Marie-Michèle Gagnon a terminé 24e à l’épreuve de slalom géant à la Coupe du monde.

Gagnon 24e: «je me retiens trop»

KILLINGTON — Malgré une deuxième 24e position en deux épreuves en slalom géant sur le circuit de la Coupe du monde de ski alpin cette saison, Marie-Michèle Gagnon n’était pas trop découragée après la course à Killington, samedi dans le Vermont.

La skieuse de Lac-Etchemin était en mesure de mettre les choses en perspective au bas de la pente. «J’ai manqué de jus dans l’attaque. Ce n’est pas rare que je sois un peu lente en début de saison. C’est comme si je dois retrouver ma mentalité de course, parce que mon ski va bien.»

Gagnon a signé un chrono combiné de 2:01,35. Elle a terminé à 3,72 secondes de la gagnante, l’Allemande Viktoria Rebensburg.

«La deuxième manche n’a pas été facile», a reconnu Rebensburg. «Nous pouvions voir la pluie s’en venir et nous espérions pouvoir compléter la course à temps. J’ai essayé d’être agressive. J’ai commis une petite erreur après la première portion abrupte et je me suis dit qu’il fallait y aller à fond si je voulais avoir une chance de gagner. Quand j’ai franchi la ligne d’arrivée, je ne m’attendais pas à la victoire. Je savais que j’avais bien skié, mais je n’étais pas certaine des dommages provoqués par mon erreur. J’étais heureuse de voir que j’avais gagné.»

Rebensburg, qui a signé sa 13e victoire en slalom géant en Coupe du monde, a privé la favorite locale Mikaela Shiffrin de la victoire grâce à un temps de 1:57,63, soit 67 centièmes de seconde de moins que l’Américaine (1:58,30). L’Italienne Manuela Moelgg (1:59,12) a complété le podium.  

Seule canadienne dans le top 30

Gagnon a été la seule représentante de l’unifolié à se qualifier parmi les 30 skieuses qui participaient à la deuxième vague.  L’Ontarienne Erin Mielzynsk a terminé 34e, tout juste devant Valérie Grenier (Mont-Tremblant). Les Québécoises Mikaela Tommy (Wakefield) et Laurence Saint-Germain (Saint-Ferréol-les-Neiges) ont pris le 42e et le 50e rang. 

Gagnon croit qu’un simple changement dans son approche en piste pourrait lui permettre de grimper rapidement au classement. «Il y a des filles devant moi ici que je bats en Coupe Nor-Am», a-t-elle expliqué. «Il faut que je garde la même mentalité en course en Coupe du monde. En Nor-Am, j’y vais, je prends des chances et je ne fais pas d’erreur. En Coupe du monde, je me retiens trop.»

Gagnon aura la chance de se reprendre dimanche lors de la présentation d’un slalom. «Je me suis moins entraînée en slalom, mais c’est peut-être une bonne chose. Des fois, tu attaques plus, tu n’as rien à perdre. C’est l’attitude que j’ai en slalom. On va voir ça demain.»  Avec AP