Le défenseur de 20 ans Francis Lambert-Lemay était secoué de partir de Drummondville, lui qui avait passé toute sa carrière avec les Voltigeurs. Mais l'ancien capitaine des Voltigeurs est prêt à prendre un nouveau départ avec les Remparts.

Francis Lambert-Lemay secoué par sa transaction chez les Remparts

Bien que secoué à l'idée de partir de Drummondville, le défenseur Francis Lambert-Lemay était déjà à l'entraînement avec les Remparts, mardi matin, au lendemain d'une transaction qui l'a pris par surprise.
«Pour être honnête, je ne m'y attendais absolument pas. Ni moi, ni mes coéquipiers, ni les partisans. Ç'a été un peu comme une claque dans la face, hier [lundi] matin», a avoué l'arrière de 20 ans, qui avait passé toute sa carrière avec les Voltigeurs jusqu'à ce qu'il soit sacrifié avec un choix de première ronde en 2014 en retour de Ryan Culkin.
Capitaine des Voltigeurs, il acceptait quand même son sort avec maturité et compréhension. Il se disait aussi excité à l'idée de se retrouver dans «une belle organisation et un beau marché comme Québec».
«Pour moi, c'est un nouveau départ, une nouvelle expérience qui commence. S'il y avait une place que j'aurais choisie, c'est ici. Les Remparts peuvent causer de belles surprises en séries éliminatoires, c'est un beau défi», a raconté celui qui portera le numéro 55.
Ne pas changer de style
Lambert-Lemay estimait que les Voltigeurs devaient faire l'acquisition d'un défenseur avant la fin de la période des transactions, mais il ne pensait pas être impliqué dans l'échange en question.
«Le directeur général [Dominic Ricard] m'a dit qu'il aurait aimé me garder, mais c'est ça le hockey. On m'a dit qu'il avait tenté d'obtenir un défenseur de 19 ans pour ne pas me perdre, mais qu'il n'y en avait pas de disponible et il a dû opter pour une autre solution», a indiqué celui dont l'ancienne équipe a frappé un autre circuit, mardi, en allant chercher l'attaquant William Carrier au Cap-Breton, et ce, même si Ricard disait la veille avoir fini de bouger.
À 6 pieds et 200 livres, Lambert-Lemay s'amène à Québec sans avoir l'intention de modifier le style qui lui a permis de jouer 229 matchs dans la LHJMQ. «Je suis un arrière au style défensif et j'apporte une touche de robustesse. Je vais aussi essayer d'amener mon leadership le plus possible parce que je sais que la brigade défensive est assez jeune. Je ne compte rien changer en arrivant ici.»
Chez les Remparts, il ne connaissait qu'Olivier Archambault, son coéquipier pendant deux saisons à Drummondville. Le premier contact avec les autres a été bon et il disait avoir hâte de disputer son premier match, aujourd'hui, à Victoriaville.
«Il va nous aider, il est solide, il frappe fort et c'est une machine dans le gymnase. Tout le monde sait qu'il est très bon, défensivement, mais c'est aussi un très bon coéquipier. Selon moi, c'est l'un des meilleurs vétérans qu'on peut avoir dans une équipe. Il était apprécié à Drummondville. Pour lui, la transaction est un petit choc, mais il est content d'être ici. C'est un vrai, il veut gagner», a souligné Archambault.