Le Rouge et Or a beau avoir «massacré» le Vert & Or 53-0 il y a une douzaine de jours, le club s’investit rigoureusement dans sa préparation, indique le receveur de passes recrue Vincent Forbes-Mombleau.

Forbes-Mombleau ne tient rien pour acquis contre Sherbrooke

Après avoir inscrit un touché et dominé avec 99 verges par la passe lors du dernier affrontement contre le Vert & Or, Vincent Forbes-Mombleau est prêt à en découdre à nouveau avec les Sherbrookois en demi-finale du Québec samedi, à 13h, au Stade Telus.

Le receveur de passes recrue du Rouge et Or de l’Université Laval refuse cependant de considérer le dernier match entre les deux formations — un massacre de 53-0 — comme un indice de ce qui attend sa troupe en fin de semaine. «On ne sait jamais à quoi s’attendre, c’est une game des séries, alors on est prêts à tout. Ce n’est pas parce qu’on les a battus deux fois qu’on se prépare comme si ça allait être facile», a déclaré Forbes-Mombleau après l’entraînement de mercredi.

«Avec Guillaume [Rioux, entraîneur des receveurs], on a fait beaucoup de préparation vidéo et beaucoup de meeting, on étudie leurs clés», a-t-il ajouté à propos des stratégies du Vert & Or.

À sa première année avec le Rouge et Or, l’athlète de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, qui a joué son football collégial avec le Notre-Dame du Campus Notre-Dame-de-Foy, est satisfait de son temps de jeu et de ses performances sur le terrain.

Avec 31 passes captées, il figure en effet au deuxième rang de l’équipe derrière Jonathan Breton-Robert et en troisième place derrière Breton-Robert et Mathieu Robitaille pour le nombre de verges par la passe avec 377.

«On ne sait jamais à quoi s’attendre pour une première année, surtout avec une équipe qui a beaucoup de profondeur comme le Rouge et Or. Je crois que j’ai eu des opportunités de jouer et que j’en ai bien profité. Je ne suis pas meilleur que les autres, mon but est seulement d’aider l’équipe», résume-t-il.

Alternance

Forbes-Mombleau se dit à l’aise dans la philosophie des entraîneurs, qui consiste à alterner les receveurs de passes. Quinze joueurs différents ont en effet capté des passes cette année avec Laval, dont six qui en ont capté 14 ou plus.

«C’est la mentalité ici et j’aime bien travailler comme ça avec plusieurs receveurs», note-t-il, ajoutant qu’il ne s’attend à aucun cadeau de la part de la défensive du Vert & Or, samedi.

«Je sais que ça a bien été pour moi à l’attaque lors du dernier match contre eux, mais leur défensive compte des gars très physiques et je m’attends à un match physique. Je me suis préparé en conséquence.»

Le joueur de 20 ans étudiant en intervention sportive indique que ses coéquipiers et lui voient le match de demi-finale québécoise comme une première étape. «On ne pense pas vraiment à la Coupe Vanier pour l’instant, on pense à Sherbrooke qui est la première de quatre étapes à traverser.»

Derrière Le Notre-Dame

Par ailleurs, après avoir fait exploser quelques records provinciaux en première division collégiale, Forbes-Mombleau avoue que le Campus Notre-Dame-de-Foy occupe toujours une place particulière dans son cœur. «Je suis très content de voir le Notre-Dame se qualifier pour les séries. Il y a encore beaucoup de gars avec qui j’ai joué l’an passé là-bas et d’ailleurs, j’étais là pour les encourager lors du dernier match contre les Cheetahs de Vanier, un match qui s’est joué dans la neige.»

Il avoue également que lui et plusieurs de ses 16 coéquipiers ayant déjà porté les couleurs du Notre-Dame s’intéressent à la progression de leur ancienne équipe cette année. «Oui, on suit ça un peu, mais pas au point de perdre de vue nos objectifs à nous au niveau universitaire.»