dévoilées, jeudi matin, afin de déterminer qui sera couronné l’athlète de l’année de Québec, le 29 mai.

Ils sont nombreux à la succession de Dominic Larocque, le hockeyeur sur luge nommé en 2018. Parmi eux, on retrouve Félix Auger-Aliassime (tennis), Alex Harvey (ski de fond), mais aussi les planchistes Laurie Blouin et Alex Beaulieu-Marchand, deux médaillés des X-Games, notamment.

«Il n’y a pas tellement eu d’obstination dans nos réunions du comité de sélection. Il était important de ne pas oublier personne. Le plus difficile, ça reste toujours de comparer un sport à un autre. Ce qu’on peut constater, c’est qu’il y a de l’excellence dans tous les sports à Québec», explique Denis Fortin, qui préside ce comité depuis de nombreuses années.

Pas moins de 125 candidatures ont été reçues. Du lot, 52 ont été retenues dans les 13 catégories à l’enjeu, soit sport individuel international et national, partenaire/coéquipier international et national, entraîneur international et national, découverte féminine et masculine, équipe, officiel, bénévole, et l’ultime consécration de l’athlète des athlètes qui rejoindra un club sélect de 61 sportifs nommés à ce titre depuis 1956 (à l’exception de 2013 où il n’y avait pas eu de gala).

«J’ai eu le privilège d’être nommé en 2008 et j’en garde encore un souvenir inoubliable et j’en tire une grande source de fierté. De passer d’athlète à co-président d’honneur, ça me rappelle combien il est important de souligner le mérite des athlètes. Le gala a toujours été une grande fête de famille. On parcourt la planète pour faire la compétition chacun de notre côté, c’était le moment de l’année où l’on pouvait se retrouver à la même place. Je me souviens que j’en profitais pour jaser avec Caroline Brunet en sachant qu’elle serait encore nommée l’athlète de l’année», racontait en souriant Dean Bergeron, l’ancien athlète en fauteuil roulant, membre de la direction de La Capitale, partenaire du Gala de l’athlète, qui partage la présidence d’honneur avec la ministre Geneviève Guilbault.

Pour la petite histoire, Brunet a remporté le titre à six reprises, un sommet. Alex Harvey en détient quatre, mais ne pourra pas la rejoindre puisqu’il est en nomination pour la dernière fois. Qu’il l’emporte ou non, le fondeur aura droit à une mention, puisque le comité organisateur a ajouté à la soirée le salut aux olympiens qui prennent leur retraite.

«C’est le fun d’être en nomination, je suis vraiment contente. Ça vient souligner tout le travail que l’on met dans notre sport. Je pense qu’ils ont dû retenir ma constance dans mes performances pour retenir mon nom», estimait Anne-Marie Petitclerc, fondeuse de Beaupré en nomination pour une deuxième fois.

Au-delà de la reconnaissance, le Gala de l’athlète remettra 35 000$ en bourses. Un encan silencieux aura aussi lieu sur Internet au site galadelathlte.encanweb.ca à compter du 17 mai.

Pas moins de 300 personnes sont attendues à la Soirée reconnaissance, la quatrième de cette formule tenue au Complexe Capitale Hélicoptère. Pour l’occasion, l’ancien hockeyeur André Lacroix, couronné en 1966, recevra le Prix Jacques-Amyot remis par la Société d’histoire du sport de la Capitale-Nationale.

+

Les mises en candidature du Gala de l’athlète 2019

Sport individuel international

Félix Auger-Aliassime (tennis)

Alex Beaulieu-Marchand (surf des neiges)

Laurie Blouin (surf des neiges)

Antoine Gélinas-Beaulieu (patinage de vitesse)

Alex Harvey (ski de fond)

Philippe Marquis (ski acrobatique)

Laurence St-Germain (ski alpin)

Partenaire/coéquipier international

Andrée-Anne Côté (nage synchronisée)

Laurent Dubreuil (patinage de vitesse)

Camille Fiola-Dion (nage synchronisée)

Gabrielle Fortin (cyclisme)

Mathieu Roy (softball)

Sport individuel national

Simone Boilard (cyclisme)

Cédric Fofana (plongeon)

Coralie Godbout (judo)

Yasmine Kermiche (taekwondo)

Anne-Marie Petitclerc (ski de fond)

Marianne Théberge (cyclisme)

Partenaire/coéquipier national

Mathieu Betts (football)

Élizabeth Giguère (hockey sur glace)

Sarah-Jane Marois (basketball)

Jakob Pelletier (hockey sur glace)

Alix Plomteux (canoë-kayak)

Entraîneur international

Alain Bernier (taekwondo)

Martin Bordeleau (gymnastique)

Louis Bouchard (ski de fond)

Nicolas Desmarais (surf des neiges)

Pierre-Yves Gigou (triathlon)

Entraîneur national

Glen Constantin (football)

Christine Gillard (cyclisme)

Martin Laperrière (hockey sur glace)

Félix-Antoine Lapointe (athlétisme)

Jean-Philippe Le Guellec (biathlon)

Découverte féminine

Flavie Aumond (ski acrobatique)

Naïma Bolduc-Sow (baseball)

Liliane Gagnon (ski de fond)

Maika Nadeau (canoë-kayak)

Alice Vaillancourt (patinage de vitesse)

Découverte masculine

Louis-David Chalifoux (ski acrobatique)

Mohamed Elshal (football)

Jérémy Lajoie (triathlon)

Louis Latulippe (ski alpin)

Ludovic Simard (taekwondo)

Athlète/Étudiant

Frédérique Beauchamps (basketball)

Valérie Bélanger (triathlon)

Véronique Déry (patinage de vitesse)

Jean-Simon Desgagnés (athlétisme)

Noémie Fiset (patinage de vitesse)

Équipe

Les Corsaire (cheerleading)

Rouge et Or cross-country féminin (athlétisme)

Rouge et Or (football)

Officiel

Simon Bordeleau (gymnastique)

Yves Michaud (patinage de vitesse)

Bénévole

Daniel Bédard (patinage de vitesse)

Bernard Després (patinage de vitesse)

Clermont et Jeannine Gingras (hockey sur glace)

François Pinault (biathlon)