Le Britannique Chris Froome (à droite), qui a endommagé sa combinaison après avoir chuté, tente de rattraper le peloton de tête, aidé par ses coéquipiers.

Froome chute, Kittel s'impose au sprint

Marcel Kittel a remporté la deuxième étape du Tour de France au sprint, dimanche, signant du même coup sa 10e victoire d'étape en carrière dans cette compétition cycliste majeure.
Seul contre une horde de cyclistes affamés pendant les 500 derniers mètres de l'épreuve qui s'est conclue sur le plat à Liège, Kittel est sagement demeuré dans la roue de ses adversaires avant de surgir au dernier moment vers le fil d'arrivée.
Entre-temps, le triple champion Chris Froome a dû travailler d'arrache-pied pour remonter le peloton après avoir été impliqué dans une chute de groupe dans un virage détrempé. Le coéquipier de Froome chez Sky, Geraint Thomas, a tout de même pu conserver son maillot jaune de meneur.
Froome faisait partie de la tête du peloton lorsqu'un cycliste de l'équipe Katusha devant lui a perdu le contrôle de sa monture dans un virage serré à environ 30 km du fil d'arrivée. L'effet domino qui a suivi a également emporté celui qui a terminé deuxième au TDF l'an dernier, Romain Bardet.
En conséquence, Froome a endommagé sa combinaison et a été quitte pour quelques éraflures. Il a dû changer de vélo et trois de ses coéquipiers l'ont aidé à rattraper le temps perdu.
«Heureusement, je n'ai subi aucune blessure sérieuse. J'ai simplement perdu un peu de peau dans le dos, a dit Froome. Ça fait partie du sport. Nous étions conscients que ce serait glissant, et chaque fois qu'on se retrouve dans une course comme celle-ci nous savons que ça peut se produire.
«Quelqu'un a glissé quelques mètres devant moi, et à cette vitesse-là c'est impossible d'éviter la catastrophe, a ajouté Froome. Certains d'entre nous ont chuté, mais heureusement tout le monde est O.K. et nous avons pu rallier le fil d'arrivée sans perdre trop de temps sur nos adversaires. C'est ça l'essentiel.»
Thomas, qui a gagné le contre-la-montre individuel, samedi, dispose toujours d'une avance de cinq secondes sur le Suisse Stefan Kueng au classement général. En vertu d'un bonus de 10 secondes, Kittel est maintenant troisième, à six secondes de Thomas. Froome occupe le sixième échelon, à 12 secondes du meneur. «C'était stressant. Tu oublies un peu c'est quoi prendre part au Tour, a dit Thomas. La température ne nous a pas aidés.»
Le Tour de France se poursuivra avec la présentation de la troisième étape en Belgique, lundi, une épreuve de 212,5 km entre Verviers et Longwy, en France, marquée par un bref passage au Luxembourg. Cette étape sera ponctuée de trois cols de catégorie 4 et deux autres de catégorie 3, dont un qui culminera au fil d'arrivée. La troisième étape conviendra davantage aux grimpeurs comme Philippe Gilbert, qui est originaire de Verviers.
***
Le colosse allemand émotif au fil d'arrivée
L'Allemand Marcel Kittel lève les bras dans les airs pour célébrer sa victoire lors de la deuxième étape du Tour de France, dimanche.
L'Allemand Marcel Kittel a beau être un colosse, il a souvent des difficultés à retenir ses larmes (de joie) quand il s'impose, comme ce fut le cas, dimanche, à Liège au terme de la deuxième étape du Tour de France.
Ce grand bébé de 29 ans (1 m 89, 86 kg tout en muscles, selon son profil 2017) a craqué une fois la ligne passée, mettant un petit moment à se remettre de ce succès en masquant ses yeux larmoyants, en les cachant avec ses mains tremblantes.
«Des larmes de soulagement, a-t-il dit à une radio belge. L'équipe (Quick-Step) avait tellement travaillé que je ne voulais pas gâcher ce super boulot.»
Kittel n'a pourtant plus rien à prouver. Dimanche, dans la Cité Ardente, il a signé son 10e succès de la saison, qui représente aussi son 10e succès sur la Grande Boucle.
Le natif d'Armstadt en Allemagne de l'Est a un rapport particulier avec le Tour qu'il a appris à aimer quand son père (lui-même ancien cycliste, marié à une perchiste) l'emmenait camper, gamin, sur les pentes du Galibier.
Ce fan du groupe AC/DC a vite fait du vélo sa passion devenant dès sa première saison en 2004 champion d'Allemagne cadets. La machine était lancée.
Et quelle machine! Double champion du monde du contre-la-montre chez les juniors, Kittel se rend vite compte que sa musculature surpuissante peut lui servir dans les sprints.
Il va collectionner les succès dès ses débuts chez les pros en 2011 au sein de la formation néerlandaise Skil (aujourd'hui Sunweb).
Incarner le renouveau
Recruté à l'époque par le directeur néerlandais Iwan Spekenbrink, il est associé à son compatriote John Dekengolb avec la mission de signer le renouveau du cyclisme allemand, après les années Ullrich marquées par des affaires de dopage qui ont créé une vraie défiance dans le pays.
Son visage de mannequin, ébloui par un large sourire, et ses performances sportives auront du mal à convaincre rapidement. «C'est vrai que durant mes premières années chez les pros, on me questionnait plus souvent sur le dopage que sur tout autre sujet», rappelait-il quelques jours avant le départ du Tour.
D'autant que chez les jeunes, il avait lui-même été poursuivi pour avoir bénéficié d'un traitement du sang par rayons ultraviolets avant de passer pro. Blanchi, il n'a ensuite eu de cesse de prendre position contre ce fléau et a réussi aujourd'hui à rendre sa crédibilité au cyclisme allemand.
Pour s'en convaincre, il suffisait de voir ces derniers jours l'engouement qu'il a suscité lors du grand départ. Avec pour point d'orgue, cette victoire à l'issue d'une étape qui s'est majoritairement déroulée dans son pays natal. De quoi verser quelques larmes.  AFP
***
Le classement
Classement général du Tour de France après la 2e étape, courue dimanche entre Düsseldorf et Liège:
1. Geraint Thomas (Grande-Bretagne/Sky) 4h53:10
2. Stefan Kung (Suisse/BMC) à 0:05
3. Marcel Kittel (Allemagne/QST) à 0:06
4. Vasil Kiryienka (Biélorussie/SKY) à 0:07
5. Matteo Trentin (Italie/QST) à 0:10
6. Christopher Froome (Grande-Bretagne/SKY) à 0:12
7. Jos van Emden (Pays-Bas/LNL) à 0:15
8. Michal Kwiatkowski (Pologne/SKY) à 0:15
9. Edvald Boasson Hagen (Norvège/DDT) à 0:16
10. Nikias Arndt (Allemagne/SUN) 0:16