Le moins que l'on puisse dire, c'est que Fred VanVleet n'a pas froid aux yeux.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que Fred VanVleet n'a pas froid aux yeux.

Fred VanVleet, des Raptors: des nerfs d'acier qui remontent à longtemps

Lori Ewing
La Presse Canadienne
Ça reste l'une des images emblématiques de la marche des Raptors jusqu'au championnat de la NBA - Fred VanVleet sur le dos, les bras tendus et regardant le plafond de l'Oracle Arena tandis que du sang coulait d'une entaille, sous son oeil droit.

En AAU, VanVleet a joué pour l'équipe d'Anthony (Doc) Cornell dans sa ville natale de Rockford, en Illinois. L'entraîneur a confié que même au début du secondaire, le garde avait des nerfs d'acier.

Il y a eu le tournoi, se souvient Cornell, où VanVleet a tenté un vol et a pris un coup de tête près des yeux.

«Son oeil était enflé comme Rocky, se rappelle Cornell. Le médecin du tournoi dit : “Doc, ce gars ne peut pas jouer, il doit recevoir des points de suture”.

«Fred m'a regardé et a dit : “Je joue.” Le médecin lui répond : “Fred, tu ne peux pas voir.” Non seulement Fred a joué, il a mené le club pour les points et les passes en finale», a dit Cornell.

VanVleet, non repêché après son passage à Wichita State, a été coupé sous l'oeil et a perdu un morceau de dent lors du quatrième match de la finale contre Golden State, l'an dernier. Deux matchs plus tard, il a aidé les siens à concrétiser le triomphe en amassant 22 points.

Lundi, le joueur de 26 ans a marqué 30 points contre Brooklyn, en lever de rideau du premier tour. Il a obtenu huit tirs de trois points et a mis la table pour sept autres.

VanVleet, qui gagne un peu plus de neuf millions $ cette saison, sera un gros nom quand débutera la période d'autonomie, en octobre. Le réengager devrait être une priorité pour Toronto.

Le maire de Rockford, Tom McNamara, trouve impossible de mettre un prix sur les efforts de VanVleet en dehors du terrain, et au niveau de l'engagement du garde envers sa communauté.

«Fred est une vedette du basket, mais il est une meilleure personne encore», a dit McNamara dont le père John, dans les années 80, a été maire de Rockford.

L'an dernier, lors des séries, la ville a organisé des soirées de visionnement - «nos propres mini-parcs jurassiques», a déclaré McNamara. VanVleet a reçu les clés de la ville.

Le maire de Rockford, Tom McNamara donne les clés de la ville à Fred VanVleet.

Chaque année, VanVleet organise un don de sacs à dos aux enfants de Rockford. Au début de la pandémie, il a exhorté les gens de la ville à rester en sécurité.

Le père de VanVleet - également nommé Fred - a été abattu en 1999, dans ce qui a été rapporté comme un trafic de drogue qui a mal tourné. VanVleet avait cinq ans à l'époque.

Il a été élevé par sa mère Sue et son beau-père Joe Danforth, un policier qui l'a initié au basket jeune, pour l'éloigner des ennuis. Rockford est tristement célèbre pour son taux de criminalité.

Les enfants de Rockford admirent VanVleet, mais l'appréciation va au-delà de ce qu'il est capable de faire sur le terrain.

«Il a tellement de classe, a dit McNamara. Il montre tranquillement et régulièrement comment être simplement une bonne personne, pas juste un brillant joueur de basket. Quelqu'un qui a les choses à coeur, et qui n'oublie pas d'où il vient.»